Shining de Stephen King

couv9135804Plus je lis du Stephen King, plus je me rends compte que je n’aime pas son style et sa narration. Hormis 22/11/63, je n’ai ni aimé Rage, ni Joyland et, dans le cas présent, ni le célèbre Shining / L’enfant lumière.

Synopsis
Situé dans les montagnes Rocheuses, l’Overlook Palace passe pour être l’un des plus beaux lieux du monde. Confort, luxe, volupté… L’hiver, l’hôtel est fermé. Coupé du monde par le froid et la neige. Alors, seul l’habite un gardien. Celui qui a été engagé cet hiver-là s’appelle Jack Torrance : c’est un alcoolique, un écrivain raté, qui tente d’échapper au désespoir. Avec lui vivent sa femme, Wendy, et leur enfant, Danny. Danny qui possède le don de voir, de ressusciter les choses et les êtres que l’on croit disparus. Ce qu’il sent, lui, dans les cent dix chambres vides de l’Overlook Palace, c’est la présence du démon. Cauchemar ou réalité, le corps de cette femme assassinée ? Ces bruits de fête qui dérivent dans les couloirs ? Cette vie si étrange qui anime l’hôtel ?

Je me rappelle avec commencé la lecture de Shining lorsque j’étais ado et je l’avais arrêté en plein milieu pour « je ne sais plus quelle raison ». Du coup, je pense savoir maintenant, j’ai surement arrêté par ennuie.

J’ai l’impression que l’auteur mise tout sur ses personnages principaux au détriment du reste. Du coup, je me suis retrouvée en présence de Jack, son évolution, ses craintes perpétuelles, ses bouleversements et son caractère influençable par la bizarrerie de l’hôtel. Wendy évolue un peu, surtout vers la fin, où elle prend enfin des décisions d’elle-même. Enfin, Danny, enfant, qui ne comprend pas tout ce qui se passe et qui est tourmenté par ses parents et son don.

Les personnages sont donc réussis, mon problème est concerné la narration. Même style de narration que j’ai retrouvé dans ses autres livres à savoir une narration lente où il ne se passe pas grand-chose et rempli de flashback, dont certains OSEF. Alors, certes, on pourra dire que les flashbacks permettent d’ajouter de la profondeur aux personnages et ainsi de comprendre le cheminement de chacun d’eux et leur évolution. Mais, certains sont inintéressants, il y a des répétitions et on se retrouve dans l’esprit de ces trois personnages principaux (narration omnisciente).

Donc on sait tout deux, mais rien du reste. On n’apprend rien sur le don de Danny, d’où il vient, comment, pourquoi, pourquoi cet hôtel spécifiquement (et je ne pense pas que ce soit le seul à avoir abrité des mafieux et meurtre), pourquoi l’hôtel veut s’emparer de Danny (il n’est pas seul avec le don, même s’il est très puissant chez lui) et fait du mal à sa famille ? On n’en sait rien et rien n’est expliqué.

Donc, entre la narration lente et sans qu’il ne se passe vraiment grand-chose (sauf à la fin), le récit uniquement centré sur la famille Torrance et le manque total d’information aux sujets des évènements relatif au don et à l’hôtel, ont fait que ce roman m’a vraiment ennuyée et j’en suis vraiment déçue.

Reply