La Compagnie Noire, tome 02 : Le Château Noir de Glen Cook

couv61375457J’avais adoré le roman La compagnie noire, le tome 1 d’annales du même nom de Glen Cook. J’ai lu Les annales de la Compagnie Noire, tome 02 : Le Château Noir ces derniers jours et malheureusement, j’ai moins été emballé même si j’ai trouvé que c’était une lecture sympa mais sans plus.

Synopsis
D’étranges disparitions se succèdent dans la ville de Génépi : cadavres et vivants se volatilisent, proies d’un mystérieux commerce nocturne. Y aurait-il un rapport avec le château noir, cette sombre éminence qui domine la ville, cette verrue monstrueuse qui semble croître de jour en jour ? Possible… La Dame, elle, semble prendre la menace très au sérieux et dépêche la Compagnie sur place pour voir de quoi il retourne. Coincée entre l’horreur qui grandit aux abords du château et sa peur de la Dame, la légendaire Compagnie noire pourrait bien envisager pour la première fois de son histoire de rompre son contrat et de sérieusement redéfinir ses allégeances…

Je n’en dirais pas plus sur l’histoire que ce que le synopsis annonce, je trouve qu’il est très bien fait.

J’ai moins aimé ce tome 2 parce qu’il n’est pas centré sur la compagnie Noire, mais un aubergiste qui a évidemment un rôle important dans l’histoire. Comme le premier tome, on lit les fameuses annales de la compagnie noire écrite par le Toubib (docteur de la compagnie et historien), lesquels contiennent aussi le récit de Marron Shed, l’aubergiste de Génépi. Sauf avant de commencer ce tome 2, j’avais dans l’esprit de retrouver la compagnie noire, ses membres et tergiversation sur le bien et le mal, sur leur contrat/boss etc. C’est toujours le cas, mais c’est moins présent car on a le fameux aubergiste et ce qui lui arrive. La compagnie noire devient présente durant le dernièr tiers/quart, en même temps que l’histoire devient palpitante à suivre. Car, toute la première moitié se met en place lentement. D’ailleurs l’histoire en elle-même est plutôt banale mais reste sympa à suivre tout de même, d’autant plus que l’ambiance sombre dark fantaisiste est à nouveau présente et encore une fois, on a affaire à des personnages « humains » où il n’y a pas de division bien vs mal, bon vs mauvais et c’est ça qui rend le résultat intéressant et peut être quelque part « réaliste » mêmes si c’est dans un univers fantaisie. Alors, c’est effectivement une déception que j’ai de ne pas avoir vu plus souvent à travers les yeux du toubib, mais j’ai tout de même trouvé le roman sympa à lire.

En conclusion, j’ai retrouvé l’ambiance que ‘j’avais aimé dans le tome 1 mais pas assez de la compagnie noire. Sinon dans l’ensemble, l’histoire, bien que banal, est sympa à suivre et malgré une mise en place lente (toute la première partie), cela devient plus trépidant à la fin.

Reply