Les glaneuses de Temps de Patrick Ferrer

couv55782903Grâce à Livraddict et son partenariat avec l’auteur Patrick Ferrer, j’ai pu lire le recueil de nouvelle Les Glaneuses de Temps de Patrick Ferrer, que j’ai vraiment apprécié. Ce recueil aux nouvelles différentes possèdent un même élément récurent: une femme qui part en quête.

Synopsis
Une jeune détective se lance sur les traces d’un tueur en série dans les brumes de l’Angleterre victorienne. Une princesse africaine doit affronter le désert et la montagne de la déesse-serpent pour réclamer son héritage. L’île tropicale féérique où ses parents l’ont emmenée n’est peut-être pas aussi inoffensive que Sybille pourrait le croire. Aux portes de la Cité des ombres, une jeune indienne apprend la danse du vent pour se protéger des esprits malins. La vie n’est pas simple quand on est une zomb’ adolescente dans un monde d’humains sans pitié. Un étudiant en Archéologie égyptienne fait une découverte bouleversante sur le quai déserté d’une petite gare anglaise…

J’avais déjà pu lire, du même auteur, La baie des trépassés : La rouille, qui est un excellent recueil de nouvelle. Les glaneuses de Temps me confortent dans l’idée que Patrick Ferrer sait écrire des nouvelles intéressantes.

On trouve 6 nouvelles dans ce recueil et j’en ai apprécié 4 sur les 6. Non pas que les deux autres soient mauvaises, bien au contraire d’autant plus qu’elles entre dans la thématique du recueil, je n’ai juste pas eu d’affinité.

La nouvelle Près du lac de vermaudit, me rappelle un peu la deuxième nouvelle de La baie des trépassés. On retrouve une petite fille en compagnie d’un être ignoré/répugnant/que les gens ignorent, et pourtant, cette petite fille apprécie ce « géant à l’œil bizarre » et inversement. On retrouve l’amitié improbable entre deux personnes. La plume de l’auteur rend les choses poétiques et touchantes. C’est une belle entrée dans le recueil dont la deuxième nouvelle est Les sables de Méroé avec une poésie sombre sur l’avenir d’un peuple vu à travers Shana.

Je n’ai pas spécialement eu d’affinité pour les deux nouvelles suivantes mais j’ai aussi adoré les deux dernières dont Safari avec une histoire de zombie simple mais que j’ai trouvé efficace. Certes la nouvelle ne peut développer un background dense, mais l’auteur a réussi à mettre suffisamment d’information en quelques pages (zombie vs humain et nourriture des zombies) pour donner un contexte à l’histoire de Patchouli. Cette nouvelle n’est pas dénuée d’humour notamment à la lecture du nom du Dieu/Saint que prient les zombies. Enfin, dernière nouvelle et titre éponyme La glaneuse de temps (a.k.a. Le rêve d’Imhotep) est vraiment chouette. J’ai une culture très limité en mythologie égyptienne donc si l’histoire/scénario de cette nouvelle fait référence à un mythe égyptien, je n’en connais pas la référence, mais ça ne m’a pas empêchée d’apprécier cette nouvelle. Au contrairement, ça m’a donnée envie d’en savoir sur les mythes égyptiens (dont certains sont brièvement narrés dans le roman).

Encore une fois, Patrick Ferrer propose un bon cru de nouvelles avec Les glaneuses de Temps et autres nouvelles.

Reply