Le Cycle de Fondation, tome 6 : Prélude à Fondation d’Isaac Asimov

couv30186172 J’aime Isaac Asimov et j’ai plus qu’aimé le cycle Fondation et celui des Robots. Cependant, je n’ai pas lu tous ses romans de l’univers « histoire du futur » et je viens de finir Prélude à Fondation.

Synopsis
Hari Seldon venait d’inventer la psychohistoire et il n’y voyait qu’une pure spéculation, sans applications pratiques.
Mais dès qu’il prit la parole à ce colloque, tout le monde comprit. La psychohistoire ne pouvait pas prédire l’avenir ? Les politiques s’en moquaient ! Ce qui comptait pour eux, c’est que les gens allaient y croire. Ensuite, les équations diraient ce qu’on leur ferait dire. Et si Seldon n’était pas d’accord tant pis pour lui ! Alors, le jeune chercheur s’enfuit en compagnie d’une belle historienne, Dors Venabili.
Il sillonna les dédales souterrains de la planète Trantor, capitales de l’Empire galactique, toujours traqué par ceux qui voulaient contrôler sa découverte. Et ce qu’il vit le stupéfia. La ville géante se désagrégeait. Partout s’étaient constituées des communautés isolées, farouchement attachées à leur autonomie. Un terrain idéal pour affiner son modèle et formuler l’avenir inquiétant qui se dessinait sous ses yeux.
Était-il trop tard pour éviter la catastrophe ? Y avait-il encore, pour Hari Seldon, quelque chose à faire ?

Prélude à Fondation a été écrit une vingtaine d’année après le cycle fondation sous la pression des fans et de son éditeur. Cela n’en fait pas un mauvais roman, bien au contraire. Dans Prélude à Fondation, on suit Hari Seldon dans les prémices de la psychohistoire et comment elle s’est développée au fil de sa « course » sur Trentor et Mycogène en compagnie de Dors Venabili.

L’évolution de Seldon et son avis sur sa psychohistoire se fait progressivement au détour de leurs péripéties et leurs rencontres, qui sont toutes très intéressantes et dont que l’on peut mettre en perspective par rapport à notre monde actuel (même si l’on a pas colonisé une partie de l’univers). J’ai pris un réel plaisir à cette lecture ainsi que de découvrir l’évolution de la psychohistoire.

Prélude à Fondation fait le lien entre le cycle des Robots et celui de Fondation. D’ailleurs, chronologiquement, il se situe entre ces deux cycles. Ayant lu les deux cycles, j’ai pu deviner deux choses importantes et qui sont révélée à la fin. Il faut dire que ça saute aux yeux lorsque l’on a lu les deux cycles. Mais cela ne m’a en rien gâchée ma lecture que j’ai eue du mal à poser et quasi lu d’une traite.

Le roman ne possède pas beaucoup d’action, c’est plus un récit d’initiation-aventure où Sheldon met en place les premières pierres de sa psychohistoire et surtout commence a réellement envisager la possibilité de sa psychohistoire. Aussi, il y a des notions vites expédiées en quelques lignes mais très développées dans le cycle des Robots. Du coup, je ne pense pas qu’il faille commencer par ce roman pour se lancer dans du Isaac Asimov ni dans l’univers « Histoire du futur ». Je considère ce roman comme un complément d’information pour en savoir plus sur cet univers et l’origine  de la psychohistoire.

J’ai vraiment hâte de lire Aube à Fondation et les autres romans d’Isaac Asimov !

Reply