Une étude en rouge de Sir Arthur Conan Doyle

couv36403062J’ai adoré la série TV et les films Sherlock et Sherlock Holmes, sauf qu’au final, je n’ai jamais lu les livres de Sir Arthur Conan Doyle, donc je ne sais pas vraiment d’où vient Holmes et Watson et c’est pourquoi, je me suis lancée dans la lecture (une nouvelle de 150 pages) de Une étude en rouge de Sir Arthur Conan Doyle.

Au niveau scénario, c’est l’histoire d’un meurtre qui a été perpétré mais dont les deux meilleurs inspecteurs (dont Lestrade) de Scotland Yard, n’ont pas réussi à résoudre l’enquête. Ils font alors appelle à Sherlock Holmes et ses talents de détective pour trouver le meurtrier et déterrer un meurtre qui actuelle mais dû à une histoire d’il y a 20 ans plus tôt entre des mormons tueurs et lui.

L’histoire est le récit du Dr. Watson et elle se tient en 3 parties. La première, j’ai adoré, on découvre pour la première fois Watson et Holmes, on découvre pourquoi  ils vont vivre dans le même appartement et aussi dès le début découvrir le caractère de Holmes. Il s’en suit, l’enquête que Holmes élucide à une vitesse hallucinante sans qu’on est vraiment d’indice pour qu’on essaye aussi de jouer les détectives, mais ça j’en parlerais après.

Puis vient la seconde partie. C’est une coupure totale et brûle, on se retrouve dans un autre univers, avec d’autre personnage, en plein far west désertique d’Amérique à suivre un type et « sa fille » mourant dans le désert, recueilli par une tribu de mormon qui les aident à condition d’adhérer à leur foi. Ils le font plus pour histoire de survivre que de réellement croire à leur sornettes, ils sont chrétiens mais ne croient pas du tout aux dires et livre mormon. La coupure étant tellement brutale, que j’ai regardé et vérifié à plusieurs reprises le nom des chapitres du livre pour être sûr que ce n’était pas une erreur. Cette partie est plutôt longuette et accessoirement me met hors de moi à cause de ces idiots demeurés de mormon (d’ailleurs j’avais autant d’envie de meurtre que le père qui s’est fait convertir de force pour survivre et de ce qui est arrivée à lui et sa fille, enfin bref). Donc cette partie est indispensable pour comprendre le pourquoi des meurtres commis à Londres, mais je pense qu’elle aurait pu être écourtée.

La dernière partie étant Sherlock Holmes qui explique son enquête et sa démarche qui lui a permis de trouver le meurtrier. Très courte mais compréhensible.

J’ai trouvé, dans l’ensemble, la lecture de ce livre plutôt sympa. Surtout parce que c’est le premier des aventures de Holmes et Watson et leur rencontre et découverte m’a plus. Moins par le meurtre et sa longue histoire en milieu de livre. Ceci dit, j’ai au moins réalisé que je n’aime pas vraiment ce genre de roman policier. Je veux dire, c’est ok pour moi de les lire, mais je ne prends pas autant de plaisir car j’ai l’impression de me retrouver en tant que spectateur, en dehors de l’enquête. A contrario des romans policiers ou thriller ou l’on est « les sens » de l’enquêteur. On a accès à tout ce qu’il voit, entends et ce qu’on lui dit, aucune autre information n’est donné lorsqu’il n’est pas là et aucune autre information qu’il perçoit n’est omis. Du coup, on peut en même temps que lui et avec les même indices (en dehors des connaissances et cultures générales évidement) mener l’enquête. Et ce n’est pas le cas avec ce roman. Donc au final, je n’étais pas emballée par l’affaire, mais j’ai adoré la découverte de l’excellent duo Holmes-Watson.

Cette œuvre étant du domaine public, vous pouvez donc le télécharger librement, gratuitement et légalement sur feedbook.

4 Comments

  1. Reply

    Je suis entièrement d’accord avec toi, j’ai moi aussi beaucoup aimé la première partie surtout. C’est vrai que chez Sherlock Holmes, le plaisir ce n’est pas de deviner le méchant mais d’admirer le gentil et comment il va procéder dans son enquête. Un peu comme pour Columbo 😀

  2. Reply

    J’aime bien ce genre de romans donc j’ai beaucoup aimé, comme les Agatha Christie par exemple, mais j’aime bien aussi des polars ou des thrillers plus actuels 😉



Reply