D’un homme à l’autre de Sophie Moulay

couv30303049Avec les promos du calendrier de l’après de Numeriklivres, j’en ai profité pour acheter des eboos qui me faisait de l’œil et D’un homme à l’autre de Sophie Moulay m’en faisait. Ce fût une excellente lecture et de bonne qualité dans un univers post-apocalyptique.

Synopsis

Un aime chasser avec sa meute et savoure, nuit après nuit, chaque instant de sa nouvelle vie. Une vie que seuls ses rêves viennent ternir, car, avant la Grande Épidémie, Un portait encore un costume-cravate et se pressait chaque matin dans le RER. Comment résister à ces nouvelles sensations de liberté et surtout comment résister au tout dernier être humain, l’astronaute que le vaisseau Soyouz lui a servi sur un plateau ? Pour Martin, qui croit encore en l’existence de survivants, la traque commence. Il fuit le jour, se terre la nuit. Qui est l’animal ? Cette poursuite générera les premiers conflits au sein de la meute et amènera Un à se poser LA question : est-il si différent de son gibier ?

On se retrouve à suivre d’un côté : Un et sa tribu, ils sont infectés et ils ont mutés en « sauvage ». De l’autre côté on suit Martin : un des derniers hommes non infectés, qui est revenu sur terre (alors qu’il était à bord d’une station spatiale) dans le but de peut-être retrouver un clan de survivant. De là, on suit la traque du gibier par Un et la fuite de Martin à la recherche de survivant.

Durant toute la lecture, cette chasse proie – prédateur est menée avec brio, alternant les passages en compagnie de Un et ceux avec Martin. D’un côté, on découvre un clan organisé d’infecté. Ils ne sont plus humains, mais ils sont adaptés à leur environnement et ils ont une hiérarchie développée. De l’autre, on suit un être humain, seul, perdu, à la recherche d’autres Hommes et fuyant les infectés.

Et c’est dans cette traque et ce contexte apocalyptique que l’auteur décrit bien l’importance et le principe d’adaptation des espèces. Ce n’est pas le plus fort, le plus grand ou le plus intelligent qui survient, mais celui qui est le mieux adapté à son milieu. À chaque chapitre on découvre comment chacun des deux évolue dans ce même milieu. Je me suis totalement retrouvé immergé à leurs côtés. Les deux personnages principaux sont très intéressants et bien développés dans ce contexte. J’ai énormément apprécié ces deux personnages.

Mais, ce n’est pas le seul point qu’aborde Sophie Moulay, il y a la communication entre ces espèces et leurs incompréhensions, mais aussi quel comportement adopter lorsqu’il y a une meute à diriger alors qu’il y a le souhait de comprendre, et quel comportement adopter lorsque l’on est seul et vulnérable. Ça peut paraître totalement flou ce que je viens d’écrire, mais en lisant l’ebook, ça devient très clair.

Le final est très poignant et puissant parce que l’on devient spectateur d’un évènement dont on connait les pensées de chacun et c’est une sorte de choc émotionnelle que l’on se prend en pleine poire. Je comprends totalement le choix d’une des personnes, qui est finalement très rationnelle et de l’autre côté, la personne, sous pressions, fait que je comprends aussi son choix, bien que j’aurais voulu qu’il en soit autrement.

En conclusion, c’est une excellente lecture sur le thème post-apocalyptique (et dire que ce genre à tendance à me gaver) dont la plume de l’auteur est agréable à lire, l’histoire et l’alternance entre les deux personnages principaux sont très bien ficelées et décrites, ce qui est très prenant, enfin la fin est excellemment menée.

2 Comments

  1. Reply

    Effectivement il a l’air sympa!
    Tu me donnes bien envie 😀

  2. Reply

    Tu m’as donné envie de le lire !! Je ne connaissais pas du tout 🙂

Reply