Lâchons les chiens de Brady Udall

imageMême si la seule raison qui m’a faite lire le recueil de nouvelle Lâchons les chiens de Brady Udall est que le nom de famille de l’auteur commence par un U et c’est ce qu’il me faut pour le challenge ABC, je n’avais aucun apriori négatif, même si la littérature blanche (littérature contemporaine) n’est pas mon genre de prédilection, je veux bien en découvrir. Sauf qu’il semblerait que j’enchaîne les lectures blanches ennuyantes et ce recueil en fait partie.

Synopsis
Brady Udall, dont l’univers peut être comparé à celui de Raymond Carver ou de Russell Banks, compte parmi les talents les plus prometteurs de la jeune génération d’écrivains américains. Toutes situées dans de petites villes d’Utah et d’Arizona, ses nouvelles teintées d’humour noir composent une oeuvre puissante de celles qui éclairent des existences généralement délaissées.
Leurs personnages s’y sentent souvent seuls, frustrés ou bien trahis par la vie et ils s’avèrent incapables de résoudre leurs problèmes. Mais même lorsque le désastre menace, le sens du comique de Brady Udall jaillit et les soutient dans leurs efforts parfois extravagants pour ne pas perdre pied. Imprévisible, drôle et d’une beauté étrange que vient renforcer une formidable énergie, ce livre marque l’entrée en littérature d’une surprenante nouvelle voix.

Je l’ai lu jusqu’au bout mais qu’est ce que je me suis fait chier. C’est inintéressant à mort. Non, mais je ne suis pas du tout dans le délire Utah, ni texan, redneck, cowboy vs indien, mormon et autres bullshits “ma femme m’a quitté pour un autre mec, je vais aller tuer le mec”, mais demeuré, elle t’a quitté, point barre, elle a fait son choix, point barre. Bref, c’est comme ça tout le long et je suis clairement pas dans le même délire ni milieu que l’auteur décrit, c’est du beauf à l’état pur. Toutes les histoires sont inintéressantes et chiantes. Je ne risque pas de relire du Brady Udall, même s’il a volontairement voulu dépendre cette société, c’est beaucoup trop ennuyant pour que je m’intéresse à l’auteur.

Reply