L’épreuve, tome 2 : La terre brûlée de James Dashner

couv6898901J’avais pris plaisir à lire le premier tome de la saga L’épreuve de James Dashner et j’ai repris plaisir à lire La terre brûlée qui est le second tome.

Synopsis
Et si la vie était pire hors du labyrinthe ? Thomas en était sûr, la sortie du Labyrinthe marquerait la fin de l’Épreuve. Mais à l’extérieur il découvre un monde ravagé. La terre est dépeuplée, brûlée par un climat ardent. Plus de gouvernement, plus d’ordre…. et des hordes de gens infectés en proie à une folie meurtrière errent dans les villes en ruines. Au lieu de la liberté espérée, Thomas se trouve confronté à un nouveau défi démoniaque. Au coeur de cette Terre Brûlée, parviendra-t-il enfin à trouver la paix… et un peu d’amour ?

Cette fois-ci, on, avec le groupe de survivant, sort du huit clos (le labyrinthe) pour se retrouver à l’extérieur sur les « conseils » d’un homme présent un court moment dans le labyrinthe. J’avoue avoir pris plaisir à suivre Thomas, Newt, les autres et les nouvelles rencontres à travers leurs périples essayant d’atteindre une destination précise.

J’ai retrouvé les défauts et qualités du premier tome. Thomas recasse un peu les mêmes choses, ce qui est un peu gênant par moment. Ça manque encore de profondeur à mon goût, mais encore une fois, le problème de mémoire fait partie du scénario. Cela dit, on découvre la personnalité de Thomas, Newt et deux des filles (j’ai oublié leurs noms). D’ailleurs, je trouve les interactions entre ces personnages intéressants, les épreuves qu’ils vont subir leurs font faire des choix qui ont des conséquences sur leurs relations et je trouve que l’auteur a bien retranscrit cela (ce n’est pas du « oh dsl », « pas grave c’est oublié »). Les autres personnages sont par contre aux abonnés absents niveau personnalité et présence. On sait qu’ils sont là et qu’ils sont un groupe d’une vingtaine de personne, car c’est écrit, mais on ne le sent pas vraiment. Alors, ça rend le récit moins profond, mais ça colle bien avec le rythme et la fluidité du roman. Je n’ai pas l’impression de m’enliser dans des longues tirades et descriptions de personnage alors qu’il y a une course contre la montre. En fait, je ne sais pas si l’auteur sait gérer plusieurs personnalités en même temps tout en gardant la fluidité que ce roman requière. Du coup, dans ce cas-là, le manque de profondeur ne me dérange pas car le reste tient la route, même si j’aurais aimé plus !

Concernant le scénario, on en apprend de plus en plus, notamment sur les pertes de mémoires des survivants, des déjà-vus de Thomas, mais je reste toujours autant sceptique sur la télépathie. Ce second tome arrive à me convaincre sur l’idée de l’amnésie et me donne vraiment envie de savoir le vrai but de toute cette histoire. On a des informations très bien distillées via les souvenirs de Thomas et quelques discussions en court de route, mais l’ensemble reste obscure (méchant ou gentil ? quel est le vrai but ? qu’est-ce qu’il se passe ?) et surtout me donne envie de lire la suite. Mais le coup de la télépathie casse le délire, c’est trop gros pour moi. Après, on aura peut-être une explication qui tient la route dans le troisième tome ?

En conclusion, j’ai pris plaisir à lire ce second tome. Ça se lit bien au point d’avoir du mal à poser le roman. Il est bien rythmé et prenant. Hormis quelques trucs, je trouve le scénario bien foutu dont les infos arrivent au compte-goutte de manière bien faites mais il y a toujours une grosse part de mystère qui donne envie de lire la suite pour comprendre ce qui se trame vraiment.

2 Comments

  1. Riz-Deux-ZzZ Reply

    C’est vraiment une très bonne trilogie !

    • Mortuum Reply

      Oui j’apprécie beaucoup. Ce qui m’étonne car, généralement je n’aime pas du tout ce genre YA.

Reply