L’Affaire Charles Dexter Ward de H.P. Lovecraft

couv10150530Finalement, on connait tous Chtulhu de loin dans le brouillard et de dos, mais au final, je ne sais jamais lu la source du mythe, chose à laquelle je vais y remédier. Bon évidement, j’ai connu la bête grâce aux tapages qu’il fait dans les jeux de rôles, jeux de carte, jeux de plateau, jeux vidéo etc. Alors oui, je sais que ça vient de H.P. Lovecraft. Je sais aussi qu’il fait beaucoup référence au Necronomicon dans ses livres etc, bref, j’ai idée de certains mythes et légendes que Lovecraft a créés et qui sont devenus populaires. M’enfin crier Gloire à Chtulhu c’est bien mais on a toujours l’air con quand on n’a pas lu les nouvelles du mythe.

J’ai donc commencé mon premier H.P. Lovecraft avec L’Affaire Charles Dexter Ward qui fait partie du Mythe de Chtulhu. Pour ce premier Lovecraft, j’ai été agréablement surprise mais un brin déçu par sa prévisibilité. Ce livre de 150 pages (rare livre car il a pour habitude d’écrire des nouvelles) nous plonges dans les recherches et découvertes par Charles Dexter Ward sur son ancêtre Joseph Curwen, ces recherches vont le mener à des choses bien mystérieuses dont il n’aurait pas dû s’initier.

Le livre est écrit comme une sorte de documentaire raconté par le médecin de famille de Charles Dexter, qui le suivit tout au long de sa vie, de sa transformation et sénilité. C’est d’ailleurs la question de départ : Depuis quand et pourquoi Charles Dexter est devenu sénile ? Au départ, nous avons un court moment du livre où l’on voie Charles Dexter dans un asile, sénile, perdant la mémoire et tout repère et connaissance du présent. Puis nous découvrons l’histoire de Cuwen, un ancêtre de Charles Ward et des rumeurs qui courents à son sujet. Puis le docteur Willet nous racontes le récit de ce Charles Ward alors qu’il faisait des études et en même temps il s’intéressait à la généalogie et au passé. Ainsi nous suivons l’évolution des trouvailles de Ward et sa passion de plus en plus morbide et solitaire pour ce qui d’après lui vont être des trouvailles révolutionnaires.

J’ai adoré toute la première partout où l’on découvre et où l’on voit Ward d’un point de vu extérieur s’isoler de plus en plus ou au contraire voyager à la recherche de livres anciens et d’en decouvrire de plus en plus sur Cuwen et ses secrets mystiques. Cette partie met clairement une ambiance glauque. On a une idée de ce qu’il fait, on s’imagine les incantations et les descriptions de la puanteur et des fumées donnent des frissons, on s’y croirait. On se retrouve à la place des parents de Charles Wards à entendre tout ce vacarme glauque et ses cris et gémissements horrifiques. On n’est pas dans la peau de Charles, on ne sait pas ce qui se passe vraiment quand il s’enferme dans sa chambre et justement ce côté « extérieur » rend vraiment bien.

Ensuite, il y a une partie moins passive où Willet ne relate plus des faits d’après des livres et notes qu’il a trouvés, mais ce qu’il a vécu auprès de Charles Dexter et surtout avec le père de Charles tentant de découvrir le pourquoi de sa métamorphose. Ce moment du livre est plus que frissonnant, il est plus que horrifique et plus que glauque et oppressant, car on arrive à se mettre à la place de Willet, allant dans la cave de la maison à Providance et découvrant des horreurs à n’en plus finir. L’ambiance est vraiment géniale et forte en émotion, glauque, oppressant et frissonnante. Tout n’est pas explicitement dit, par exemple, Willet voit quelque chose d’horrifique sur l’autel. La narration fait que je m’attendant à ce qu’il le décrive, mais en fait non, rien n’est dit, ou du moins juste assez pour vous flanquer la trouille et pas assez pour vous laisser imaginer les choses vous-même et c’est vraiment là le brio du livre. Le jonglage, j’en décris un peu, mais pas trop, est parfait.

Ceci dit, l’histoire est prévisible, on sait très bien, et bien avant Willet et le père de Charles, pourquoi cette sénilité, pourquoi ce changement de comportement, qui est vraiment Charles durant cette période de sénilité etc et justement c’est assez agaçant de voir que Willet met un temps fou à s’en rendre compte. Mais ceci dit, cela n’empêche pas une bonne fin sur cette affaire Charles Dexter Ward.

Au final, je vais continuer dans ma lancée des Lovecraft, j’aime vraiment beaucoup et le style est vraiment bon, ça appuie énormément ce côté oppressant. Je vous le conseil et en plus l’ebook est gratuit (et légalement, car tombé dans le domaine public) sur Feedbooks au format epub, kindle et pdf.

9 Comments



  1. Reply

    Salut, comme toi j’ai vu de nombreuses références à Chtulu un peu partout, mais je ne savais pas vraiment d’où cela venait, pensant plus à un délire de geek qu’à un vrai personnage.

    Cela semble intéressant, même si ton compte rendu est un peu nuancé.

    En tout cas, sur la couverture du livre, Chtulu paraît moins impressionnant que ce que j’ai pu voir dans certains séries (Big Bang Theory, South Park etc.)

    • Reply

      Ce n’est pas Chtulhu sur la couverture mais Charle Ward et Joseph Cuwen.
      Sinon, je connaissais la référence de base, sauf que je ne l’avais jamais lu justement, chose que je suis en train de rattraper.

  2. Alex Reply

    Tu as fais un bon choix de Lovecraft pour commencer!

    Mais c’est aussi un cas rare car c’est une longue histoire, je me rappelle que ma 1ere nouvelle de Lovecraft, “air froid” fais 10 pages!
    Ma préférée c’est “celui qui murmurai dans les ténèbres”, en tout cas celle qui m’a fait le plus d’effets à l’époque.

    Bienvenue dans les écrits Lovecraftiens en tout cas. Mon grand regret est qu’il y en a trop peu.
    Tu verras que la construction est quasiment toujours la même, mais quand on aime…

  3. Staban Tuek Reply

    Hello, Helran.

    Je ne saurais que trop te conseiller la lecture du recueil de nouvelles “Démons et Merveilles”.

    Ce recueil est composé de quatre textes assez fabuleux.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Démons_et_Merveilles_(Lovecraft)

    Il s’agit du premier Lovecraft que j’ai lu et il m’avait particulièrement impressionné.

    Cordialement.

    Staban

    • Alex Reply

      berk berk! c’est celui que je n’aime pas et que j’ai pas réussi à finir. c’est “l’autre univers” de lovecraft.

      • Staban Tuek Reply

        Salut, Alex.

        Pour ma part, j’ai plus accroché au cycle du rêve qu’au mythe de Cthulhu (que j’aime beaucoup aussi de toute façon).

        Qu’est ce qui te déplait au juste dans cet autre univers de Lovecraft?

        Staban

  4. Reply

    Lu( pour ne pas dire dévoré) le mois dernier…
    j’approuve ce post de la première à la dernière ligne 🙂

Reply