Léviatemps de Maxime Chattam

couv72933838Léviatemps de Maxime Chattam, un thriller de 443 pages, que je viens juste de terminer et qui m’a laisser sur ma faim. Je n’ai pas accroché, non pas à cause de l’histoire qui me branchait bien, mais à cause de la façon dont elle est narrée.

Ça se passe dans les années 1900 à Paris, où Guy de Timée, écrivain, décide de tout quitter, sa femme et son enfant. Il en a marre, il veut vivre et changer son genre d’écriture pour se lancer dans les thriller et policier. Il va finir par se retrouver à habiter dans une maison close. Sauf qu’un peut avant l’exposition universelle à Paris, une des filles du bordel de luxe est retrouvé morte. Ami de Guy mais aussi de Justine (une autre des filles de joie) partent en quête du tueur eux même car la police ne fait rien du tout.

Le problème que j’ai eu avec ce livre concerne la façon dont il est construit. C’est long à mettre en place et certaines phrases et chapitres sont longuet par moment. J’ai décroché à plusieurs moment, tout en m’y remettant très vite car je voulais savoir qui était le tueur et surtout pourquoi il tuait. Donc j’ai tout de même eu un petit crochet faible entre le livre et moi, mais au vu de la fin, j’en ai été déçu. Déçu, car même si les derniers chapitres sont très courts pour donner une sensation de rapidité dans l’histoire, l’alternance entre deux des protagonistes qui se succèdent sur ses chapitres finaux donne beaucoup de rythme à cette fin du livre. Malheureusement, seul le rythme y est, car j’ai trouvé cette fin bâclée. Bâclée car, alors que les ¾ du livre sont remplis de détails en tout genre, on se retrouve avec une fin quasi sans détail et honnêtement, je m’attendais justement à en avoir beaucoup sur l’objet machiavélique finale, qui n’empêche à vraiment la classe en matière de gore et d’idée complètement folle. Du coup, quand ça devient enfin vraiment intéressant et intense, ça se fini en un poil de seconde sans trop en avoir et avec le minimum syndicale en matière d’explication.

Aussi, au fil de l’histoire, apparaît deux chapitres très courts, dont le 1er tombe comme ça, de nul part, aucune idée sur ce que ça vient y faire. Je me suis même demandée si c’était une erreur dans mon ebook en fichier epub lors des premières pages. Puis reprend l’histoire de base. Enfin plus tard réapparaît ce personnage encore une fois, en plein milieu du récit, sauf que c’était fois ci, ça a plus de sens, mais tout de même. J’ai trouvé ça perturbant, pas très bien réalisé voir inutile dans la façon dont c’est fait.

Parlant de passage inutile, les deux chapitres ultra détaillés de graphologie m’ont ennuyer d’un point. Déjà que la graphologie c’est du n’importe quoi dans la vrai vie, dans ce livre ça m’a juste soûlée et ennuyé profondément. Le pire étant qu’à la fin je me suis clairement dit « il m’a fait chier avec ça, pour au final rien savoir sur les personnages ».

Ensuite les personnages m’ont ennuyés car l’auteur du livre à mis tellement de mystère dans chacun d’eux, qu’au final on n’en sait rien ou seulement de vague bribe sur eux et leur passés et ce pour toutes les personnes. On ne sait presque rien et ce jusqu’à la fin et pour tous. Franchement, ça m’a pas aidée à m’accrocher ne serait-ce qu’à un personnage.

Concernant l’intrique, c’est un peu le fouillis, c’est plus du au fait de l’histoire. Ça avance dans les idées, puis sa recule, puis ça devient brouillon car les persos principaux qui mènent l’enquête sont brouillons eux même. C’est peut être comme ça dans la vrai vie, mais la façon dont c’est écrit et réalisé dans le livre rend cette traque et enquête presque ennuyante à suivre. Sans compter cette histoire de graphologie à la limite du ridicule et une des personnes qui mènent l’enquête, c’est à se demander son utilité dans l’histoire. En plus de tout ça, j’ai eu l’impression que certain élément / passage voir chapitre ont été crée à l’arrache histoire de combler des bouts de l’histoire. Disons que certains passages cassent un peu l’histoire, en d’autre terme, j’ai l’impression que l’ensemble ne s’enchaîne pas vraiment de manier lisse mais vraiment par accoue qui rend la lecture du livre assez déroutante par moment.

En conclusion, je dirais que l’histoire en elle même aurait pu être vraiment génial, mais la fin est ultra bâclée surtout par rapport au long début rempli de détails qui espérait plus de réponse et justement de détails sur cette machine machiavélique. L’ensemble s’enchaînant par accoue et je n’a pas accroché à l’enquête, aucune envie de m’y essayer à jouer aussi les détectives. Enfin, comme trop de mystère tue le mystère, les personnages en deviennent ennuyeux. Ceci dit, je compte bien lire d’autre livre de lui, pour voir si c’est son style ou juste un de ces romans qui me déçoit.

5 Comments

  1. aguirre Reply

    1600 ? paris ? expo universelle ?
    1900 non ?

    • Reply

      Oh oui, tu as raisons, une erreur de frappe. Merci.



  2. Reply

    J’ai passé un bon moment avec ce roman bien que je sois un peu déçue par rapport aux autres livres de l’auteur…

Reply