L’heure blafarde de William Irish

couv73230700Un polar noir de temps en temps ça fait du bien et ce fût le cas avec L’heure blafarde de William Irish. Voici le synopsis : “Une chance sur mille d’en réchapper. Quatre heures pour se libérer. ELLE n’a pas le courage de partir sans lui. LUI ne peut quitter New York tant qu’il n’a pas retrouvé l’auteur d’un crime dont toutes les circonstances concourent à le charger. Les jeux semblent faits. La nécessité absolue de gagner l’aube de vitesse, s’ils veulent continuer à vivre, lance les deux jeunes gens dans une série d’aventures à vous glacer le sang…

Ce roman est très bien écrit, je me suis laissée porté par l’histoire et la plume de l’auteur qui nous transporte dans New-York, aux détours de ruelles en compagnie de nos deux caractères principaux impliqués dans une histoire de crime, grâce à des description très bien faite et sans jamais être lourde.

L’idée de ses deux personnages lambda, une taxi girl et un plâtrier venus à New-York pour y travailler, enquêtant dans cette histoire de meurtre est bien trouvé et surtout bien mené. La façon dont ils découvrent des indices, dont ils les connectent aux autres, donc ils mènent l’enquête avec une touche de naïveté, d’amateurisme et aussi avec astuce alors qu’ils ne sont aucunement policiers ou enquêteurs, est très bien décrite et progressive. Le déroulement de l’affaire est bien mené du début à la fin avec un rythme entraînant qui ne nous laisse pas le temps de nous ennuyer.

Les personnages sont attachants par leurs passées et surtout durant le moment de leur rencontre. D’autant plus qu’ils vont évolués entre leur première rencontre (entre un homme timide en plus d’être tourmenté par quelque chose et une femme qui ne peut qu’être forte au vu de sa situation) et la moitié de l’enquête. Cette progression est plutôt rapide mais ne semble pas irréaliste aux vus des deux personnages et des scènes/dialogues qu’ils ont. Ce duo se complète bien début jusqu’à la fin avec cette évolution sur leurs fatalités et manque de courage que l’un ne pouvait y remédier sans l’autre et vice versa. Cette partie est aussi bien décrite jusqu’en moitié de livre, puis l’enquête prend entièrement le pas et ce n’est pas plus mal, bien au contrairement, et je ne me suis pas une seule fois ennuyée.

C’est donc un polar bien ficelé avec deux personnages principaux très attachants impliqués dans une enquêtes bien menés. J’ai hâte de lire un autre polar de cet auteur.

P.s.: Non ce n’est pas la température qui rend malade.

6 Comments




  1. piplo Reply

    Un bon polar à découvrir alors!! Merci!

  2. piplo Reply

    Un bon polar à découvrir alors!! Merci!

  3. piplo Reply

    Un bon polar à découvrir alors!! Merci!

Reply