Mon chien Stupide de John Fante

couv15033820Livre que j’ai choisi à cause du titre Mon chien Stupide de John Fante m’a déçue. Je m’attendais à de l’humour, j’ai lu une sorte de drama ennuyeuse de la vie d’une famille détestable (en tout cas que je n’aime pas au vu de ce qu’ils représentent dans ce roman) des milieux huppés/bourgeois d’Amérique dans les années 70.

On suit John Molise, écrivain raté malgré ses succès avec ses premiers livres dans sa jeunesse. Il ramasse sans cesse qu’il veut tout quitter pour retourner à Rome, il est d’origine italienne. Il radote et espère que ses 4 enfants se cassent le plus vite de la maison, pour ensuite pouvoir quitter sa femme (dont il semble s’en foutre) pour aller à vivre à Rome. Bref, une personne égoïste qui semble détester ou n’en avoir rien à foutre des gens de sa famille proche. Le mec à qui j’avais envie de dire « Mais putain, casses toi, au lieu de nous faire chier, à le redire et à te plaindre ». D’ailleurs, en parlant de sa femme, elle est tout aussi détestable. Raciste à mort, elle déteste les noirs et ne supporte pas l’idée que l’un de ses fils puissent aimer les noires et évidement, elle sait mieux que lui, qu’elle genre de nana il aime/ il lui faut. En parlant des enfants, la fille est une cruche débile qui vie avec un surfeur dans une camionnette. L’un des fils est un acteur raté, pathétique et idiot, qui pour éviter l’armée, va voir tous les médecins possibles pour se faire diagnostique n’importe quelle maladie qui lui évitera l’armée et fait faire ses devoirs de son école de théâtre par sa mère et gueule quand ce n’est pas assez bon ou trop bien. Un autre qui vit avec une noire, chose insupportable pour sa mère raciste. Et enfin le dernier, qui semblait un modèle, a finalement arrêter la fac pour faire du bénévolat. Au milieu de tout ça, il y a Stupide, un chien qu’ils ont adoptés malgré eux et qu’ils pensent pédé, car il essaye de sauter que les hommes.

Comme ça, les personnages semblent tellement caricaturales, sauf qu’au final non, le tout sonne vraiment réaliste (qui n’a pas croisé ou eu dans sa famille, le raciste de base, l’idiot qui pette plus haut que son cul et se croit star, la greluche qui défend quoi qu’il arrive son débile de mec totalement inutil, l’égoiste de base etc). J’aurais peut-être pu aimer ce livre, s’il m’avait semblé caricatural. J’ai détesté cette famille et leur vie pathétique pseudo « bouleversé » par l’arrivé d’un chien. Le chien, une excuse à mettre un peu d’humour dans le livre ? Je ne l’ai pas trouvé drôle ce livre, j’aime pourtant l’humour noir, mais celui-là est fade. Le seul côté positif du livre est qu’il soit court (150 pages) tout comme ses chapitres et donc se lit vite.

3 Comments

  1. Reply

    hé bien, on ne peut pas dire que ta chronique donne envie de lire ce livre. Mais c’est vrai que lire juste une chronique sur des gens désagréables, cela n’a pas grand chose d’intéressant. Bravo d’avoir tenu jusqu’au bout.

    • Reply

      Ceci dit, beaucoup on aimait le livre, donc peut ëtre que tu aimeras. Mais je ne l’ai effectivement pas trouvé agréable.


Reply