Le Fabuleux Maurice et ses rongeurs savants de Terry Pratchett

couv43627562Comme certain le savent, j’adore les Annales du disque monde, j’en ai lu que 4 pour le moment, mais je compte bien me rattraper. Quoi qu’il en soit, je me suis lu tout récemment un livre de Terry Prachett mais qui ne fait pas partie des annales: Le Fabuleux Maurice et ses rongeurs savants. Vous vous doutez bien qu’avec un nom pareil, je ne pouvais que le lire avec enthousiasme. Enthousiasme présent du début jusqu’à la fin malgré la différence avec les livres du disque monde. Ici, on ne retrouve pas l’humour qu’on retrouve dans ses autre livres, en fait j’ai même trouvé ce livre plus comme étant un conte avec sa moral à la fin dont je vous révèle qu’une partie. « […] parce qu’on ne peut pas changer certaines mentalités, même à coups de hache. Mais quelques-uns voient le monde sous un jour nouveau. ».

Voilà, avec Le Fabuleux Maurice et ses rongeurs savants, on se retrouve dans un conte mais pas pour autant un truc gnangnan, le sang et les scènes de combat sont présent. Aussi, l’histoire et riche et complexe, peut-être pas en apparence mais elle révèle et recèles de beaucoup interrogations sur l’autre, sur les préjugés, sur les humains entre eux, sur la peur de ce qu’on ne connait pas etc. On est donc face à un conte intelligent, réaliste, bien écris et bien orchestré dans le scénario du début à la fin.

Parlant de scénario, c’est l’histoire d’un chat et de rats qui se sont retrouvés doté de la parole après avoir mangé des détritus derrière un laboratoire de magicien. La vie étant complétement bouleversée, ils n’agissent plus comme les animaux telle qu’ils devraient l’être mais ils pensent. Le chat avide d’argent à trouver une combine avec les rats et un petit garçon joueur de flute à l’air niait, pour encaisser du pognon. Orchestrer une invasion de rat dont l’enfant à la flûte va s’en débarrasser. Très ingénieux, mais au fil de l’histoire, ils vont réaliser que les projets et but de chacun sont finalement différents et plus réalistes.

On ne peut que s’attacher aux rats, qui ont des noms assez farfelus trouvé sur des boites de conserve comme Sardine, Pure-Porc, Noir-Mat, Nutritionnelle, Additif etc. Chacun à son caractère comme Pure-Porc, chef des rats, encore vieux de la vieille qui pense le moins et qui préfère encore la version old fashion du rat. Contrairement à Noir-mat, dépiégeur qui pense et réfléchie etc. Durant l’aventure, d’autres personnages importants vont faire leur apparition comme la fille du maire qui a passé son temps dans les livres de compte et se croit dans un conte, d’ailleurs j’adore une de ses phrases : « Si tu ne fais pas de ta vie une histoire, tu finis par appartenir à l’histoire de quelqu’un d’autre ». C’est si vrai. D’ailleurs en parlant de conte, ce livre en est truffé de référence et clin d’oeil en tout genre. Aussi, on retrouvera des personnages malhonnêtes à en vouloir leur faire subir le même sort qu’ils font subir aux rats.

En conclusion, j’ai beaucoup aimé cette lecture que je vous recommande.

3 Comments


  1. Reply

    Merci pour la revue du livre ! C’est toujours bon un pratchett… et puis ca changera un peu du disque-monde qui s’essouffle un peu !

  2. Reply

    Salut à tous,

    je ne suis pas totalement d’accord avec toi capd’agde, le disque-monde ne s’essouffle pas. A mon sens il s’adresse de plus en plus aux connaisseurs de l’univers et de moins en moins à … tous les autres :D.
    Et puis il faut en profiter, Pratchett ne va plus pouvoir écrire pendant très longtemps à cause de sa maladie.

    Oook à tous.

Reply