La Loi du talion, première partie de Mickaël Baudoin

couv65413894Grâce aux partenariats Livraddict avec les éditions Editions Boz’Dodor, j’ai pu lire la première partie de La loi du Talion de Mickaël Baudoin.

Synopsis

On m’appelle Coryphé. Je suis un danseur de mort qui valse avec les âmes défuntes. Elles guident ma lame, entraînent mes pas au fil d’une oraison funèbre que seuls les initiés du cercle macabre perçoivent. 
Je suis aussi un Déshérité, un banni dont la véritable identité est enfouie dans les méandres parcheminés du Recueil des Oubliés. Malgré l’animosité de mon peuple, la haine même qu’ils éprouvent envers ce que je représente, je dois prendre part au conflit nous opposant à nos anciens esclaves, ces sauvages venus du continent de l’Est. Peut être y gagnerai-je enfin la reconnaissance que ma famille m’a toujours refusée ?

Je ne suis pas spécialement fan de fantasie, plus par méconnaissance que part dégoût, donc forcément mon background “fantasy” est très limité.
Ceci dit, j’ai vraiment très apprécié l’histoire que recèle cette première partie de La loi du Tallion.
Certes l’idée que les elfes soient arrogants et utilisent les magies élémentales ne sont pas nouvelles, mais l’idée que l’un des personnages principaux soit un elfe renié des siens, car il est malade, ce qui le rend mortel, est bien trouvé. J’ai d’ailleurs, beaucoup apprécié ce personnage, même si je ne comprends pas sa volonté d’essayer de se faire accepter par ses paires et père (et mère, famille…) alors que ces derniers l’ignorent, le rejetent et ne le considèrent pas comme un elfe. J’ai donc trouvé ce cheminement intéressant.

De l’autre côté, on a les D’JeenLories, l’équivalent des humains, qui ont été esclaves des elfes dans le passé. Parmi eux, on suit deux personnages principaux, Alesham et Hornos, qui en plus de se préparer à la guerre contre leur ennemi les elfes, se font la « guerre » entre eux à se détester pour des raisons d’égo. Malheureusement, ces deux personnages m’ont laissée indifférente. Ils sont pourtant très importants dans le déroulement de l’histoire. Je les ai trouvés un peu fades, surtout comparé à la personnalité / personnage de Coryphé (l’elfe malade décris plus haut). Du coup, leurs querelles m’ont passée par-dessus et je n’ai pas réussi à trouver un truc sur lequel m’attacher avec eux (les apprécier ou détester).

J’ai donc apprécié cette histoire et son background très riche. Je ne vais pas rentrer dans les détails préférant vous laissez découvrir le roman par vous-même, dont la magie qu’utilise les D’JeenLories par exemple.

J’ai apprécié deux scènes en particulier. Celle sur le bateau lors d’une rencontre spéciale (je n’en dit pas plus) et surtout celle où un « sauvage » (les elfes traitent leur ennemis-anciens esclaves de sauvage) explique en quoi les elfes le sont tout autant voir plus suite à leur pratique de bannissement. Cette scène est vraiment géniale, ce retour de bâton en pleine gueule à la « regarde qui tu es avant de traiter les autres » est juste énorme.

Enfin, La Loi du talion est très bien écrit, j’ai apprécié la plume de l’auteur. Par contre, j’ai trouvé qu’à côté de cette excellente plume, les descriptions sont tellement omniprésentes et longues que ça en devient indigeste par moment, au point où j’ai dû lire cet ebook en plusieurs fois. Il y a trop peu de dialogues ou parties « aérées » (moins descriptives) pour contrebalancer les longs passages descriptifs au point d’en alourdir le texte. En tout cas, c’est ce que j’ai ressenti. C’est d’ailleurs le seul point négatif que je tire de cette lecture. Pour ma part, je n’ai pu le lire d’une traite et pourtant l’ebook fait environ 180 pages (d’après site de carrefour nolim), les pauses ont été obligatoires pour reprendre mon souffle à cause de la lourdeur du aux descriptions (du moins mauvaise balance description/dialogue), ce qui est dommage. Comme le style est bon, j’ai plus l’impression que le texte manque d’équilibre plutôt que cela soit de la faute des descriptions en elle même. Encore une fois, c’est ainsi que je le vois.

Ceci dit et malgré ce point noir, je l’ai lu en entier car le style est bon et j’avais envie de connaître la suite de l’histoire.

Je vais finir par parler des choses qui fâchent, car j’aimerais lire la suite dès qu’elle sera disponible. Malheureusement, les éditions Boz’Dodor mettent des DRM sur leurs fichiers numériques. Du coup, si la suite sort chez eux ou s’ils n’ont pas changé leur pratique de DRM (sérieux quoi ? pour une petite maison d’édition numérique…), je ne pourrais lire la suite. Dommage.

Reply