La 5è vague de Rick Yancey

couv29495211La 5è vague de Rick Yancey est un roman post-apocalyptique jeunesse qui commençait bien pour finir par être un roman inintéressant et chiant à partir du premier quart du livre.

Synopsis
1ère Vague : Extinction des feux
2e Vague : Déferlante
3e Vague : Pandémie
4e Vague : Silence
La 5e Vague arrive…
Ils connaissent notre manière de penser. Ils savent comment nous exterminer. Ils nous ont enlevé toute raison de vivre. Ils viennent maintenant nous arracher ce pour quoi nous sommes prêts à mourir…
À l’aube de la 5e Vague, sur une bretelle d’autoroute désertée, Cassie tente de Leur échapper…Eux, ces êtres qui ressemblent trait pour trait aux humains et qui écument la campagne, exécutant quiconque a le malheur de croiser Leur chemin. Eux, qui ont balayé les dernières poches de résistance et dispersé les quelques rescapés…
Pour Cassie, rester en vie signifie rester seule. Elle se raccroche à cette règle jusqu’à ce qu’elle rencontre Evan Walker. Mystérieux et envoûtant, ce garçon pourrait bien être son seul espoir de sauver son petit frère, voire elle-même. Du moins, si Evan est bien celui qu’il prétend… Mais la jeune fille doit d’abord faire des choix : entre confiance et paranoïa, entre courage et désespoir, entre la vie et la mort. Va-t-elle baisser les bras et accepter son triste sort, ou relever la tête et affronter son destin ? Car ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort.

Pour moi, dans un roman post-apocalyptique, l’élément post-apocalyptique doit être un prétexte à discuter de la chute de l’humanité, de comment l’humanité peut-elle s’en remettre avec les concepts et idéaux actuels, etc. C’est d’ailleurs pour ça que j’ai adoré le roman Le jour des Triffides de John Wyndham. Ici, il n’y a rien de tout ça. Rien d’intéressant.

Pourtant, au début, j’y ai cru. Une ado téméraire qui a survécue et qui a pour seul but de retrouver son frère. C’est donc un moteur viable de survie. Aussi, je me dis que lorsque l’on se retrouve seul, on se met forcément à parler tout seul ou à un de ses objets (ici, le nounours de son frère qu’elle a sur elle), donc il y a ce côté « réaliste » qui commençait bien.

Ensuite, le personnage principal nous explique les différentes vagues. Et c’est là, que ça a commencé à clocher. Les différentes vagues pour expliquer l’infiltration et le processus d’invasion des extraterrestres sont ce qu’il y a de plus intéressant avec la compréhension de cette 5ème vague. Hors, l’héroïne (et l’auteur donc) nous expédie ça à coup de 2 phrases d’explications vites faites par vague. Pour ensuite se retrouver dans la tête d’une ado de 16 ans inintéressante, fade, chiante et sans réflexion…. Et c’est vraiment épuisant et totalement inintéressant.

Au fil de la lecture, on change de point de vue avec d’autres personnages qui ne sont pas beaucoup plus intéressants. Alors que justement, l’idée de la 5ème vague en elle-même est intéressante, mais pas développée. Au lieu de ça, on a une romance de merde (prévisible à des années lumières en plus d’être sérieusement merdique), une ado conne, des gens fades, un scénario ultra prévisible, le tout totalement soporifique.

Ce roman n’a strictement rien d’original, ce qui n’est pas un problème en soit, mais il n’a surtout strictement rien d’intéressant. Les réflexions post-apocalyptiques sont absentes ou alors il y a une vague ligne perdue au milieu des niaiseries de l’héroïne. Encore une fois, ce n’est pas un problème d’avoir un personnage qui nous parle de ses fantasmes et de niaiseries, si à côté il y a de sérieuses réflexions et discussions (c’est un roman SF post-apo !) et ce n’est pas du tout le cas ici.

Enfin, les E.T. ont observé et mis en place leur plan 6000 ans avant la période de ce roman. Ils ne sont pas très fut fut pour avoir mis autant de temps avant d’en arriver là. Bon alors, encore une fois, comme rien n’est expliqué et les informations des vagues sont expédiés à coup de pelle en deux phrases. Il m’est difficile d’en discuter, pourtant c’est justement le plus intéressant. Comme l’Humanité en est arrivé là, voir le génie de ces E.T. pour mettre en place leur plan et voir comment le rare reste de la population va s’organiser pour s’en sortir ou pas, etc… non, tout ça est tellement peu, même pas du tout, présent dans ce roman post-apocalyptique, à la place, on a une héroïne pucelle inintéressante qui mouille de la culotte à chaque fois qu’elle voit un mec… et c’est comme ça tout le long, c’est fatiguant.

7 Comments

  1. Reply

    J’aime beaucoup la façon dont tu as percu ce roman.

    Peut-être t’attendais-tu à retrouver ces éléments qu’on retrouve habituellement dans les classiques de science-fiction ?

    Car personnellement, les points que tu as énumérés qui ne sont pas présents ont fait que j’ai adoré ce roman. S’ils auraient été présents, ça aurait été du casse tête pour rien.

    Dans un roman young adult, ou plutôt dystopie-science fiction young adult, il ne faut pas s’attendre à trouver de la profondeur. C’est souvent plus basé comme tu as pu le remarquer sur les émotions du personnage principal et de comment elle va se sortir de ses situations.

    Mais c’est quand même très plaisant, je pense que ta chronique pourra beaucoup servir aux gens qui préfèrent la profondeur et les explications longues qui mènent à la discussion plutôt que le superflu et les fantasmes d’une héroïne comme c’est le cas ici.

    • Mortuum Reply

      Oh je suis d’accord avec toi, chacun recherche ce qu’il souhaite dans un roman et en effet, je pense que ceux qui cherche un post-apo profond, ce n’est pas du tout un roman a conseiller. D’ailleurs, je l’ai comparé à un classique parce que c’est le dernier en date que j’ai lu, mais ça aurait aussi pu être un post-apo récent.
      Par contre, là où je ne suis pas d’accord, c’est l’idée de dire que sous prétexte que c’est de la YA alors il ne peut pas contenir de la profondeur / il ne faut pas s’attendre à de la profondeur. C’est dommage de penser ainsi et du coup, ça donne une mauvaise image de la YA.
      Sinon, j’apporte une rectification, La 5ème vague c’est du post-apo, pas de la dystopie. C’est deux genres totalement différent.

  2. Reply

    Pour l’avoir lu en entier, très vite apparaissent des indices gros comme de vaches dans un pré de 100m². Ceci dit, j’ai pris plaisir à suivre l’équipe de jeunes (je suis bon public). Mais alors, j’ai trouvé le tome 2 beaucoup beaucoup moins bon. (pour te donner une idée)

    • Mortuum Reply

      Oups, je ne vais pas lire le second, ça c’est sur. Oui c’est ultra prévisible à des kilomètres malheureusement. Il n’y a pas d’effet de surprise :/
      En fait, ça me dérange pas de suivre une équipe de jeune, juste que je recherche plus de profondeur. D’ailleurs la confrontation “adolescent de 16ans, qui doit soudainement devenir adulte pour survivre” est un sujet intéressant.

  3. Reply

    Je suis d’accord avec toi que parfois on s’attarde trop sur les réflexions d’ado de Cassie et que ça reste assez superficiel mais je crois qu’il ne faut pas demander plus quand on lit un roman de SF young adult. En tout cas, malgré quelques réserves, j’ai beaucoup aimé, ce n’est pas forcément original mais c’est prenant.

    • Mortuum Reply

      Encore une fois c’est dommage de dire que comme c’est un roman poing adultes ça doit être sans intérêt. C’est de la SF. Et dans young adult il y a le mot adult donc tous les jeunes adultes doivent ils lire que des romans sans profondeur ni complexité. Désolé mais excuser le manque d’intérêt ou profondeur d’un roman par son “young adult” donne vraiment une mauvaise image à ce genre.

      • Reply

        On va dire romans ados alors, ça te fera peut-être moins grincer des dents que young adult ! 🙂 Je ne dis pas que les ados ne peuvent pas avoir des romans SF plus profonds mais le fait est que ce genre de littérature destinée aux ados, notamment dans le post-apocalyptique où une gamine de 16 ans est l’héroïne, suit souvent un schéma plus superficiel. C’est un constat. Mais je ne demande qu’à être démentie 😉

Reply