Innocenti d’Eric Descamps

couv42322409Grâce à Livraddict et son partenariat avec l’auteur Eric Descamps, j’ai pu lire Innocenti du dit auteur.
La quatrième se couverte annonce un polar dans un contexte très actuel et c’est ce qui m’a donnée envie de le lire.

Synopsis
Paris, le 13 janvier 2013.
Au cours de la manifestation contre le mariage pour tous, six femmes s’écroulent, et meurent dans les minutes qui suivent, saignées à blanc.
Hantée par l’idée d’un attentat politique, la police mène une enquête dans la plus grande discrétion. Rien ne relie les victimes les unes aux autres, si ce n’est que chacune est enceinte de son premier enfant.
Deux semaines plus tard, durant la manifestation en faveur du mariage pour tous, d’autres femmes meurent, laissant les enquêteurs sans la moindre piste.

Dans son ensemble j’ai apprécié la lecture même si j’avoue que ce n’est pas impérissable. J’ai principalement aimé deux choses, d’une part l’évolution des personnages et d’autre par l’auteur qui nous mène en bateau tout le long. J’ai bien aimé le personnage de Vincent ainsi qu’Audrey. D’ailleurs c’est intéressant de voir l’évolution de la relation entre ces deux personnages, qui pour des raisons valables, se détestent au départ. Ensuite, l’auteur m’a menée en bateau du début jusqu’à la fin. En fait depuis la 4ème de couverture où je me suis dit “bon, le méchant va être ce genre de personne”, puis au fil de la lecture, j’ai commencé à mettre le coupable sur une autre personne précise, puis une autre, etc. Pour finalement ne pas savoir et me laisser surprendre par le final. D’ailleurs le rythme du roman est vraiment bon, je ne me suis pas ennuyée.

Aussi, le contexte actuelle entre la PMA et le logiciel de reconnaissance faciale des personnes (et vidéosurveillance) rendent l’ensemble intéressant mais je trouve que l’auteur n’a pas entièrement exploité ces thématiques. Bon alors, c’est sûrement parce que je suis lectrice de SF et donc lorsqu’un auteur lance d’excellents sujets, j’aime qu’il les exploite bien. Ici, il aborde les thématiques sus-mentionnées, leurs applications relatives à l’enquête, quelques termes techniques, (jusque-là c’est tout bon), mais j’ai l’impression que la réflexion n’est pas réellement poussée. Exemple, le logiciel de reconnaissance faciale est développé pour un contexte policier. Avec le combo caméra de surveillance, on pourra reconnaître qui est où à tout moment. Sauf que ce combo “magique” n’est finalement présent que sous sa forme “bienfaitrice” comme si c’était un acquis pour le bien être de la population. Donc c’est là où j’aurais aimé soit un cas concret, soit des discussions sur ce combo pour apporter et nourrir une réflexion. Bon ok, c’est un thriller, pas de la SF donc j’en demande sûrement trop. Mais du coup, c’est aussi ce qui fait que cette lecture ne me sera pas impérissable. Ceci dit, je comprends que cette remarque est purement personnelle.

4 Comments

  1. Reply

    Merci pour cette chronique ! Je suis d’accord avec vous, bien des choses auraient pu être développées autour du logiciel de reconnaissance faciale. J’ai pris le parti de laisser le train aller à son rythme, c’est-à-dire très vite…

    • Mortuum Reply

      C’est clairement une question d’habitude de lecture. J’ai pris plaisir à lire votre roman mais, il est vrai, que lorsque de belles perches sont tendues, j’aime lorsque l’auteur les développe. Après, je trouve que tout le reste est bon ! Rythme, contexte, personnages, scénario. Du coup, j’ai envie de découvrir vos autres romans.

      • Reply

        Je suis heureux que la lecture de cet ouvrage vous ait donné envie d’en découvrir d’autres. “Innocenti” n’est que mon deuxième roman, le précédent, “Alvéoles”, est paru en 2010. On y retrouve un certain Milos Kinski… Merci pour ce partenariat, à bientôt j’espère!


Reply