L.G.M. de Roland C. Wagner

couv3249447Roland C. Wagner fait partie de ces noms de la S-F don’t j’ai entendu parlé mais dont je n’ai jamais rien lu ou ne connaît même pas un seul titre de ses bouquins. Du coup, j’ai commencé mon premier roman de lui avec L.G.M. pour “little green men”.

Dans L.G.M. on se retrouve dans une parodie SF bourrée de références en tout genre, que se soit littéraire, musical ou politique.

Au niveau scénario, c’est une SF, uchronie, où la guerre froide ne s’est pas terminé bien au contraire. Les russes et le KGB envoie les premières une navette sur Mars et découvre que les martiens existent. Et l’un va venir sur terre comme ambassadeur et s’échapper de sa fonction ennuyeuse pour se taper des orgies avec des humaines dans le camp de la lune remplis d’humain adepte et vénèrent le martien. C’est alors qu’un français est chargé d’aller récupérer le martien.

Du coup on suit les aventures d’un agent qui doit récupérer puis protéger l’ambassadeur martien adepte du sexe et qui cachent quelques petites choses à son sujet.

Sauf que ce martien va être l’origine de guerre entre les USA et la Russie et même plus que ça.

Le récit est entre coupé d’article de journaux, histoire de nous mettre à jour sur les conditions géopolitiques du monde. Mais aussi de déformation de chansons connues dont on prend plaisir à deviner le titre et le groupe dont c’est issu avant qu’il ne soit écrit.

Comme dit pas mal d’humour et de référence à découvrir, normal c’est une parodie et bien faite à ce niveau. Mais bien que le style soit sympa à lire, que le livre soit drôle dans son ensemble, il y a pas mal de coup de mou, de longueur et de passage ennuyeux où je me suis dit “bon se serait bien que ça se finisse tout de même”. Mais quoi qu’il en soit ça n’a pas été une expérience littéraire désagréable et je compte bien lire d’autres livre de Roland C. Wagner.

Vous pouvez trouver ce ebook tout format et sans drm gratuitement (ou du moins vous payez ce que vous voulez) chez l’éditeur Lebelial.

3 Comments

  1. Reply

    Ça ressemble à un croisement sauvage entre En Terre étrangère de Heinlein et Martiens Go Home! de Frederick Brown…

    • Reply

      C’est que j’avais lu sur plusieurs blogs, mais n’ayant pas lu ces livres, j’ai préféré m’en abstenir d’en parler.


Reply