Le Bar du coin des temps de Spider Robinson

couv17465182Je viens de lire Le bar du coin des temps de Spider Robinson et j’ai beau adoré la SF et l’idée des brèves de comptoir, ce roman, ou plutôt recueil de nouvelle, ne m’a pas emballé.

Synopsis
TOUT L’UNIVERS DANS UN VERRE… C’était, en quelque sorte, la formule de Callahan. Ceux qui défilaient chez lui avaient des histoires formidables à raconter avant de porter un toast Des contes à faire trembler, des récits merveilleux, des anecdotes qui transcendaient le bizarre. Ils étaient télépathes ou bien extra-terrestres. Ils pouvaient faire voler les objets, casser la planète ou gagner les étoiles d’un coup de tête. Ils étaient tous des amis mais, attention… tous n’étaient pas humains…

Tout ce passe dans le bar de Callahan avec les mêmes habitués. Chaque chapitre raconte une histoire différente narrée par un nouveau venu dans le bar ou l’un des protagonistes. On découvre des récits SF (uchronie, races extraterrestres, personnage à la longévité extrêmement longue, etc.), mais plus que de la SF, ce sont surtout des récits de gens qui souhaitent raconter leurs malheurs et leurs vies. Dans ce bar, personnes ne jugent l’autre et tous ont vécu des choses différentes. Il y a donc une certaine compassion en même temps qu’un esprit bonne enfant que l’on ne trouve pas ailleurs.

Voilà le background, le reste étant les récits en eux même qui ne m’ont pas du tout emballé. Seul le dernier récit est plus intéressant que les autres. En fait, ce roman remplit son contrat de « brèves de comptoir » avec des bouts de vie de gens humains et non humains qui se retrouvent dans ce bar, que ce soit pour raconter des histoires sordides ou leurs vies. D’ailleurs c’est bien écrit et c’est agréable à lire. C’est juste que je n’ai absolument pas été touchée par les différentes histoires qui défilent dans ce bar, où j’aurais aimé squatter. C’est paradoxale, mais ce roman m’aura donnée envie de squatter ce bar et écouter ces histoires, passer du temps avec ces piliers de comptoir dont je me suis attachée, en gros de vivre le récit. Mais à la lecture, ça passe moins bien, même si j’ai apprécié certain passages (notamment le récit sur la rare femme qui met les pieds dans le bar).

Reply