Le passeur de Lois Lowry

couv65222791Le passeur de Lois Lowry est apparemment considéré comme un roman de dystopie génial sauf que je l’ai trouvé chiant, rempli de non-sens et fade, même dans sa partie dystopique.

Synopsis à ma façon

L’histoire se déroule dans une communauté fermée où chaque individu vit pour la collectivité. Ces individus n’ont pas d’émotion, ne perçoive pas les couleurs (lolilol, ils ne voix qu’en gris) et n’ont aucunes décisions à prendre ou de choix à faire, ils ne savent même pas ce qu’est le soleil, ni la pluie, ni la neige, ni les animaux. Ils vivent dans un monde clos. Le choix de leur vie, job, partenaire et enfant sont totalement contrôlés et choisis pour eux. Toutes ces contreparties leur apportent une vie sans mouvement et sans problème. Parmi cette communauté, Jonas, qui durant la cérémonie des douze ans, va se faire attribuer sa formation et son job.

Univers fade sortie de nulle part

Voilà pour le synopsis et l’univers en général. Non seulement il est rempli de non-sens mais en plus cet univers sort de nulle part, vraiment, du coup ça rend la lecture fade et insipide.

A partir du moment où l’on parte de dystopie, il va de soi, enfin pour moi, qu’on y ajoute une composante politique. Pas forcément besoin d’être détaillé et chiant, mais qu’au moins on sache d’où vient cette communauté, pourquoi elle est enfermée sur elle-même et contrôlé ainsi et surtout est-ce que cela vient d’un choix (la communauté à décider d’aller dans cette direction) ou est-ce imposé par une dictature/totalitarisme ? On ne sait strictement rien. On a aucune info d’où vient et d’où est né cette communauté, cette idée de supprimer les émotions (au sens large du terme) et la perception des couleurs (LOL… désolé, je ris, tellement que c’est du n’imp) pour en retour avec une vie simple et sans embûche.

En résumé, il n’y a strictement aucun socle, aucune base, aucune fondation qui soutient la communauté, l’idée de celle-ci et donc la base du livre et de son récit. Comment voulez-vous construire une maison sans fondation ? Et bien ici c’est pareil, c’est bancal dès le début. Arrivez à 70% du livre, je savais que je n’aurais aucune réponse là-dessus, aucun développement sur l’aspect politique même minimaliste, aucune info qui me dit « Pourquoi en soit-il arrivé là ? » question simple et obligatoire à la compression. Mais non, on ne sait que dalle. Surtout que je pense que les points de vue et la perception de ce monde diffèrent en fonction de la façon dont il a été créé.

Incohérences et WTF ?!

[Spoil] Cette partie contient des éléments clés à l’histoire [/spoil]

Je fais faire très simple, un être vivant (être humain et autres vertébrés) sans aucune émotion ne peux pas survivre (cas des animaux), ni s’adapter dans leurs milieux (cas de tous). C’est fondamental et absolument nécessaire. Il suffit de voir les cas de maladie neurologique pour se rendre compte à quel point c’est importante (ex : autisme, il suffit de voir comment ils sont retranchés et couper du contacte humain/social. Et même les autismes de haut niveau, qui arrivent à communiquer et parler avec d’autre, ont du mal à comprendre le monde car ils ne ressentent, ni ne perçoivent, les émotions (merci un vieux documentaire Arte sur les autistes de haut niveaux, dont on suivait un couple d’autiste haut niveaux, ils étaient en couple par copie ou utilité mais n’avait aucune notion d’émotion et d’amour)).

Donc déjà, vouloir créer des êtres humains sans émotions c’est mener la communauté à sa perte. Dans le livre, il est dit que les généticiens ont réussi à créer ce genre d’être humain, donc ce qu’on voit dans le livre. Sauf qu’encore une fois, il suffit de voir les cas médicaux de personnes dont une partie importante liée directement ou indirectement aux systèmes limbique (impliquée dans les émotions) entraînent des comportements anormaux et même pour certains cas, clairement pas adaptable dans une société propre comme Lowry essaye de nous le montrer. D’ailleurs, si la communauté décrite dans Le passeur était vraiment démunie d’émotion, les cellules familiales ne pourraient même pas faire leur réunion journalière à parler «des émotions de la journée ». Déjà qu’ils ont un vocabulaire limité et précis via leur système d’apprentissage des langues. M’enfin.

Ensuite il y a cette histoire de perception des couleurs. Les gens de cette communauté perçoivent tout en gris, alors que le décor est coloré, je veux dire par là que les herbes sont vertes etc. Alors là, honnêtement, je ne vois pas en quoi la perception des couleurs peut interférer avec cette communauté clean et sans émotions. Si déjà à la base, ils sont sans émotions, le fait de voir du vert ou du rouge ne va pas changer grand-chose vu qu’ils ne sont même pas capable d’associé une couleur à un sentiment ou sensation. Dans le livre, l’un des personnages se met à voir des couleurs. Là, j’ai cru que j’allais mourir, vraiment. Donc cette personne n’a jamais vu de couleur de sa vie (on ne sait pas pourquoi, problème de photorécepteur dans l’œil ? ou bien de perception des couleurs, les aires corticales liées à la perception des couleurs sont atrophiées ? On ne sait pas (on ne sait déjà pas comment cette communauté a été construite, alors en savoir plus sur cette histoire de couleur… faut pas trop en demander !), soudainement elle voit des couleurs. Et là, je me dis WTF ! Non mais vraiment. Sérieusement, l’auteur a vraiment cru que ce serait cohérent  même seulement d’un point de vue neurologique ? Parce que ça ne l’est pas du tout, c’est du n’importe quoi et ce n’est pas possible.

D’ailleurs en parlant de voir des couleurs chez une personne qui n’en a jamais vu de sa vie. Voici l’antépénultième incohérence. Il faut savoir que dans ce livre, il est possible de passer des souvenirs d’il y a, au moins, des dizaines de générations, chez une personne qui n’a jamais rien ressenti, rien vu, rien vécu etc, et ce juste en passant ses mains sur son dos. Plus clairement, une personne qui a emmagasinée des souvenirs peut transmettre ces souvenirs tel un magnétiseur (lol), c’est-à-dire en passant ses mains sur le dos d’une autre. Ce processus induit la perte du souvenir chez la personne qui le transmet. Dans ce livre, le passeur n’a, lui-même, jamais vécu aucun des souvenirs, ni jamais ressenti ce qui se passe dans les souvenirs. Alors j’ai juste envi de dire, mais comment une personne démunie d’émotion peut-elle ressentir/percevoir des émotions d’autrui, dans des contextes données (ou pas) et que la personne n’a jamais vu/vécu même de loin. Ce n’est pas possible ! Alors, on va dire « oui mais c’est une métaphore pour le transfert du savoir des anciens comme on le faisait à l’oral ». Et bien que l’auteur l’écrive ainsi au lieu de nous pondre cette merde irréaliste et incohérente d’un point de vue neurophysiologique.

Avant dernière incohérence, du moins celles dont je me souviens parce qu’au bout d’un moment mon cerveau à fait un rejet de greffe sans jamais avoir été greffé. Cette communauté, par je ne sais quel miracle, contrôle la météo. Les gens ne savent pas ce que c’est le soleil (véridique), ni la neige, ni la pluie, ni rien. Sauf qu’ils sont libres de jouer dehors ou d’aller d’un bâtiment à un autre et même quelque fois d’aller visiter la communauté voisine. Mais jamais, il n’a fait trop chaud ou trop froid. Alors que par contre, en début de livre, ils voient un avion passer dans le ciel ! Nan mais, mais… maiiis vraiment ? Si encore il vivant en sous-sol ou dans une sphère, je veux bien, mais même pas. En fin, comme je les dis plus haut, de toute façon, on ne nous explique rien, donc on est plus à un non-sens près.

Enfin, un dernier pour la route. A un moment donné, un personnage utilise le souvenir du froid et de la neige pour réduire la température de son corps afin de ne pas être détecté via des senseurs thermique. Honnêtement, si cela n’avait pas été un ebook, j’aurais balancé le livre contre le mur. Je ne sais pas d’où cette idée est sortie. Mais l’auteur a de terrible lacune en biologique vraiment. Même lorsque vous allez vous baigner tout nus dans un lac gelé en Laponie pendant 2 minutes, votre température interne ne bouge pas (c’est sûr que si vous restez une heure à -30°C dans un lac gelé, là vous mourrez hein), lorsque l’on a froid et qu’on se les gèle et frissonne, quoi qu’il arrive, le noyau interne du corps (organe internet et cerveau) reste toujours à la même température. Nous avons un système de régulation efficace, jusqu’à un certain point évidement, qui permet de maintenir la température optimale aux organes vitaux leurs permettant de continuer à fonctionner. Donc même en penser à se jeter dans un lac gelé par -30°C en Laponie ou en le faisant pour de vrai, les détecteurs thermiques vont de toute façon détecter la chaleur que nous produisons.

La morale du livre ?

Ce livre est sensé soulever des questions sur la liberté, l’individualisme, le communautarisme et surtout à nous demander jusqu’où serions nous prête à aller pour avoir une vie paisible sans accroches ni émotions négatives. Est-ce que finalement une vie fade est-elle meilleurs qu’une vie palpitante qui comporte ses hauts et ses bas dans un monde où une partie de la planète survie ou vie ou vie très bien alors que dans l’autre il y a la guerre et des gens qui crèvent aux coins des rues pour moult raison comme la faim. Jusqu’où accepte-t-on d’être contrôler pour notre sécurité. Il y a aussi un autre thème abordé, on s’en rend vite compte, celui de l’euthanasie, mais comment voulez vous débattre de ça en prenant comme base un monde sans émotion. Alors c’est facile d’aller tuer un bébé en trop (2 gosses par famille max !) et de faire crever un vieux quand on n’a aucune émotion. Par contre dans une communauté avec émotion ces différents, car là les questions sont essentielles.

J’aurais vraiment voulu entamer une discussion à ce sujet ici. Sauf que comment voulez-vous commencer une discussion à partir d’une base foireuse ? Parce que vraiment, tout l’univers que Lowry a créé est tellement rempli d’incohérences, de non-sens, d’illogiques et de WTF/lol que ce n’est pas possible de partir de ça. Sans compter qu’il n’y a même de pilier de base à l’histoire de cette communauté pour justement commencer par des ouvertures de questionnement sur ce que le livre est sensé évoquer.

Le style d’écriture

Je vais résumer en une phrase : rien d’exceptionnel.

« Oui mais c’est un livre jeunesse ! »

Nan, non que ce soit SF ou Jeunesse n’excuse pas les incohérences et l’insipidité de ce livre. D’ailleurs au collège je devais lire du 1984 d’Orwell et le Meilleurs des mondes de Huxley alors qu’on ne vient pas me dire que Le Passeur est une version jeunesse de 1948 et équivalent. Non Le passeur c’est fade et pourri, les personnages ne sont pas attachant, il n’y aucune logique, aucune partie politique (même très minime), ni aucune explication sur leur mode de vie ni comment ils sont devenus comme ça. Alors proposer Le passeur à la place de 1984 par exemple, c’est soit du nivellement par le bas, soit prendre les pré ado/ado pour des cons. Je veux bien qu’au collège la passion de la lecture soit quasi inexistante pour la plus part, mais ce n’est pas une raison pour leur mettre de l’insipidité dans les mais !

Conclusion

Vous l’aurez compris, je n’ai pas aimé ce livre. Il est fade et insipide, les personnages ne sont pas attachants, l’ensemble est ennuyeux à lire et c’est longuet. Pire que tout, il n’y aucune logique, c’est truffé d’incohérence, aucune partie politique (même très minime), ni aucune explication sur comment cette communauté s’est créer, comment ils en sont arrivé à ce stade sans émotion, confiné et contrôlé mais du coup protégé de tout tracas et ennuis de vie. Rien ! Que dalle. Je ne comprends vraiment pas l’engouement autour de ce livre. Reprendre des idées qui ont déjà été écrites moult fois ce n’est pas dérangeant si c’est bien écrit et qu’il y a un plus, un apport, un enrichissement. Ici, n’y a rien de tout ça.

51 Comments

  1. Reply

    Bonjour Helran,

    Ce livre est sur ma LAL mais je n’ai pas encore eu le temps de le lire. A part l’histoire de leur non perception des couleurs, le monde que tu décris me fait assez bien penser à celui de Terrienne (JC Mourlevat) : tout y est décidé, insipide, inodore, propre à l’excès etc. Pour un mode asseptisé, je te conseille cette lecture 🙂 C’est le livre du Book Club du mois sur Livraddict, on en discutera le 27.

    Concernant le passeur, comme je suis une fille bizarre, la présence d’un socle ne m’est pas spécialement indispensable si le reste tient la route. Je n’ai pas de réponse pour toutes les choses bizarres que tu soulèves, mais pour le plan de la couleur je peux donner une piste, suite à une lecture faite il y a quelques années, mais dont je ne me souviens pas grand chose : une discussion entre deux personnes portait justement sur les couleurs et l’effet que ça aurait si elles n’existaient pas. C’est assez simple : la couleur permet la différence, la différence entraine toute sorte de sentiments (joie, envie, jalousie, respect, …). La couleur donne aussi une dimension visible au temps qui passe. Du coup, si dans Le passeur le but est de supprimer les différences, les émotions, les choix, ça ne me semble pas si étrange, au moment de la création génétique de ces gens, de leur enlever la capacité de voir les couleurs.

    Je te rejoins sur un point en tous cas, mettre un livre insipide entre les mains d’ados qui ont déjà du mal avec la lecture, ça ne leur donnera pas envie de lire. Alors qu’en leur mettant “une perle” entre les mains, on peut susciter des envies de lire autre chose : même auteur, même genre, histoire semblable ou à la même époque, même thème etc.

    Finalement, ta critique très négative me donne envie de lire ce livre assez rapidement, pour me faire mon propre avis =) Ca tombe bien, il entrerait bien dans la quinzaine de l’imaginaire 😀

    • Reply

      je l’ai lu aussi et ça ne m’a pas choquée à ce point sauf la fin qui est un peu en “queue de poisson” mais il y a une suite qui peut être donne des explications et je l’ai mise dans ma LàL => elle est dans ma PàL grâce à un swap et je devrais bientôt la lire : L’élue

      • Helran Reply

        La fin serait apparament intérprétable. Pour moi il n’y a pas de doute dessus [SPOIL]trom tse li, et il a eu des hallucination à cause des conditions dans lesquels ils se sont retrouvé[/SPOIL]

    • Helran Reply

      Ah oui, il faut que tu te fasses une idée. Surtout que la grande majorité des gens ont aimé.
      Pour le socle, oui apparement certain sans passe sans soucis, pour ma part, j’en ai besoin d’un.

      Pour les couleurs, oui je suis d’accord avec ce que tu dis. Je l’ai peut Être mal exprimée dans mon avis. Mais si des personnes sont sencés Être démunies d’émotion, qu’elles voient du bleu ou du rouge, ca ne change pas grand chose pour elles, vu qu’elles ne sont pas capable d’associé une peinture rouge par exemple à de l’aggrétion/sang/guerre d’un bleu calme d’un lagon.

      D’ailleurs les couleurs ne sont pas supprimer, il y a de l’herbe etc, seule la perception des couleurs n’est pas possible chez les membres de cette communauté.

      Ce qui me choque plus, c’est lorsque l’un des personnages ce mets à percevoir les couleurs. C’est du n’importe quoi, vu que d’une part il n’en a jamais vu avant, il ne peux meme pas les associés à un mot (ils n’ont aucun mot pour définir les couleurs) et au niveau culture il ne sait pas à quoi se refére le rouge, bleu, jaune etc… Disons que percevoir une couleur ou des sentiments qu’on a jamais exprimé via un souvenir transmis de nul part, ca ne tiens pas la route de manière biologique.

      Ce qui veut dire que l’univers en lui mëme nu tiens pas la route car les couleurs sont présentes mais ils ne peuvent les percevoir… donc ils doivent avoir un attrophie cerebral ou un truc du genre que les généticiens aurait crée etc…. je veux dire rien n’est logique. Donc comment percevoir les couleurs si ton cerveau ne peut pas traiter l’information, a moins que se soit l’oeil, mais le probleme et le meme, vu que le problème occulaire entraine une “attrophie” de la partie du cerveau en question.

      • Reply

        On voit le “problème” des couleurs tout à fait différemment : je pense que d’elles même elles permettent de ressentir des choses même si on ne peut y associer des mots.

        Par contre il y a apparemment un problème avec celui qui se met à les voir, ça m’intrigue bien sur. Le livre est disponible à la biblio, j’espère qu’il le sera encore demain quand j’irai y faire un tour =)

        • Helran Reply

          Oui oui je suis d’accord surtout que tu verras, il y a des arbustes verts et un des personnages à les cheveux rouges. Sauf que personnes ne vois ces couleurs présentes, alors comment soudainement quelqu’un peu les voir et leur donner un sens si la personne ne les a jamais vu avant, surtout par des personnes censé ne pas avoir d’émotion!

          J’attends ton avis avec impatience 🙂

          • En lisant d’autres chroniques, je me suis rendue compte que j’ai lu ce livre il y a quelques mois 😮 Il ne m’a apparemment pas marqué, ni dans un sens ni dans l’autre.

            Je me souviens
            – du passeur de mémoire
            – de la douleur de l’apprentissage
            – de “se faire élargir”.

            Je le prends demain à la bibliothèque, il faut que je relise. C’est rare qu’un livre me laisse si peu de souvenirs alors que je me souviens de plein de livres que j’ai lu il y a plus de 20 ans (bon évidemment sauf l’essentiel comme souvent : le nom de l’auteur et le titre). Et du coup, ça m’intrigue évidemment.

            En regardant dans la bibliomania, j’ai appris que c’était le tome 1 d’une trilogie… dont j’ai lu le tome 2 il y a quelques années, et celui là je m’en souviens assez bien même si j’avais oublié le titre. Mais je ne vois pas trop le rapport entre les deux tomes. Le lien entre le tome 2 et le 3 (dont je n’ai lu que le synopsis) me semble bien plus évident.

            Je raconte ça pendant le weekend si tout va bien (je crois que je couve la grippe x.x).

          • Sila

            Dans ce bouquin,si vous avez bien lu, les individus prennent une “médication” qui bloque les émotions,les couleurs aussi sont contôlées,la douleur etc de cette façon la sauf que Jonas va cesser de prendre cette médication et c’est à cause de ça qu’il va pouvoir les percevoir et ressentir des sentiments…Ce bouquin fait partie d’une trilogie,donc pour les explications il suffit de lire la suite…Ne vous attendez tout de même pas à quelque chose d’immensément complexe,ces bouquins ciblent un public jeune,pré ados et ados donc dans ce pourquoi il est écrit,je trouve que c’est très bien,moi j’ai adoré en tous cas 🙂

          • Ah oui le coup du médicament, je l’avais oublié celui là. Du lol en barre aussi. Donc avec une pilule (de on ne sait quoi sortie dont ne sais où) des types arrivent à stopper toutes émotions + vision des couleur sur. LOLILOL.

            Quand bien même ?! Une communauté / un individu sans émotions ni douleurs est vouée à sa perte.

  2. Reply

    Bonjour Helran,

    Ce livre est sur ma LAL mais je n’ai pas encore eu le temps de le lire. A part l’histoire de leur non perception des couleurs, le monde que tu décris me fait assez bien penser à celui de Terrienne (JC Mourlevat) : tout y est décidé, insipide, inodore, propre à l’excès etc. Pour un mode asseptisé, je te conseille cette lecture 🙂 C’est le livre du Book Club du mois sur Livraddict, on en discutera le 27.

    Concernant le passeur, comme je suis une fille bizarre, la présence d’un socle ne m’est pas spécialement indispensable si le reste tient la route. Je n’ai pas de réponse pour toutes les choses bizarres que tu soulèves, mais pour le plan de la couleur je peux donner une piste, suite à une lecture faite il y a quelques années, mais dont je ne me souviens pas grand chose : une discussion entre deux personnes portait justement sur les couleurs et l’effet que ça aurait si elles n’existaient pas. C’est assez simple : la couleur permet la différence, la différence entraine toute sorte de sentiments (joie, envie, jalousie, respect, …). La couleur donne aussi une dimension visible au temps qui passe. Du coup, si dans Le passeur le but est de supprimer les différences, les émotions, les choix, ça ne me semble pas si étrange, au moment de la création génétique de ces gens, de leur enlever la capacité de voir les couleurs.

    Je te rejoins sur un point en tous cas, mettre un livre insipide entre les mains d’ados qui ont déjà du mal avec la lecture, ça ne leur donnera pas envie de lire. Alors qu’en leur mettant “une perle” entre les mains, on peut susciter des envies de lire autre chose : même auteur, même genre, histoire semblable ou à la même époque, même thème etc.

    Finalement, ta critique très négative me donne envie de lire ce livre assez rapidement, pour me faire mon propre avis =) Ca tombe bien, il entrerait bien dans la quinzaine de l’imaginaire 😀

    • Reply

      je l’ai lu aussi et ça ne m’a pas choquée à ce point sauf la fin qui est un peu en “queue de poisson” mais il y a une suite qui peut être donne des explications et je l’ai mise dans ma LàL => elle est dans ma PàL grâce à un swap et je devrais bientôt la lire : L’élue

      • Helran Reply

        La fin serait apparament intérprétable. Pour moi il n’y a pas de doute dessus [SPOIL]trom tse li, et il a eu des hallucination à cause des conditions dans lesquels ils se sont retrouvé[/SPOIL]

    • Helran Reply

      Ah oui, il faut que tu te fasses une idée. Surtout que la grande majorité des gens ont aimé.
      Pour le socle, oui apparement certain sans passe sans soucis, pour ma part, j’en ai besoin d’un.

      Pour les couleurs, oui je suis d’accord avec ce que tu dis. Je l’ai peut Être mal exprimée dans mon avis. Mais si des personnes sont sencés Être démunies d’émotion, qu’elles voient du bleu ou du rouge, ca ne change pas grand chose pour elles, vu qu’elles ne sont pas capable d’associé une peinture rouge par exemple à de l’aggrétion/sang/guerre d’un bleu calme d’un lagon.

      D’ailleurs les couleurs ne sont pas supprimer, il y a de l’herbe etc, seule la perception des couleurs n’est pas possible chez les membres de cette communauté.

      Ce qui me choque plus, c’est lorsque l’un des personnages ce mets à percevoir les couleurs. C’est du n’importe quoi, vu que d’une part il n’en a jamais vu avant, il ne peux meme pas les associés à un mot (ils n’ont aucun mot pour définir les couleurs) et au niveau culture il ne sait pas à quoi se refére le rouge, bleu, jaune etc… Disons que percevoir une couleur ou des sentiments qu’on a jamais exprimé via un souvenir transmis de nul part, ca ne tiens pas la route de manière biologique.

      Ce qui veut dire que l’univers en lui mëme nu tiens pas la route car les couleurs sont présentes mais ils ne peuvent les percevoir… donc ils doivent avoir un attrophie cerebral ou un truc du genre que les généticiens aurait crée etc…. je veux dire rien n’est logique. Donc comment percevoir les couleurs si ton cerveau ne peut pas traiter l’information, a moins que se soit l’oeil, mais le probleme et le meme, vu que le problème occulaire entraine une “attrophie” de la partie du cerveau en question.

      • Reply

        On voit le “problème” des couleurs tout à fait différemment : je pense que d’elles même elles permettent de ressentir des choses même si on ne peut y associer des mots.

        Par contre il y a apparemment un problème avec celui qui se met à les voir, ça m’intrigue bien sur. Le livre est disponible à la biblio, j’espère qu’il le sera encore demain quand j’irai y faire un tour =)

        • Helran Reply

          Oui oui je suis d’accord surtout que tu verras, il y a des arbustes verts et un des personnages à les cheveux rouges. Sauf que personnes ne vois ces couleurs présentes, alors comment soudainement quelqu’un peu les voir et leur donner un sens si la personne ne les a jamais vu avant, surtout par des personnes censé ne pas avoir d’émotion!

          J’attends ton avis avec impatience 🙂

          • En lisant d’autres chroniques, je me suis rendue compte que j’ai lu ce livre il y a quelques mois 😮 Il ne m’a apparemment pas marqué, ni dans un sens ni dans l’autre.

            Je me souviens
            – du passeur de mémoire
            – de la douleur de l’apprentissage
            – de “se faire élargir”.

            Je le prends demain à la bibliothèque, il faut que je relise. C’est rare qu’un livre me laisse si peu de souvenirs alors que je me souviens de plein de livres que j’ai lu il y a plus de 20 ans (bon évidemment sauf l’essentiel comme souvent : le nom de l’auteur et le titre). Et du coup, ça m’intrigue évidemment.

            En regardant dans la bibliomania, j’ai appris que c’était le tome 1 d’une trilogie… dont j’ai lu le tome 2 il y a quelques années, et celui là je m’en souviens assez bien même si j’avais oublié le titre. Mais je ne vois pas trop le rapport entre les deux tomes. Le lien entre le tome 2 et le 3 (dont je n’ai lu que le synopsis) me semble bien plus évident.

            Je raconte ça pendant le weekend si tout va bien (je crois que je couve la grippe x.x).

          • Sila

            Dans ce bouquin,si vous avez bien lu, les individus prennent une “médication” qui bloque les émotions,les couleurs aussi sont contôlées,la douleur etc de cette façon la sauf que Jonas va cesser de prendre cette médication et c’est à cause de ça qu’il va pouvoir les percevoir et ressentir des sentiments…Ce bouquin fait partie d’une trilogie,donc pour les explications il suffit de lire la suite…Ne vous attendez tout de même pas à quelque chose d’immensément complexe,ces bouquins ciblent un public jeune,pré ados et ados donc dans ce pourquoi il est écrit,je trouve que c’est très bien,moi j’ai adoré en tous cas 🙂

          • Ah oui le coup du médicament, je l’avais oublié celui là. Du lol en barre aussi. Donc avec une pilule (de on ne sait quoi sortie dont ne sais où) des types arrivent à stopper toutes émotions + vision des couleur sur. LOLILOL.

            Quand bien même ?! Une communauté / un individu sans émotions ni douleurs est vouée à sa perte.

  3. Reply

    Bonjour Helran,

    Ce livre est sur ma LAL mais je n’ai pas encore eu le temps de le lire. A part l’histoire de leur non perception des couleurs, le monde que tu décris me fait assez bien penser à celui de Terrienne (JC Mourlevat) : tout y est décidé, insipide, inodore, propre à l’excès etc. Pour un mode asseptisé, je te conseille cette lecture 🙂 C’est le livre du Book Club du mois sur Livraddict, on en discutera le 27.

    Concernant le passeur, comme je suis une fille bizarre, la présence d’un socle ne m’est pas spécialement indispensable si le reste tient la route. Je n’ai pas de réponse pour toutes les choses bizarres que tu soulèves, mais pour le plan de la couleur je peux donner une piste, suite à une lecture faite il y a quelques années, mais dont je ne me souviens pas grand chose : une discussion entre deux personnes portait justement sur les couleurs et l’effet que ça aurait si elles n’existaient pas. C’est assez simple : la couleur permet la différence, la différence entraine toute sorte de sentiments (joie, envie, jalousie, respect, …). La couleur donne aussi une dimension visible au temps qui passe. Du coup, si dans Le passeur le but est de supprimer les différences, les émotions, les choix, ça ne me semble pas si étrange, au moment de la création génétique de ces gens, de leur enlever la capacité de voir les couleurs.

    Je te rejoins sur un point en tous cas, mettre un livre insipide entre les mains d’ados qui ont déjà du mal avec la lecture, ça ne leur donnera pas envie de lire. Alors qu’en leur mettant “une perle” entre les mains, on peut susciter des envies de lire autre chose : même auteur, même genre, histoire semblable ou à la même époque, même thème etc.

    Finalement, ta critique très négative me donne envie de lire ce livre assez rapidement, pour me faire mon propre avis =) Ca tombe bien, il entrerait bien dans la quinzaine de l’imaginaire 😀

    • Reply

      je l’ai lu aussi et ça ne m’a pas choquée à ce point sauf la fin qui est un peu en “queue de poisson” mais il y a une suite qui peut être donne des explications et je l’ai mise dans ma LàL => elle est dans ma PàL grâce à un swap et je devrais bientôt la lire : L’élue

      • Helran Reply

        La fin serait apparament intérprétable. Pour moi il n’y a pas de doute dessus [SPOIL]trom tse li, et il a eu des hallucination à cause des conditions dans lesquels ils se sont retrouvé[/SPOIL]

    • Helran Reply

      Ah oui, il faut que tu te fasses une idée. Surtout que la grande majorité des gens ont aimé.
      Pour le socle, oui apparement certain sans passe sans soucis, pour ma part, j’en ai besoin d’un.

      Pour les couleurs, oui je suis d’accord avec ce que tu dis. Je l’ai peut Être mal exprimée dans mon avis. Mais si des personnes sont sencés Être démunies d’émotion, qu’elles voient du bleu ou du rouge, ca ne change pas grand chose pour elles, vu qu’elles ne sont pas capable d’associé une peinture rouge par exemple à de l’aggrétion/sang/guerre d’un bleu calme d’un lagon.

      D’ailleurs les couleurs ne sont pas supprimer, il y a de l’herbe etc, seule la perception des couleurs n’est pas possible chez les membres de cette communauté.

      Ce qui me choque plus, c’est lorsque l’un des personnages ce mets à percevoir les couleurs. C’est du n’importe quoi, vu que d’une part il n’en a jamais vu avant, il ne peux meme pas les associés à un mot (ils n’ont aucun mot pour définir les couleurs) et au niveau culture il ne sait pas à quoi se refére le rouge, bleu, jaune etc… Disons que percevoir une couleur ou des sentiments qu’on a jamais exprimé via un souvenir transmis de nul part, ca ne tiens pas la route de manière biologique.

      Ce qui veut dire que l’univers en lui mëme nu tiens pas la route car les couleurs sont présentes mais ils ne peuvent les percevoir… donc ils doivent avoir un attrophie cerebral ou un truc du genre que les généticiens aurait crée etc…. je veux dire rien n’est logique. Donc comment percevoir les couleurs si ton cerveau ne peut pas traiter l’information, a moins que se soit l’oeil, mais le probleme et le meme, vu que le problème occulaire entraine une “attrophie” de la partie du cerveau en question.

      • Reply

        On voit le “problème” des couleurs tout à fait différemment : je pense que d’elles même elles permettent de ressentir des choses même si on ne peut y associer des mots.

        Par contre il y a apparemment un problème avec celui qui se met à les voir, ça m’intrigue bien sur. Le livre est disponible à la biblio, j’espère qu’il le sera encore demain quand j’irai y faire un tour =)

        • Helran Reply

          Oui oui je suis d’accord surtout que tu verras, il y a des arbustes verts et un des personnages à les cheveux rouges. Sauf que personnes ne vois ces couleurs présentes, alors comment soudainement quelqu’un peu les voir et leur donner un sens si la personne ne les a jamais vu avant, surtout par des personnes censé ne pas avoir d’émotion!

          J’attends ton avis avec impatience 🙂

          • En lisant d’autres chroniques, je me suis rendue compte que j’ai lu ce livre il y a quelques mois 😮 Il ne m’a apparemment pas marqué, ni dans un sens ni dans l’autre.

            Je me souviens
            – du passeur de mémoire
            – de la douleur de l’apprentissage
            – de “se faire élargir”.

            Je le prends demain à la bibliothèque, il faut que je relise. C’est rare qu’un livre me laisse si peu de souvenirs alors que je me souviens de plein de livres que j’ai lu il y a plus de 20 ans (bon évidemment sauf l’essentiel comme souvent : le nom de l’auteur et le titre). Et du coup, ça m’intrigue évidemment.

            En regardant dans la bibliomania, j’ai appris que c’était le tome 1 d’une trilogie… dont j’ai lu le tome 2 il y a quelques années, et celui là je m’en souviens assez bien même si j’avais oublié le titre. Mais je ne vois pas trop le rapport entre les deux tomes. Le lien entre le tome 2 et le 3 (dont je n’ai lu que le synopsis) me semble bien plus évident.

            Je raconte ça pendant le weekend si tout va bien (je crois que je couve la grippe x.x).

          • Sila

            Dans ce bouquin,si vous avez bien lu, les individus prennent une “médication” qui bloque les émotions,les couleurs aussi sont contôlées,la douleur etc de cette façon la sauf que Jonas va cesser de prendre cette médication et c’est à cause de ça qu’il va pouvoir les percevoir et ressentir des sentiments…Ce bouquin fait partie d’une trilogie,donc pour les explications il suffit de lire la suite…Ne vous attendez tout de même pas à quelque chose d’immensément complexe,ces bouquins ciblent un public jeune,pré ados et ados donc dans ce pourquoi il est écrit,je trouve que c’est très bien,moi j’ai adoré en tous cas 🙂

          • Ah oui le coup du médicament, je l’avais oublié celui là. Du lol en barre aussi. Donc avec une pilule (de on ne sait quoi sortie dont ne sais où) des types arrivent à stopper toutes émotions + vision des couleur sur. LOLILOL.

            Quand bien même ?! Une communauté / un individu sans émotions ni douleurs est vouée à sa perte.

  4. Reply

    Le passeur est dans le baby challenge Science-fiction donc je comptais le lire mais ton avis me fait hésiter… :S Donc peut-être pas à lire en priorité !

    • Helran Reply

      C’est pour cette raison que je l’ai lu. Mais en même temps tout le monde semble avoir aimé.

  5. Reply

    Le passeur est dans le baby challenge Science-fiction donc je comptais le lire mais ton avis me fait hésiter… :S Donc peut-être pas à lire en priorité !

    • Helran Reply

      C’est pour cette raison que je l’ai lu. Mais en même temps tout le monde semble avoir aimé.

  6. Reply

    Le passeur est dans le baby challenge Science-fiction donc je comptais le lire mais ton avis me fait hésiter… :S Donc peut-être pas à lire en priorité !

    • Helran Reply

      C’est pour cette raison que je l’ai lu. Mais en même temps tout le monde semble avoir aimé.

  7. Reply

    Arf, je suis passée trop tard (1h15 après l’ouverture), un ado a déjà pris le livre. Mais il parait que c’est un grand lecteur et qu’il ne garde donc pas ses livres très longtemps, en général d’un jour d’ouverture à l’autre (lundi-mercredi-vendredi), du coup avec un peu de chance il sera de retour ce vendredi. En tous cas, il est réservé.

    • Helran Reply

      Il se lit très vite ce livre, donc il y a moyen que tu le récupères assez vite surtout en face d’un grand lecteur.

  8. Reply

    Arf, je suis passée trop tard (1h15 après l’ouverture), un ado a déjà pris le livre. Mais il parait que c’est un grand lecteur et qu’il ne garde donc pas ses livres très longtemps, en général d’un jour d’ouverture à l’autre (lundi-mercredi-vendredi), du coup avec un peu de chance il sera de retour ce vendredi. En tous cas, il est réservé.

    • Helran Reply

      Il se lit très vite ce livre, donc il y a moyen que tu le récupères assez vite surtout en face d’un grand lecteur.

  9. Reply

    Arf, je suis passée trop tard (1h15 après l’ouverture), un ado a déjà pris le livre. Mais il parait que c’est un grand lecteur et qu’il ne garde donc pas ses livres très longtemps, en général d’un jour d’ouverture à l’autre (lundi-mercredi-vendredi), du coup avec un peu de chance il sera de retour ce vendredi. En tous cas, il est réservé.

    • Helran Reply

      Il se lit très vite ce livre, donc il y a moyen que tu le récupères assez vite surtout en face d’un grand lecteur.

  10. Reply

    Ha, voila, le livre est entre mes mains ! Il était temps. Apparemment il a pas mal de succès, j’ai eu du mal à l’avoir à la bibliothèque. Et je ne pourrai pas le prolonger, il est déjà réservé. Hâte de le relire, enfin ! Je repasserai discuter avec toi dès que ce sera fait.

    • Reply

      Et voila qui est relu. Rapide à lire, de fait. C’est bien écrit et il m’a fallut un long moment (en fait que Jonas commence à voir autrement) pour me rendre compte que jusque là l’auteur n’avait pas utilisé de couleur dans ses descriptions, et que c’était passé tout à fait inaperçu. C’est bien joué !

      Sinon j’ai compris ce qui te dérangeais, mais ça m’a super moins dérangé que toi. J’ai surtout regretté le peu de place (en nombre de pages) que prend le “vrai” récit, avec une introduction super longue et une fin sans fin réelle.

      Du coup, avec cette lecture, je relirai le tome 2 parce que si contrairement à ce premier tome je me souviens plutôt bien de l’histoire du 2, je ne vois pas le lien entre les deux.

      • Reply

        Oui ça aussi, le vrai récit prends si peu de page Oo oui j’avais aussi cette impression de longue intro. En tout je ne lirais pas la suite.

  11. Reply

    Ha, voila, le livre est entre mes mains ! Il était temps. Apparemment il a pas mal de succès, j’ai eu du mal à l’avoir à la bibliothèque. Et je ne pourrai pas le prolonger, il est déjà réservé. Hâte de le relire, enfin ! Je repasserai discuter avec toi dès que ce sera fait.

    • Reply

      Et voila qui est relu. Rapide à lire, de fait. C’est bien écrit et il m’a fallut un long moment (en fait que Jonas commence à voir autrement) pour me rendre compte que jusque là l’auteur n’avait pas utilisé de couleur dans ses descriptions, et que c’était passé tout à fait inaperçu. C’est bien joué !

      Sinon j’ai compris ce qui te dérangeais, mais ça m’a super moins dérangé que toi. J’ai surtout regretté le peu de place (en nombre de pages) que prend le “vrai” récit, avec une introduction super longue et une fin sans fin réelle.

      Du coup, avec cette lecture, je relirai le tome 2 parce que si contrairement à ce premier tome je me souviens plutôt bien de l’histoire du 2, je ne vois pas le lien entre les deux.

      • Reply

        Oui ça aussi, le vrai récit prends si peu de page Oo oui j’avais aussi cette impression de longue intro. En tout je ne lirais pas la suite.

  12. Reply

    Ha, voila, le livre est entre mes mains ! Il était temps. Apparemment il a pas mal de succès, j’ai eu du mal à l’avoir à la bibliothèque. Et je ne pourrai pas le prolonger, il est déjà réservé. Hâte de le relire, enfin ! Je repasserai discuter avec toi dès que ce sera fait.

    • Reply

      Et voila qui est relu. Rapide à lire, de fait. C’est bien écrit et il m’a fallut un long moment (en fait que Jonas commence à voir autrement) pour me rendre compte que jusque là l’auteur n’avait pas utilisé de couleur dans ses descriptions, et que c’était passé tout à fait inaperçu. C’est bien joué !

      Sinon j’ai compris ce qui te dérangeais, mais ça m’a super moins dérangé que toi. J’ai surtout regretté le peu de place (en nombre de pages) que prend le “vrai” récit, avec une introduction super longue et une fin sans fin réelle.

      Du coup, avec cette lecture, je relirai le tome 2 parce que si contrairement à ce premier tome je me souviens plutôt bien de l’histoire du 2, je ne vois pas le lien entre les deux.

      • Reply

        Oui ça aussi, le vrai récit prends si peu de page Oo oui j’avais aussi cette impression de longue intro. En tout je ne lirais pas la suite.




Reply