Le dernier amour du président d’Andreï Kourkov

couv38297034J’avais énormément aimé Le pingouin d’Andreï Kourkov, qui mêle roman policier et satire social avec une petite touche d’humour. En commençant la lecture de Le dernier amour du président du même auteur, je m’attendais à retrouver une bonne satire sociale comme le synopsis l’annonce mais surtout que cela soit raconté de manière intéressante. Malheureusement, je me suis ennuyée sévère au point d’arrêter la lecture au tiers du roman.

Synopsis
Kiev, 2015.
Sans trop savoir comment, Sergueï Bounine devient président de la République d’Ukraine. De la fenêtre de sa salle de bains, il se remémore le passé soviétique. Bientôt, il devra affronter le post-communisme, la corruption, le désordre moral, la greffe d’un nouveau cœur et des chocolats de l’ambassadeur parfumés au poison…

Le dernier amour du président semble remplir son contrat de satire social post-soviétique. Ne serait-ce que dans le tiers que j’ai lu, on retrouve l’aspect corruption, passe-droit etc. On retrouve ça avec par exemple, un type du gouvernement qui conseille un de ses anciens camarades d’écoles à un poste intéressant, sous prétexte qu’il ne recommande que les personnes dont il est sur de leur valeur, alors que ça sent le piston moisi à des kilomètres. Ceci n’est qu’un exemple, il y en a évidemment d’autres et je ne doute pas que le reste du roman soit tout aussi intéressant sur ce point-là.

Par contre, ce qui m’a gênée, c’est l’histoire et la façon dont elle est narrée. J’ai trouvé ça très décousu et l’ensemble ennuyant. Je me demande si les successions de chapitres très courts n’aident pas à ce sentiment ?

Le personnage de  Sergueï Bounine n’est pas inintéressant, mais la façon dont le récit est construit (décousu et sans accroche intéressante) a fait que j’ai fini par perdre tout intérêt pour ce personnage. J’ai essayé de continuer la lecture à plusieurs reprises, sans succès et j’ai fini par lâcher prise au tiers du roman.

J’ai toujours Les Pingouins n’ont jamais froid à lire de cet auteur et je pense relire Le pingouin avant de m’y mettre, histoire de pouvoir en écrire un avis sur le blog.

Reply