Joyland de Stephen King

couv3314402J’ai un avis très mitigé sur Stephen King. J’avais aimé 22/11/63 mais pas du tout Rage. Avec Joyland que j’ai fini hier, je commence à penser que Stephen King n’est pas un auteur pour moi.

Malheureusement, la 4ème de couverture de Joyland est des plus trompeuses. Rien de tel n’est présent dans le roman. C’est limite si la partie policière est présente tellement qu’on en lit peu à son sujet.

Synopsis
Les clowns vous ont toujours fait peur ?
L’atmosphère des fêtes foraines vous angoisse ?
Alors, un petit conseil : ne vous aventurez pas sur une grande roue un soir d’orage…
Mêlant suspense, terreur, nostalgie, émotion, un superbe King dans la lignée de Stand by me.

Du coup, Joyland c’est une sorte de roman contemporain sur la nostalgie des parcs d’attractions et sur la vie du personnage principal employé à Joyland, ses états d’âme et ses rencontres. Et c’est tout ? Globalement oui. Il y a une trame policière, on découvre l’histoire d’un meurtre au début du roman puis plus aucune info à ce sujet jusqu’au 70% du roman, où enfin, le personnage principal se met à enquêter sur l’affaire. Tout le reste du temps, il ne se passe pas grand chose d’autre (1-2 petits événements) que d’être dans la tête de ce personnage principal et plongé dans l’univers des parcs d’attraction.

Il est vrai que Stephen King a réussi à mettre de l’ambiance dans son roman et il m’a ramenée des sensations de parcs d’attractions (odeur de barbe à papa, vue et son des manèges et de ceux qui les gèrent, etc.), mais cela n’a pas suffi à me faire apprécier le roman. D’autant plus que je n’étais pas attachée aux personnages, l’aspect polar est réduit au strictement minimum (voir moins) et le rythme est platonique à mon goût.

Je lirai, probablement, un autre roman de Stephen King, mais j’avoue que cet auteur ne me convainc pas vraiment.

Reply