Rage de Richard Bachman (Stephen King)

couv2642927J’avais entendu parler de Rage de Richard Bachman, pseudonyme de Stephen King, car l’auteur a demandé l’arrêt de la publication de ce roman suite à des fusillades dans des écoles dont les meurtriers avaient lu ce roman.

Synopsis
Charles Decker est, en apparence, un petit lycéen américain bien tranquille. Mais, entre un père violent qu’il déteste et une mère fragile, il rage a froid. Un jour, cette rage éclate et il abat, d’un coup de revolver, sa prof de maths. Puis, il s’empare du pouvoir, autrement dit, il prend sa classe en otage. Il va alors contraindre ces condisciples a se livrer a un déballage furieux, a se débarrasser de toutes les haines accumules en secret : contre les parents, la société corrompue, l’école pourrie, la lâcheté et l’incompréhension des adultes.

Rage n’est clairement pas mon préféré de Stephen King. Je l’ai lu jusqu’au bout sans problème, car le style de Stephen King est vraiment agréable à lire, même si le sujet de n’inspire pas. Mais finalement, je n’ai pas du tout aimé cette lecture. Je dois avouer que le sujet ne m’intéresse absolument pas, en tout cas sous cette version redneck US.

On suit l’histoire de Charles Decker, un lycéen américain, qui a un sacré problème psychologique, en plus d’avoir eu des parents tout aussi atteint (père violant et mère fragile). Un jour en plein cours de mathématiques, Charles débarque avec son pistolet, tire sur sa prof et prend en otage ses camarades de classe.

Dès lors, une sorte de thérapie de groupe se met en place où chacun est amener à dévoilés des choses personnelles. Les actions, les dialogues et les pensées du personnage principal sont très directs, il n’y a pas de pincette dans ce roman, c’est surement ce qui rend le roman réaliste. Ainsi on découvre les préoccupations de ses lycéens américains et leurs problèmes familiaux auxquelles s’ajoute le syndrome de Stockholm.

Même si j’ai trouvé l’ensemble très bien écrit et bien fait, je n’ai porté aucun intérêt à l’histoire de fond. Je ne me suis reconnue dans aucune personne. Même que j’ai eu l’impression de lire des histoires de redneck US à l’époque où la psychanalyse était encore prise au sérieux. Donc loin de moi de renier la qualité de ce roman, ce n’est juste pas mon truc.

Reply