La Grammaire est une chanson douce de Erik Orsenna

couv72431181Ce n’est pas du tout mon genre de lecture mais voilà qu’il me fallait de lire dont l’auteur commence par un O pour le challenge 26 livres – 26 auteurs du coup je me suis lancé dans ce court roman ou plutôt poésie, La Grammaire est une chanson douce de Erik Orsenna par l’académie Française.

C’est court, 136 page et c’est l’histoire d’une sœur et d’un frère qui suite à un naufrage du bateau, dans lequel ils étaient, causé par une tempête se retrouve échoués sur une île. Ces deux enfants ont perdu la parole. Ils ne peuvent plus dire un mort. Mais cette île n’est pas comme les autres, les mots y volent, y sont en liberté et surtout des personnes de l’île vont aider ces deux enfants à se remettre à parler.

On est en plein conte agréable et facile à lire. Pas ennuyeux ni chiant car malgré sa légèreté qui peut sembler enfantine, ce livre ne tombe pas dans le culcul la praline. Entre les leçons de grammaire expliquées de manière imagée (entre les mots qui se marient et ce qui préfère des relations à court terme par exemple), on pourra aussi y apprendre du vocabulaire. Certain apprendront ce qu’est le bois bandé, d’autre des insultes marrantes ou encore des mots pas très usités.

Voici quelques citations du livre qui se trouvent entre des passages plus léger, attendrissant et enfantin :

« – Mes « s » sont adhésifs. Vous n’aurez qu’à vous les coller sur le cul pour devenir des pluriels. […] Des « s » comme tout le monde ? Pas question. Nous préférons le « x ». Oui, « x » comme les films érotiques interdits aux moins de dix-huit ans. »

« D’habitude, je haie les vieilles dames. Rien de plus hypocrite que ces animaux-là. »

Je n’ai pris là que des passages les plus « adultes » mais comme dit plus haut, on y trouve aussi la douceur des contes. Voilà pourquoi j’ai aimé cette lecture qui ne m’était pas du tout prédestinée au départ. Ce n’est pas niaiseux et juste pour ça j’aime, mais en plus ce n’est pas non plus chiant ou vulgaire. C’est vraiment un conte agréable à lire. Je pense même que ce conte rempli de fraîcheur est une excellente lecture entre deux thrillers bien sanglants. N’hésitez pas y jeter un œil. Cela nous rappelle des règles de grammaire de manière vraiment bien imagée, peut-être des mots nouveaux et une histoire attendrissante. Je vais d’ailleurs voir ce que l’auteur à fait d’autre, comme Les chevaliers du subjonctif et La révolte des accents.

4 Comments


  1. Reply

    Salut Helran 🙂

    J’avais beaucoup aimé, moi aussi, La grammaire est une chanson douce. Il fait passer de manière agréable et simple des points de grammaire, c’est moins rebutant que les précis de grammaire ^^

    En revanche Les chevaliers du subjonctifs, j’ai moins aimé, moins accroché…je ne me rappelle plus pourquoi l’histoire simplement peut-être…
    Je crois que la révolte des accents est pas mal, si mes souvenirs sont exacts.

    Bonne lecture !

    Feras-tu un bilan à la fin de ton challenge des 26 livres, pour savoir ce que tu as préféré, quelles ont été les bonnes surprises pour toi parmi ces livres etc.

    Autre question : comment as-tu choisi ces 26 livres (outre les contraintes du nombre total de pages et de choisir une lettre-un auteur) ?

    • Reply

      J’ai fait cette liste en fonction des ebooks que j’ai, c’est majoritairement pris au hasard en fonction du nom du titre ou du genre vu que je dois inclure différent type dans ce challenge. Mais il y a quelques livres que je souhaitais lire donc ca fait une pierre deux coups.

  2. Reply

    Il habite tout près de chez moi, c’est un monsieur adorable et d’une culture énorme.
    Ce savoir, il aime autant à l’oral qu’à l’écrit, le partager, au détour d’une phrase, d’une expression de moi.
    Il a écrit aussi beaucoup de romans (madame Bâ) et des choses plus “pointues” comme dernièrement sur toute l’histoire du papier 🙂

Reply