Le Seigneur des Anneaux, tome 1 : La Communauté de l’Anneau de J.R.R. Tolkien

couv34542231Je ne suis pas une grande fan de fantasy à mondes manichéens mais je dois avouer que le tome 1, La Communauté de l’Anneau, du Seigneur des anneaux de J.R.R. Tolkien est épiquement génial et il me tarde de lire la suite.

Synopsis

Dans les vertes prairies de la Comté, les Hobbits, ou Semi-hommes, vivaient en paix…
jusqu’au jour fatal où l’un d’entre eux, au cours de ses voyages, entra en possession de l’Anneau Unique aux immenses pouvoirs. Pour le reconquérir, Sauron, le seigneur ténébreux, va déchaîner toutes les forces du Mal… Frodon, le Porteur de l’Anneau, Gandalf, le magicien, et leurs intrépides compagnons réussiront-ils à écarter la menace qui pèse sur la Terre du Milieu?

J’ai vu les films que j’ai adorés et dont je me fais une fois tous les deux ans, un marathon où j’enchaine, non-stop, les versions longues. Mais le roman est ultra méga génial, j’ai aimé découvrir des péripéties et descriptions que le film a omis/adaptés/transformés, comme par exemple la rencontre avec Tom Bombadil et les Êtres des Galgals.

Je ne m’étendrais pas sur le scénario en lui-même, il suffit d’avoir vu les films pour le connaître. Ceci dit, Frodon me tape tout autant sur le système et je préfère tous les autres personnages à lui. Ce n’est pas son côté hobbit, vu que j’aime bien les autres, tous ayant des différents caractères, mais bien le personnage de Frodon à qui j’aimerais coller des baffes. D’ailleurs, j’apprécie encore plus Aragon et Gandalf dans le roman, surement grâce aux descriptions et à la plume de Tolkien qui sont envoûtantes.

D’ailleurs, en parlant de la plume de Tolkien, j’avais entendu dire que c’était compliqué, lourd et lourd en description et en fait, ce n’est pas du tout compliqué ni lourd. Par contre, il y a énormément de descriptions qui sont vraiment envoûtantes et elles m’ont totalement fait voyager dans le monde épique du Seigneur des anneaux. Ici aussi, je n’ai pas l’impression d’un effet de remplissage, alors certes, il y a quelques longueurs (je pense à certains passages avec Bilbon et ses poêmes) mais aucunement lorsque cela concerne les descriptions de l’aventure et des péripéties. D’ailleurs, sans ces descriptions qui rendent l’ensemble épique et prenant, je pense que l’ensemble aurait été plus fade.

Concernant le rythme, le début est « lent » (pas dans le sens péjoratif) car, on découvre l’univers des hobbits et l’anneau. Cette lenteur de rythme se marie bien avec le côté paisible de la contrée. Lorsque Frodon sort de sa contrée, le rythme commence à s’accélérer grâce aux péripéties qu’il va rencontrer et il s’en passe des choses, même si ce n’est pas forcément rempli d’action. La fin est un excellent cliffhanger qui me donne vraiment envie de continuer l’aventure. Tolkien maîtrise le sens du rythme et des descriptions, ce qui rend ce premier tome captivant et génial !

Reply