Ubik de Philip K. Dick

couv70615095Parmi les grands romans SF que je souhaite lire, j’ai enfin lu UBIK de Philip K. Dick. Un roman que j’ai trouvé étonnant, très d’actualité, bizarre et j’ai aimé.

Synopsis

La publicité des organismes de protection anti-psi proclame : « Défendez votre intimité. Est-ce qu’un étranger n’est pas à l’affût de vos pensées ? Etes-vous vraiment seul ? Cela concerne les télépathes mais aussi les précognitifs. Vos actes sont-ils prédits par quelqu’un que vous n’avez jamais rencontré ? Mettez fin à votre anxiété ; contactez le plus proche organisme de protection… » C’est dans cet univers que Glen Runciter vit et meurt. Mais meurt-il vraiment ? Le temps s’en va en lambeaux. Une bouffée de 1939 dérive en 1992. Et par les trous du décor se glissent les messages d’Ubik. Ubik qui est partout, Ubik qui est tout. Mais qui est Ubik ?

Le roman est aussi chelou que le synopsis est. Ceci dit, il est riche, bizarre et intéressant car il aborde des thèmes actuels comme l’aspect hypermercantile des choses (le passage avec la porte qu’il faut payer sans quoi elle ne s’ouvre pas est hilarant et montre très bien cet aspect mercantile ; autre exemple, en fin de chapitre, il y a une page publicitaire et c’est bien trouvé, en plus de nous plonger encore plus dans le roman), la mort et sa gestion (notamment avec la possibilité d’être en semi-vie après la mort, où une personne peut encore être réveillée et consulter pendant un certain nombre d’heures/jour), ou encore que tout est hackable, même l’aspect cognitif avec la fameuse histoire de télépathes, precognitifs etc.

Autour de ces thèmes, une histoire chelou se déroule mais que j’ai trouvé prenante une fois entrée dans l’univers d’Ubik et son délire. J’ai l’impression que c’est le genre de roman que l’on aime ou pas, tout dépend de si l’on arrive à entrer dans l’univers (ou pas) que Philip K. Dick a créé dans UBIK. Quoi qu’il en soit, j’ai trouvé que ce roman aller en crescendo. Une fois que j’ai réussi à prendre mes marques et repères, j’ai eu du mal à m’arrêter voulant savoir le fin mot de l’histoire (dont je ne m’y attendais pas, d’ailleurs).

Je vous aurais bien parlé de l’histoire, mais au vu de l’œuvre, je vous laisse la totale découverte et la surprise de la lecture. Quoi qu’il en soit, j’ai adoré les personnages, leurs rôles, l’univers du roman et les questions qu’il soulève. Je n’ai donc pas été déçue par ce livre classique de la science-fiction.

P.s. : Ubik est sans danger si l’on se conforme au mode d’emploi.

Reply