Le Facteur 119 de Lydie Blaizot

couv7317636En partenariat avec Livraddict et les éditions Voy'[el], j’ai pu lire Le facteur 119 de Lydie Blaizot et j’ai apprécié ce roman SF.

Synopsis
Scientifique de génie, le professeur Ellyard McComb découvre que ses créations ont été détournées de leur but premier pour mener tout un peuple à sa perte. Il décide donc de modifier sur ses créations le facteur 119, celui qui pourrait tout compromettre. Il prend ainsi tous les risques pour contrer les sombres desseins de Henri Havensborn, son patron sans scrupule, jusqu’à mettre sa propre existence, ainsi que celle des Intelligences artificielles qu’il a créées, en danger.

Le Facteur 119 est un roman SF dont on retrouve plusieurs des thématiques classiques à ce genre : des intelligences artificielles et des conflits géospatiaux. Tout ce que j’aime donc, surtout les histoires de robots.

En plus d’être plaisant à lire, on entre vite dans le vif du sujet et le tempo ne décélère pas, en bref, pas le temps de s’ennuyer. En plus de la trame principale sur l’implication de nouveaux types de robots / Intelligences artificielles dans une guerre intergalactique, l’auteur remet mets des robots dans un contexte humain. Comment sont-ils considérés par les humains, comment se considèrent-elles eux même, comment l’ensemble des personnes/A.I. vont-elles évoluer ? On découvre ça progressivement au fil de la lecture. Chaque A.I. possède et développe sa personnalité au fil du récit, bien qu’elles aient été créés et générés artificiellement (je ne peux en dire plus, le roman explique très bien leur but et le pourquoi du comment). D’ailleurs, seul leur cerveau est encore organique, même si elles ont l’apparence humaine.

C’est donc plaisant de découvrir l’une des A.I. se sentir seul et triste alors qu’une autre doit s’adapter à une vie de couple. Rien n’est donc facile ni du côté des A.I. ni des humains et c’est justement ça qui est intéressant. Voir leurs évolutions et penser au fil de l’histoire. Ceci dit, je suis toute de même étonner de voir ces A.I. exprimer tant d’émotions et réagir comme des humains. J’ai donc juste l’impression que ces A.I. ont été trop humanisée, du moins trop rapidement. Alors, en lisant le roman, on sait pourquoi ça doit être ainsi, car elles ont toutes un rôle précis et différent à jouer. Mais par rapport au background du roman, car sauf si je me trompe, ce sont les premiers A.I. de cette sorte, ça me parait trop rapide. Même si, je peux très bien en faire abstraction, j’aurais tout de même aimé voir des comportements plus proches d’une A.I. que d’humains ou alors avoir quelques lignes/pages parlant de leurs évolutions dans l’univers que l’auteur a décrit.

Pour conclure, c’est un roman SF que j’ai apprécié avec des personnages très attachants et charismatiques. Ça m’a fait plaisir d’être en présence des A.I. et de les voir évoluer, même si elles se comportaient beaucoup trop comme des humains à mon goût.

1 Comment

  1. Reply

    Coucou! J’ai presque terminé cette lecture. Tu as raison de noter que ces IA sont particulièrement humains, pour des IA de première génération. Quand on y pense, le cyborg fait presque plus “machine” qu’elles, alors que ce devrait être l’inverse.

    Moi, à côté de l’histoire en elle-même, ce sont les fautes qui m’ont gênée. J’ai trouvé qu’il y avait un gros problème de relecture! Quasi toutes les 10 pages il y avait une erreur (souvent des mots en trop), si ce n’est pas toutes les 5 pages… Ca ne fait pas très sérieux. :op

    J’en garderai quand même un très bon souvenir! ^^

Reply