Shutter Island de Dennis Lehane

couv30215717Le book club Livraddict de ce mois de septembre est Shutter Island de Dennis Lehane et ça tombe bien, il trainait plus ou moins dans ma pile à lire, donc j’en ai profité pour le lire. Je n’ai pas encore vu l’adaptation cinématographique.

Synopsis
Nous sommes dans les années cinquante. Au large de Boston, sur un îlot nommé Shutter Island, se dresse un groupe de bâtiments à l’allure sinistre. C’est un hôpital psychiatrique pour assassins. Le Marshal Teddy Daniels et son coéquipier Chuck Aule ont été appelés par les autorités de cette prison-hôpital car l’une des patientes, Rachel Solando, manque à l’appel. Comment a-t-elle pu sortir d’une cellule fermée à clé de l’extérieur ? Le seul indice retrouvé dans la pièce est une feuille de papier sur laquelle on peut lire une suite de chiffres et de lettres sans signification apparente. Oeuvre incohérente d’une malade ou cryptogramme ? Progressivement, les deux policiers s’enfoncent dans un monde de plus en plus opaque et angoissant, jusqu’au choc final de la vérité.

Je ne vais pas paraphraser le synopsis, il résume bien dans quoi on met les pieds du début jusqu’à la révélation finale. Ceci dit, je n’ai pas été emballé par le premier tiers du roman. J’ai trouvé ça un peu long par moment et pas forcément palpitant. Loin de vouloir stopper le roman, je n’étais pas non plus convaincu. Mais j’ai bien fait de continuer car à partie de la moitié du roman, lorsque l’enquête prend du peps, j’ai été captivé jusqu’à la fin. J’avoue que la fin m’a bluffée, même si un indice précis m’a énormément faite douter. Sauf que l’auteur a mis en place un contexte narratif, qui m’a totalement fait mettre de côté l’éventualité ou plutôt le cheminement que j’avais commencé et qui m’aurait fait deviner la fin. En gros, l’auteur m’a tendu la perche pour arriver à la solution, mais a tellement bien couvert le tout que j’ai finis par laisser tomber cette perche. Un thriller que je trouve réussis sur ce coup là. Par contre, la fin est sujette à l’interprétation. J’ai l’impression que l’auteur n’a volontairement pas donné la réponse finale. Certain lecteur aime ça, moi non. J’aime lorsque tout est bouclé dans un thriller.

Par contre, je n’ai pas vraiment réussi à entrer dans les personnages. Seulement après la première moitié du roman, je me suis vraiment intéressée à Marshal Teddy Daniels et Chuck Aule et, seulement là, j’ai eu envie de les suivre dans leurs enquêtes. Du coup, c’est peut-être pour ça que je n’étais pas convaincu par le début du roman.

Enfin, ça aborde le sujet des hôpitaux psychiatriques et de ses soins. Alors d’une part, la lobotomie ne se fait plus depuis belle lurette, d’autant plus qu’elle n’a jamais été efficace (autre qu’à rendre les gens légumes dans certains cas). Le seul cas où des parties spécifiques du cerveau sont retirées, c’est lors de certains types d’épilepsies extrêmes (le truc invivable avec plus d’une dizaine de crises par jour et résistant aux médicaments). Il y a peut-être d’autres cas rares mais c’est dans des cas extrêmes, quoi qu’il en soit, ce n’est clairement pas de la lobotomie ! Ensuite, les découvertes en neurosciences ont changé énormément les choses sur la compréhension du cerveau et des maladies psychiatriques. Il est évident qu’utiliser l’unique approche non-médicamenteuse n’aidera pas ces malades, comme il est évidement, qu’il faut continuer à étudier et comprendre ces maladies pour améliorer et trouver de nouveaux médicaments/thérapies (avec évidement le moins d’effet secondaire, mais ça c’est un problème physiologique et dont est constitué le corps/cerveau) pour les soigner au mieux et au moins les stabiliser et leurs permettre d’avoir une vie correcte (ex : une partie des personnes atteintes de schizophrénie ou épilepsies qui répondent bien au traitement médicamenteux). Alors évidement, pour un thriller, c’est plus sympa d’avoir une histoire avec des lobotomies et des théories complotistes, mais du coup, faut repasser pour le côté neuroscientifique.

1 Comment

  1. Reply

    Perso, j’avais vu l’adaptation ciné avant, et je pense que ça a un peu “gâché” ma lecture, une fois que je me suis décidée à découvrir le livre. Donc, je garde une préférence pour le film.

Reply