Mortelle est la nuit d’Isaac Asimov

couv43559455J’aime bien la S-F et je me suis dit qu’il fallait que je lise du Asimov un des maitres incontestés de la SF. J’ai commencé doucement histoire de voir si j’aime le style avec deux nouvelles : Mortelle est la nuit précédé de Chante-Cloche. Qu’est-ce que j’ai aimé ! De plus je ne savais pas que ces deux nouvelles étaient en fait un mélange de Polar et de Sciences-Fiction, deux genres que je surkiffe avec en plus le Thriller.

Je ne vais pas aller dans les détails des nouvelles, car elles sont courtes et je n’ai pas envie de les spoiler. Chacune des nouvelles republiées sont précédées et succédées d’une note d’Asimov, rectifiant les faits scientifiques de ses nouvelles publiés il y a bien longtemps (1954 pour une en tout cas).

On commence avec Chante-Cloche, une histoire de vol de Chante-Cloche, une roche, sur la Lune et d’un meurtre qui s’en suit. Sauf qu’un inspecteur sait qui est l’auteur mais ne peux absolument pas le prouver, il ira voir le renommé extraterrologiste Dr. Urth, dont j’adore le personnage (j’espère que je vais trouver d’autre nouvelle où il est présent) pour l’aider dans son enquête.

La deuxième nouvelle, Mortelle est la nuit, concerne une histoire de potentiel meurtre et vol de document parmi 5 anciens collègues universitaires d’astronomie lors d’une conférence du même thème. Encore une fois, Dr. Urth bien au fond de son canapé sera là pour mettre la vérité au jour.

Le style est simple et efficace tout en ayant un certain niveau de détails techniques scientifiques. Je me demande si c’est parce qu’il a été aussi biochimiste (donc scientifique) qu’il écrit aussi simplement, concis et efficacement (chose généralement demandé au scientifique). Quoi qu’il en soit, rien n’est lourd dans cette lecture. Peut-être que le coté détails astronomiques/physiques peut en rebuté certain (comme j’ai pu le lire sur une critique au moins), mais en tant qu’amatrice d’astrophysique depuis que je suis toute petite, ça m’enchante vraiment son style.

Enfin sur la forme, j’ai rien à redire non plus, même si la révélation et l’entrée du Dr. Urth se fait uniquement tout à la fin de la nouvelle, le reste n’en reste pas moins chiant au contraire. Les faits sont plus ou moins détaillés mais sans fioritures et la succession d’évènement est logiques.

Bref, j’ai plus que plus que plus qu’adoré ! Je vais vraiment m’attaquer à profondeur à cet excellent auteur qu’est Isaac Asimov !

Reply