Les Derniers Hommes, tome 1 : Le Peuple de l’eau de Pierre Bordage

couv63034029L’épisode 1 : Le peuple de l’eau de la série Les derniers hommes de Pierre Bordage fait partie des romans, qui possèdent des qualités mais dont je n’ai pas réussi à entrer dans l’univers.

Synopsis

Le futur proche, après la troisième guerre mondiale. Dans une Europe dévastée par les pollutions chimiques, nucléaires et génétiques, les rares ressources intactes sont partagées par des tribus nomades qui ont pris chacune en charge l’exploitation d’une denrée spécifique. Solman le boiteux, du peuple aquariote – qui découvre et contrôle les sources d’eau -, possède le don de clairvoyance : infaillible juge des âmes, cet atout le confine aussi à l’écart de tous, qui se méfient de son talent. Seuls Raïma, la guérisseuse, puis la mystérieuse Kadija et un vieux scientifique de l’ancien monde vont l’accompagner dans sa quête pour échapper à l’apocalypse qui semble menacer les derniers hommes…

Ce n’est pas le fait d’être un feuilleton post-apocalyptique banal qui m’a dérangée, mais bien l’univers décrit avec les séparations strictes entre les clans. Il y a ceux qui contrôle les sources d’eau, d’autres les armes à feux, d’autres l’agriculture etc. Ça me fait penser dans une moindre mesure et en différent à Divergent où chacun des clans à un trait de caractère (« mais pas les autres »… enfin, vu les réactions des gens, on comprend vite que c’est n’imp). Dans les deux cas, je trouve ça pas du tout réaliste. Je veux bien comprendre si on parle de denrée rare qui poussent dans des coins très spécifique du monde et que forcément, ceux qui vivent à cet endroit, en ont accès. Mais sur une technologie exploitable, j’ai du mal, peu importe l’outil nécessaires. Du coup, ça m’embête un peu et m’empêche de rentrer dans l’univers du livre. Aussi, les personnages ne m’interpellent pas vraiment, je trouve qu’ils manquent de profondeur, comme l’univers dans lequel ils vivent. Bon c’est post-apo, oui mais encore ?

C’est dommage finalement dommage, car les questionnements que recèlent ce premier épisode sont intéressantes comme les relations entre les tributs, éviter de refaire les même erreurs que dans le passé etc.

Du coup, je ne sais pas si c’est le format feuilleton littéraire, dont je ne suis pas fan, qui empêche un développement intéressant de l’histoire ou si c’est juste le roman en lui-même qui n’a pas réussi à m’attirer dans son univers post-apo, mais malheureusement, je ne suis pas entrer dans le livre et je n’ai pas envie de lire la suite. Dommage. Cela plaira à d’autres, je n’en doute pas. Ceci dit, je compte bien lire un autre livre de Pierre Bordage à l’occasion mais pas de feuilleton. J’aurais peut-être plus apprécié ou réussi à entrer dans le roman si ça n’avait pas été coupé (sans cliffhanger qui m’harponne) me laissant en bord de route.

Je précise toute fois, que ce premier épisode est disponible gratuitement en ebook dans les e-libraires.

2 Comments

  1. Reply

    Merci beaucoup à toi pour cette première participation et pour cette découverte, ce roman m’intrigue et je sens que je vais l’ajouter à mes livres à lire d’autant plus si il est gratuit 🙂

  2. Reply

    Merci beaucoup à toi pour cette première participation et pour cette découverte, ce roman m’intrigue et je sens que je vais l’ajouter à mes livres à lire d’autant plus si il est gratuit 🙂

Reply