Une aventure d’Alexia Tarabotti, Le Protectorat de l’ombrelle, tome 5 : Sans âge

couv32339308Ça fait toujours plaisir de finir une série et c’est le cas avec Le Protectorat de l’ombrelle, tome 5 : Sans âge de Gail Carriger. Le roman est moyen par rapport aux tomes précédents mais il a le mérite de finir la série.

Synopsis
Lady Maccon est en pleine béatitude domestique. Une béatitude à peine troublée par la fréquentation de quelques loups-garous de la haute société et celle du second placard préféré d’un vampire, sans oublier un bambin précoce ayant des dispositions incontrôlables au surnaturel…
Mais Alexia vient de recevoir un ordre qu’elle ne peut ignorer. Avec mari, enfant et famille Tunstell au complet, elle embarque à bord d’un bateau à vapeur pour traverser la Méditerranée. Direction l’Egypte, une terre qui pourrait bien tenir en échec l’indomptable Alexia. Que lui veut la Reine vampire de la ruche d’Alexandrie ? Pourquoi un ancien fléau s’abat-il de nouveau sur le pays? Et comment diable Ivy est-elle devenue du jour au lendemain l’actrice la plus populaire de tout l’Empire britannique?

Sans âge a deux gros points positifs, non seulement il finit très bien la pentalogie. Mais en plus, il reprend et conclu une affaire qui avait été commencée dans l’un des tomes précédents.

Le problème est que ce tome met du temps à démarrer. Le scénario se lance vraiment en milieu de roman, ce qui est long, d’autant plus qu’il est prévisible et donc il n’y a pas vraiment de surprise ou de gros rebondissements. Aussi, il y a moins d’humour et moins de situations hilarantes comparées aux tomes précédents. Evidément, c’est toujours un plaisir de retrouver Alexia, Lord Maccon et leur fille. On en découvre plus sur Flint et la meute, ainsi qu’une histoire d’amour naissante et un loup garou qui ne s’attendait pas à son statut.

Un roman clairement en deçà des précédents mais l’auteur clos très bien cette série et je suis satisfaite de la fin. J’ai donc tout de même pris plaisir à lire ce final et boucler les histoires d’Alexia Tarabotti, alias, Lady Maccon. Cette saga Steampunk vaut vraiment le coup et je l’ai trouvé géniale, pour son ambiance, son humour, ses personnages hauts en couleurs, ses péripéthies et pour notre très cher Alexia Tarabotti!

3 Comments

  1. Reply

    Oui, c’est vrai que ce tome sert essentiellement à clore une belle aventure. J’y ai trouvé moins de touches d’humour moi aussi.

    • Mortuum Reply

      Oui mais comme ça clos bien l’ensemble, du moins je trouve, ça vaut tout de même le coup d’être lu.


Reply