Hypothermie d’Arnaldur Indridason

couv54684516Voici un livre que j’ai fini cette nuit, que j’ai dévoré et qui est un bon livre d’enquête policière : Hypothermie d’Arnaldur Indridason, auteur islandais, d’ailleurs le titre original est Harðskafi. Avant que je ne commence le livre, je ne savais pas qu’Hypothermie faisait partie d’une saga et c’est le 8ème roman de la saga Commissaire Erlendur Sveinsson. Honnêtement, il peut être lu sans problème et sans avoir lu les autres livres précédents. Il y a suffisamment d’élément pour en savoir sur Erlendur, son passé et le genre de personnage qu’il est. Je n’ai donc eu aucun problème à cerner le commissaire sans connaitre les premiers tomes.

Hypothermie est un excellent livre d’enquête policière, où l’on suit le commissaire Erlendur Sveinsson dans une enquête qu’il va mener seul et de manière non officiel, sur ce qui semble être un simple suicide d’une femme déprimée. Ce qui va lui permettre de trouver des pistes sur des vieilles enquêtes non élucidées de personnes disparues. Toutes ses investigations lui mèneront à s’interroger sur lui-même et son passée, sur les croyances de la vie éternelle après la mort et surtout le mèneront à aller visiter quelques lacs autours de Reykjavik.

J’ai adoré ce livre, car d’une part ce n’est pas une simple enquête de base où un flic cherche la vérité sur un suicide. On se retrouve plus dans un flic, qui une fois l’enquête close car suicide et la visite d’une amie de la suicidée, va enquêter de son côté pour y lever le mystère qui règne, sauf qu’en court de route, il va peu à peu ressortir de vieux dossiers non élucidés. Voilà ce que j’aime, partie enquêter sur plusieurs choses à la fois, soit lié directement, soit indirectement via des témoins communs par exemple. Ce qui d’ailleurs est très bien fait dans ce livre, cette façon dont le commissaire va discuter de témoins en témoins, de suspects en suspects etc pour à chaque fois ramasser une petite pièce du puzzle des mystérieuses disparitions et morts dans les lacs d’Island. Par contre, étant donner que les noms islandais sont préservés tant pour les personnes que les lieux, j’ai faille me perdre à plusieurs reprise au cours de l’histoire, il me fallait resituer la personne et l’enquête dans laquelle elle est impliquée ainsi que ces liens avec les autres. Je pense que j’aurais eu clairement moins de mal, voir pas du tout si les noms auraient été plus familiers. Mais comme dit, je préfère garder l’authenticité des noms et me perdre un peu, que de lire un roman « francisé ». Je vous montre juste un exemple, pas vraiment représentatif de tout le livre car généralement ca ne s’enchaine pas autant en une phrase, ni représentatif du style, car cette partie est tirée d’un bout de livre qu’il lit, mais tout de même perturbant : « Depuis des siècles, il existe un chemin qui traverse la lande d’Eskifjardarheidei et qui mène du village d’Eskifjördur jusqu’à la région de fjotdalshérad. ». Enfin, même si au ¾ du livre, j’ai élucidé le mystère du suicide, ca ne m’a pas du tout dérangée de continuer à lire le livre afin de voir comment Erlendur aller s’en sortir pour faire éclater la vérité, mais aussi pour savoir le fin mot des disparitions sur lequel il enquête aussi.

D’autre part, j’ai adoré le commissaire, sa personnalité qu’on devine via son passé qu’on apprendre au fil des pages, mais aussi son scepticisme et son côté cartésien et terre à terre sans tout fois emmètre de jugement sur les personnes croyantes qui leur raconte que la vie éternelle existe ainsi que les fantômes. J’ai justement aimé le fait qu’il prend en compte ces récits et témoignages mais fait tout pour le démystifier durant son enquête, ce qu’il réussi magnifiquement bien à faire. Quoi qu’il en soit j’aime beaucoup le personnage de Erlendur et ca m’a vraiment donner envie de lire cette saga depuis le début.

En conclusion, j’ai fait une belle découverte avec Hypothermie, qui est un excellent policier et, qui ne se résume pas à de l’enquête basique et ennuyeuse, bien au contraire. J’ai été plongé dans ses investigations, ses enquêtes et dans son personnage et ses relations familiales, son passé mais aussi la façon dont il opère pour obtenir des indices. Le tout est vraiment bien rythmé. En d’autre terme, je vous le recommande chaudement.

Infos sur le livre:
Auteur : Arnaldur Indridason
Editions Points (Policier)
Publié en 2011 ~ Langue : Française ~ 352 pages
Traduit par Eric Boury

3 Comments



  1. Reply

    Coucou 🙂

    Je vois qu’on a eu approximativement le même avis sur ce livre et pour les même raisons ^^
    Une bonne lecture en tout cas 🙂

Reply