Les îles de l’Espace d’Arthur C. Clarke

couv20092023Arthur C. Clarke est un auteur SF qui arrive à me faire voyager dans ses aventures spatiales. J’avais aimé Rendez-vous aves Rama ainsi que 2001 l’odyssée de l’espace. C’est encore le cas avec Les îles de l’Espace, qui, bien que publié en 1954, n’a pas pris une ride.

Synopsis
Le jeune Roy Malcolm gagne un concours télévisé qui lui permet de faire un stage sur une station orbitale. Mais son séjour là-haut se révèle encore plus aventureuse que même lui aurait osé rêver !

Ce roman est court, il se lit vite et bien et il m’a transporté en compagnie de Roy Malcolm sur la station orbitale. On ne connait pas grand-chose sur Roy, en même temps, il est jeune et l’auteur a tout de même réussi à rendre ce personnage plein d’ambition et d’insouciance de jeunesse avec un brin tête à claque/je me la pète. Le manque de background du personnage est donc comblé par le caractère du personnage qui est bien fait. Les autres personnages sont très peu développés car, on les découvre à travers les yeux de Roy et ses relations avec l’équipage qui vont évoluer au fil du temps. C’est donc plutôt logique, que l’on ne sache pas grand-chose de l’équipage vu que le narrateur du roman est Roy et que l’on suit son aventure. D’ailleurs, cela ne m’a pas du tout gênée et je n’y avais même pas pensé jusqu’à maintenant, lors de l’écriture de mon avis.

L’auteur a réussi à me faire voyager auprès de Roy, dans son aventure spatiale et ses péripéties. J’ai d’ailleurs apprécié les détails techniques, comme je les avais appréciés dans les autres romans susmentionnés de cet auteur. En parlant d’aspect technique, même si la publication de ce roman date de 1954, l’ensemble reste intéressant et pertinent à lire. Il est évident qu’à cette époque les moyens technologiques étaient rudimentaire (pas d’internet, pas de wifi etc), mais la façon dont Arthur C. Clarke décrit les choses ne les rendent pas démoder pour autant, bien au contraire. D’ailleurs, il ne me semble même pas avoir lu de repère temporel et l’histoire aurait pu être écrite récemment.

Enfin, l’auteur lance des pistes de réflexion bien qu’il n’en approfondisse pas les sujets sur les déchets nucléaire, l’adaptation des êtres dans leur milieu et surtout lorsque celui-ci se raréfie d’une denrée indispensable ou encore l’idée des stations médicales en apesanteurs. Tout ça, écrit en 1954. Ceci rend ce roman intéressant.

J’ai donc apprécié ce voyage spatial, en plus d’y avoir trouvé des pistes de réflexions intéressantes lancées par l’auteur.

Reply