Le sabotage amoureux d’Amélie Nothomb

couv28373381J’ai eu l’occasion de lire 3 de ses livres, ou plutôt devrais-je dire nouvelle (100 pages et écrits gros… à un prix exorbitant…). Une à base autobiographique et deux romans et je n’ai pas du tout aimé. Pour plusieurs challenges littéraires, je me suis lancée à nouveau dans un Amélie Nothomb avec Le sabotage amoureux et franchement, je ne comprends pas tout l’engouement pour cet auteur.

Le sabotage amoureux est un livre autobiographique, qui se déroule durant une période de trois ans, dans les années 70, où elle a vécue en Chine, elle était très jeune, dans les sept ans. Elle nous décrit la guerre mondiale du ghetto où elle vivait. Une guerre que se mènent les enfants de différentes nationalités parqués dans ce ghetto moche de Pékin. Elle tient son rôle d’éclaireur à l’aide de son cheval (vélo) jusqu’à ce que l’amour l’envahit, elle aime Elena qu’elle trouve terriblement belle et si inaccessible et méchante.

Non seulement le style n’a rien de spéciale mais en plus, dans ses récits, elle a tendance à passer du coq à l’âne pour revenir au coq puis passer sur le lézard et ainsi de suite, en tout cas je l’ai bien senti dans ce livre.

Aussi, ce livre est ennuyeux à lire. Je veux dire par là que l’histoire est tellement insipide qu’on s’endort. Qu’est ce que je me suis ennuyée à lire sa vie d’enfance, la guerre entre gamins et son amourette pour la Elena, une fille de quasi son âge. Je veux dire par là, que c’est écrit de manière tellement platonique, sans profondeur ni relief que ça en est soporifique, ça m’ennuie.

Sans compter son arrogance égocentrique qui donne envie de lui foutre des baffes. Elle est (le personnage principal) insupportable tout comme Elena, du moins le peu qu’on ne connaît d’elle. Vraiment.
Du coup l’humour et l’ironie que j’avais cru déceler dans les toutes premières pages, ainsi qu’à un ou deux autre endroit, s’est vite dissipé pour laisser place à l’ennui, la fadeur et à un personnage totalement imbu de soi.

12 Comments

  1. Reply

    J’avais commencé Amélie Nothomb eb lisant Stupeurs et Tremblements. Un livre faisant état de la différence de culture entre l’occident et l’orient notamment dans le monde du travail dans lequel elle va totalement se faire matraiter suite à des méprises répétées des traditions orientales. Ce qui m’avait fasciné est la capacité qu’elle a à fantasmer (au sens propre du terme) cette aventure. Elle montre des troubles psychotiques totalement surréalistes comme dans Métaphysique des tubes un livre qui m’avait mis relativement mal à l’aise en le lisant (plus que le 1er).

    Pour ce qui ets du sabotage amoureux, je suis relativement d’accord avec ton point de vue, parce que j’ai ressenti la même, et que pour ce dernier ouvrage, je n’ai pas prit la peine de le finir, et j’ai arrêté les amélie noobnoob avec ce bouquin.

    • Helran Reply

      Oh tu sais, je n’aime rien de ce qu’elle écrit, ni le fond, ni la forme, ni le style. Je trouve ça insipide et contrairement à ce qui est dit, à l’imagination platonique voir absente.

  2. Reply

    J’avais commencé Amélie Nothomb eb lisant Stupeurs et Tremblements. Un livre faisant état de la différence de culture entre l’occident et l’orient notamment dans le monde du travail dans lequel elle va totalement se faire matraiter suite à des méprises répétées des traditions orientales. Ce qui m’avait fasciné est la capacité qu’elle a à fantasmer (au sens propre du terme) cette aventure. Elle montre des troubles psychotiques totalement surréalistes comme dans Métaphysique des tubes un livre qui m’avait mis relativement mal à l’aise en le lisant (plus que le 1er).

    Pour ce qui ets du sabotage amoureux, je suis relativement d’accord avec ton point de vue, parce que j’ai ressenti la même, et que pour ce dernier ouvrage, je n’ai pas prit la peine de le finir, et j’ai arrêté les amélie noobnoob avec ce bouquin.

    • Helran Reply

      Oh tu sais, je n’aime rien de ce qu’elle écrit, ni le fond, ni la forme, ni le style. Je trouve ça insipide et contrairement à ce qui est dit, à l’imagination platonique voir absente.

  3. Reply

    J’avais commencé Amélie Nothomb eb lisant Stupeurs et Tremblements. Un livre faisant état de la différence de culture entre l’occident et l’orient notamment dans le monde du travail dans lequel elle va totalement se faire matraiter suite à des méprises répétées des traditions orientales. Ce qui m’avait fasciné est la capacité qu’elle a à fantasmer (au sens propre du terme) cette aventure. Elle montre des troubles psychotiques totalement surréalistes comme dans Métaphysique des tubes un livre qui m’avait mis relativement mal à l’aise en le lisant (plus que le 1er).

    Pour ce qui ets du sabotage amoureux, je suis relativement d’accord avec ton point de vue, parce que j’ai ressenti la même, et que pour ce dernier ouvrage, je n’ai pas prit la peine de le finir, et j’ai arrêté les amélie noobnoob avec ce bouquin.

    • Helran Reply

      Oh tu sais, je n’aime rien de ce qu’elle écrit, ni le fond, ni la forme, ni le style. Je trouve ça insipide et contrairement à ce qui est dit, à l’imagination platonique voir absente.







Reply