Le Club des Cinq aux sports d’hiver d’Enid Blyton

couv41393249Il y a plusieurs raisons pour lesquelles, j’ai lu Le Club des Cinq aux sports d’hiver d’Enid Blyton. D’abord, j’en ai toujours entendu parler sans jamais avoir lu un livre du fameux Club des Cinq. Ensuite, ensuite il entre dans le challenge Cluédo et contient 2 consignes sur les 3. Enfin, j’avais lu récemment le premier tome des désastreuses aventures des orphelins Baudelaire, un drame jeunesse, et je voulais, ce que donnait son contraire, avec un livre jeunesse où tout ce passe bien, tout le monde est heureux.

Le Club des cinq aux sports d’hiver c’est un peu trop jeunesse pour moi. J’ai trouvé le premier tiers trop niais, trop « parfait », trop « pure et immaculé », dans le sens où, j’ai trouvé ça irréaliste ou du moins « trop beau ». Ces jeunes enfants sont parfaits et raisonnables etc.

Dans le reste du livre, durant leurs vacances parfaites, ils se mettent à « fouiner » au sujet des phénomènes bizarres venant d’un château. Là, effectivement, ils vont fouiner, on pense donc sortir de cette perfection. En fait, pas vraiment, car il y a l’arrivé d’un enfant « sauvage », qui est tout le contraire de ces enfants du club des cinq. Eux la perfection, la sauvage étant le contraire (ne sachant lire, dort on ne sait où… en hiver, dont les parents ne font pas gaffe (en fait, apparemment si, mais ne font rien, et ils sonnent vaguement inquiets)). On a donc une opposition extrême, qui contraste pour faire ressortir ce côté « parfait » / « sauvage ». Bref, pour moi, ça sonne beaucoup trop superficielle et faux.

Hormis ça et le fait que le style d’écriture soit beaucoup trop jeunesse pour moi (mais c’est normal, vu que c’est le publique visé), le reste de l’histoire est plutôt bien faite, bien qu’épurée et « tout est bien qui finit bien ». Evidemment, j’ai su dès le départ ce qu’était ses phénomènes, mais l’idée était bien trouvée et bien amenée au fil de l’histoire.

Par contre, encore une fois, ce qui m’a gênée, c’est cette séparation totale des « gentils » et des « méchants ». Aucunes connaissances/amis/familles de ce club ne sont méchants, seuls les inconnus le sont. Ça peut paraître bête cette réflexion, mais entre le groupe d’enfant « parfait » versus « la sauvageonne » et cette séparation « méchant, c’est les autres » et « gentils, c’est nous », je trouve que ça manque de crédibilité, ou du moins le roman en manque de relief. Ceci dit, si je l’avais lu, étant jeune, j’en aurais rien à faire de ça et j’aurais sûrement aimé ce roman, voilà pourquoi je donne tout de même une note de 3/5.

Du coup, je n’ai pas du tout accroché à cette lecture, bien que l’histoire en elle-même ne soit pas mauvaise.

3 Comments


  1. Reply

    C’est la saga qui a fait que j’aime autant la lecture 🙂 J’adorai partir à l’aventure avec ces personnages, quand j’avais 9-10 ans.

  2. Reply

    J’aimais beaucoup cette série enfant ! J’ai du la lire en totalité avant mes 10 ans et j’en garde un très bon souvenir. Après c’est sûr que si je la relis maintenant, la simplicité des intrigues et des personnages me décevrait un peu 🙂

Reply