Les annales de la compagnie noire, tome 1 : La compagnie noire de Glen Cook

couv58350200Je me suis enfin lancé dans Les annales de la compagnie noire, avec le tome 1 : La compagnie noire. de Glen Cook alors que sa faisait pas mal de temps que je voulais le lire, car c’est de la Dark Fantasy et je n’ai absolument pas été déçue.

Quand j’ai commencé à le lire, j’étais plutôt septique et le style d’écriture ne me plaisait pas, il est plutôt déconcertant, mais au bout du 3ème chapitre, non seulement je m’y suis faite mais en plus je suis totalement entré dans le livre qui est vraiment excellent.

La compagnie noire c’est un groupe de mercenaire qui, une fois sous contrat avec quelqu’un, effectue les tâches qu’on lui demande de faire, peu importe si c’est  « bien » ou « mal ». Dans ce groupe de merco, il y a Toubib, un gaillard médecin de la bande mais aussi annaliste. Il consigne les histoires et évènements de la Compagnie noire, comme l’on fait ses prédécesseurs afin de garder une trace d’eux, de cette famille comme il dit. C’est d’ailleurs ces annales que nous lisons.

Dans ce tome 1, la compagnie noire est au ordre d’un seigneur et doit empêcher les activités des rebelles, sauf que ça tourne plutôt mal, il y a beaucoup de perte dans les rangs de la compagnie et ils ne veulent pas continuer ainsi pour finir en mission suicide, mais en même temps ils sont loyaux envers leur patron. Au même moment, un certain Volesprit va proposer de les engager et de s’arranger pour éliminer leur boss. En gros, une échappatoire à la situation dans laquelle ils sont et qui se finira très mal pour la compagnie si ça continue. Ils acceptent donc la proposition et se retrouve à bosser non seulement pour Volesprit mais aussi La Dame, qui relève bien des mystères. Nous voilà donc plongé dans les péripéties de la compagnie noire bossant pour un Asservie (il y en a 10 en tous) et la Dame, au milieu de rivalité entre Asservie et le plan obscur de la dame, la compagnie noire n’a pas le temps de souffler.

Comme dit plus haut, j’ai mis un peu de temps à m’habituer au style mais honnêtement, une fois fait, ça coule tout seul, ça se lie vite car il y a tellement de choses qui se passent et de péripétie que je n’avais pas envie de lâcher le livre pour savoir la suite. Car le scénario est vraiment intéressant et le déroulement des actions bien réalisés et décrites. Il y a un peu des batailles, du meurtre, de la trahison mais aussi des scènes touchantes notamment avec la petite Chérie. C’est justement tout ce lot qui rend le livre si intéressant et si captivant.

Aussi les personnages principaux sont vraiment charismatiques et plus ou moins touchants. Cette bande de gaillard est vraiment sympa à suivre. Entre les deux mages (Gobelin et Qu’un-œil) qui se chamaillent à longueur de temps, à se jeter des sorts sur la tronches même au môme les moins propices, Toubib qui nous détaille les attaques et actions de la guilde, mais aussi de ses propres pensés sur ce que la compagnie devient et autre pensée plus philosophique. Les réflexions de Toubib sont aussi une des forces du livre, car certes se sont des mercenaires qui tuent et vole peu importe si c’est pour le bien ou le mal et le Toubib va justement s’interroger de plus en plus là-dessus. Je ne vais pas détailler chacun des gars mais ils ont tous un truc qui font que je me suis accrochée à eux.

Vous aurez donc compris, ce livre est un coup de cœur ! Je vous le recommande vivement et je compte bien me lancer dans la suite.

Sinon, c’est le deuxième livre avec Saigne sur mer de Serge Quadruppani où je lis l’insulte « Pute Borgne », je devrais l’utiliser dans la vie de tous les jours, elle sonne bien, héhéhé.

Enfin voici deux citations :

Celle-ci est tirée d’un dialogue dont Volesprit dit « Nous sommes trop pénétrés du désespoir, des idées noires, du malheur et de la terreur dont nous contaminons des armées entières. On oublie vite l’éventail d’émotions qu’offre la vie. »

« Il n’y a pas de méchants qui se proclament tels, seulement des régiments de soi-disant saints. Les historiographes des vainqueurs décident de quel côté sont le bien et le mal. ».

2 Comments


  1. Reply

    tu trouves toujours de livres et films originaux toi..mais bon, je ne me plains pas puisque comme ça en fin de week-end, je sais déjà ce que je dois commander

Reply