La peur qui rôde et autres nouvelles de H.P. Lovecraft

couv46865085Je me suis lancée dans la lecture de tous les H.P. Lovecraft et aujourd’hui j’ai fini La peur qui rôde et autres nouvelles, que j’ai beaucoup appréciées pour son immersion dans le fantastique horreur mais aussi cet aspect scientifique, qui est très présente.

Ce livre contient 3 nouvelles : La peur qui rôde, la maison maudite et la tourbière hantée. Les deux premières nouvelles sont les plus longues. J’ai d’ailleurs apprécié les deux premières et pas la dernière car courte et pas du tout développé par rapport aux autres.

J’ai apprécié La peur qui rôde et La maison maudite pour deux choses : L’ambiance et le développement (scientifique) de l’histoire. Je parlerais des deux en même temps, car elle suive le même cheminement. Comme dit, pour la troisième nouvelle, je n’ai pas accroché car pas assez développée à mon gout, mais ces deux points y sont aussi présents.

H.P. Lovecraft a réussi à mettre l’ambiance glauque et horrifique grâce à un champ lexical du fantastique horreur développé et omniprésent. Je l’ai lu en VF, donc impossible pour moi de comparé avec la VO, mais en tout cas, la VF me semble réussi sur ce point-là. On a constamment une référence, une description, un adjectif qui amplifie l’ambiance déjà présente par un tableau horrifique classique (nuit, orage, maison glauque etc.) mais efficace grâce au style de l’auteur.

Je ne sais pas du tout si H.P. Lovecraft était un passionné de science ou s’il en avait un background, mais dans ces deux nouvelles, il y a un cheminement scientifique qui me plait beaucoup. Dans les deux nouvelles que j’ai appréciées, on retrouve une personne qui a entendu parler de faits fantastiques. Cette personne va donc se poser des questions et emmètre des hypothèses sur l’origine et explications de ses rumeurs/observations, en faisant un travail de recherche/bibliographie. Puis, il va aller sur le terrain pour expérimenter (et découvrir le vrai du faux) et analyser les résultats obtenus (le dénouement de l’histoire).

C’est quelque chose que j’apprécie vraiment beaucoup, car même si on se retrouve dans du fantastique / irréel, il y a tout un cheminement logique et appliqué. Les protagonistes ne font vraiment pas ça à la légère mais méthodiquement avec des recherches sur les antécédents de la ville/famille par exemple, avant d’aller voir sur le terrain.

J’ai l’impression que c’est un schéma qu’H.P. Lovecraft utilise constamment, car je me rappelle l’avoir retrouver dans Le cauchemar d’Innsmouth par exemple.

Au final, c’était une lecture bien sympa et j’ai toujours envie de continuer à lire du H.P. Lovecraft.

2 Comments

  1. Reply

    Bravo pour le H!!!!!!!!!!!et cette chronique qui suit juste la mienne, on va leur mettre la pression!!!!!!!!!!!!
    ahahhahah

  2. Reply

    Bravo pour le H!!!!!!!!!!!et cette chronique qui suit juste la mienne, on va leur mettre la pression!!!!!!!!!!!!
    ahahhahah

Reply