Pandémonium de Johan Heliot

couv29188411Toujours dans mon délire Steampunk, je me suis lancée dans la lecture de Pandémonium de Johan Heliot. J’ai bien aimé mais plus de profondeur aurait été pas de refus.

Synopsis
Paris, 1832.
Un cortège de créatures buveuses de sang, le Pandémonium, s’abat sur une capitale en proie à la terreur. Au milieu d’un carnage surnaturel et sans précédent, Frédéric Maupin, jeune écrivain sans le sou, tente de survivre dans une cité qui ploie sous l’odeur du sang. Et quand deux policiers viennent le tirer de sa mansarde au beau milieu de la nuit, il est loin de se douter de ce qui l’attend… Bien malgré lui, il sera propulsé dans la tourmente d’une aventure qui le conduira à s’associer avec le célèbre patron de la Brigade de Sûreté, ancien bagnard, voleur, corsaire, marchand, évadé et indicateur, une figure déjà légendaire : Eugène-François Vidocq. Ensemble, de Besançon et sa citadelle fortifiée par Vauban jusque dans les catacombes et le ciel de Paris, ils lutteront contre le Prince et son Pandémonium pour sauver la terre d’une ère de ténèbres. Cet affrontement de titans les mènera au bout du cauchemar, en Terra Incognita…

On entre dans Pandémonium sans pincette et le roman est truffé d’action. On a donc un rythme soutenu qui fait que je ne me suis pas ennuyée. Dès le début du roman, on découvre Frédéric Maupin, jeu écrivant, qui est prié de se rendre à la Brigade de Sûreté pour discuter avec Eugène-François Vidocq. A partir de là, tout s’enchaine à grande vitesse.

En 174 pages, l’auteur plante le décor steampunk comme je les aime où il y mêle créatures surnaturelles, personnage ayant réellement existé (Vidocq) mais repeint à sa sauce, une enquête policière classique mais sympa, etc.

Donc pour l’ambiance, l’action et le scénario général à base de fantômes et autres surnaturelles, je dis oui ! Le seul truc est que l’auteur passe trop vite sur ses personnages principaux se contenant uniquement aux informations indispensables/utiles pour la compréhension de l’histoire. Du coup et même si je me suis attachée à Maupin, Vidocq et d’autres personnages, je trouve qu’il manque tout de même de profondeur au récit pour l’apprécié entièrement. Après ça reste un roman sympa à lire. Petit plus pour la fin du livre qui contient des informations sur la vie de Vidocq.

Reply