Valse dans les ténèbres de William Irish

couv18620315J’avais déjà lu le roman L’heure blafarde de William Irish, cette fois ci, me voici avec un recueil de nouvelle nommé Valse dans les ténèbres et tout comme le roman, j’ai, en grande partie, apprécié ce recueil pour ses histoires et son ambiance de polar noir.

Ce recueil est composé de 5 nouvelles, dont j’ai apprécié les 4 premières et pas du tout la dernière, qui est la plus courte d’ailleurs. Si j’apprécie ces nouvelles, c’est notamment parce qu’en quelques pages, l’auteur arrive à nous plonger dans un polar noir avec des personnages intéressants et importants en plus de fournir une histoire « simple » et captivante, qui retombe sur ses pattes. On est loin des nouvelles sans queue ni tête ou dont le scénario tombe à plat en plus d’avoir des personnages fades (c’est peut être le cas pour la dernière nouvelle et c’est surement pour ça que je ne l’ai pas aimé et qu’elle m’a ennuyée).

J’ai repéré quelques pointes de mysoginie comme cet extrait : « Janet Cobb effectua la part de travail habituelle d’une femme ; elle fit le ménage derrière le policier et ramassa les deux pistolets. ». Ceci dit, les femmes ont, toutes, un rôle très important à jouer et sans pour autant être des rôles de bas-étages et c’était déjà le cas avec le roman que j’avais lu de cet auteur.

Crime d’emprunt ouvre le bal avec l’histoire d’un type qui se présente comme le meurtrier pour toucher la somme de 1000dollars afin de pouvoir soigner son fils. Une bonne ouverture avec un polar prenant de bout en bout.

Dans la jungle d’Hollywood est le deuxième opus avec l’histoire d’une panthère qui s’échappe dans la ville alors qu’en même temps on retrouve des plusieurs morts dans la ville. Cette nouvelle est un peu dans la même veine que la première mais dans un décor/scénario différent.

L’affaire de la manucure maladroite est, comme son nom l’indique, l’histoire d’une manucure dont son client meurt alors qu’elle est en train de lui faire les ongles. Un peu différent des deux premiers et c’est surement pour ça que j’ai été étonné par la fin car j’avais des scénarios dans le même genre que les premières nouvelles. J’ai bien aimé la touche d’humour à la fin.

Escamotages parle d’un type qui récupère les kleptomanes à son compte. L’idée est bien trouvée et c’est peut être la plus original de recueil.

Valse dans les ténèbres clôt le bal avec l’histoire « d’un homme qui sort de prison et valse avec le fantôme de sa fiancée morte » (entre guillemet car repris de la 4ème de couverture). Nouvelle que je n’ai pas apprécié car elle n’a pas su m’intéresser. C’est la plus court certes mais aussi la moins intéressante et d’ailleurs, je pense qu’elle n’a pas vraiment sa place dans ce recueil comparé aux quatre précédentes.

En conclusion : Je trouve que William Irish est un excellent auteur de polar noir tant en roman qu’en nouvelle. Il arrive à mettre une ambiance noire en plus de dépeindre des personnages intéressants en si peu de pages et d’avoir un scénario captivant et/ou original.

Reply