Les Annales du Disque-Monde, tome 13 : Les Petits Dieux de Terry Pratchett

couv14761485J’adorais Terry Pratchett et ses annales du disque-monde lorsque j’étais plus jeune, mais d’après les romans que j’ai lu récemment de lui, je suis moins enthousiasmée. J’ai découvert que j’avais commencé dans l’ordre (sans faire exprès) le cycle de La Mort et c’est ce qui m’a le plus plu de ce que j’ai pu lire des Annales du disque-monde. Il faudra donc que je finisse ce cycle en continuant avec le Père Porcher. Quoi qu’il arrive, j’ai finis dans l’avion Les Petits Dieux, le 13ème tome des annales du Disque-Monde et j’ai globalement apprécié ce roman.

Je n’ai pas beaucoup ri, mais j’ai apprécié la façon dont Pratchett aborde le thème de la religion, des croyances et de la philosophie. L’ensemble reste humoristique sans forcément s’esclaffer à gorge déployée. N’ayant pas beaucoup de référence en religion/philosophie/croyance, je n’en ai pas moins apprécié cette lecture même si je pense avoir sûrement loupé des subtilités dans l’ensemble. Quoi qu’il en soit, le tout passe très bien et on reconnaît beaucoup d’allusion à ces thèmes, au combien, décriés et potentiellement fâcheux, mais Pratchett gère ça très bien.

J’ai pris plaisir à suivre l’aventure aux côtés du Frangin et du dieu Om incarné dans le corps d’une tortue borgne, que ce soit pour montrer l’obscurantisme, comme la liberté des croyances, ou bien encore l’idée qu’un Dieu existe à partir du moment où il a au moins un croyant, peu importe le dieu en question, même si c’est une feuille de laitue. Sans oublié la philosophie, qui s’en prend un coup avec des moments humoristiques lorsque Honorbrachios s’en explique.

Les petits dieux est un roman, que j’ai apprécié et c’est une bonne satire sur la religion/croyance/philosophie. Mais il n’a toujours pas réussi à détrôner mes préférés (Le faucheur, Mortimer et Accros au roc).

Reply