Delirium de Lauren Oliver

couv39206390Encore une “dystopie” jeunesse que j’ai lu parce qu’elle fait partie du challenge baby SF de livraddict.

Delirium de Lauren Oliver fait partir des rares livres que j’ai abandonnés au milieu. D’habitude je n’aime pas abandonner un livre, je vais jusqu’au bout, même s’il ne me botte pas, quitte à sauter des pages. Ici j’ai arrêté. Tout simplement parce que je trouve l’histoire chiante à mourir et les personnages naïfs, niets et ennuyants aux possibles.

C’est l’histoire d’un monde où l’amour est considéré comme une maladie dont il faut prémunir les gens dès l’âge de 18ans. Age à laquelle, ils subissent une opération du cerveau pour les rendre insensible à l’amour et lien de parenté. Après ça, ils sont casés avec un partenaire (de leur choix parmi une sélection, les nanas choisissent), avec qui ils auront des enfants (rire) et ceux jusqu’à le mort.

Soyons très très clair, le côté “dystopique” n’est qu’un prétexte pourri sans fond illogique et full of lol pour surfer sur la vague de la “dystopie” YA (young adult) qui fait fureur et surtout placer une histoire d’amour à la noix. Oui oui, tout ce livre n’est en fait qu’une histoire d’amour et rien d’autre.

Le côté dystopie va être bref: un monde où seulement l’amour est considéré comme une maladie (depuis une 60aine d’années seulement) = lol. Dont les gens en sont “guéris” par opération du cerveau = soit, techniquement ça ne doit pas être impossible, même juste en jouant sur des neurohormones. Mais du coup, ça ne devrait pas toucher que l’amour vu que ces mêmes hormones sont impliquées dans d’autres systèmes. Pour continuer, les USA ont fermé leurs frontières et ils contrôlent les livres/films/médias. Et voilà, c’est tout ce que l’on sait du côté dystopique.

Encore une fois, on ne sait pas d’où ça vient, ni le pourquoi du comment. Sans parler du côté irréaliste du truc, exemple : ça semble vraiment bancale niveau économie, l’arrêt de l’amour + fermeture des frontières. Puis pourquoi, seulement et uniquement l’amour ?! On ne sait pas. Je vous passe le réel intérêt dystopique avec « un gouvernement qui interdit l’amour » (et c’est tout !). Puis bon, je vous laisse imaginer le côté non réaliste du truc, ne serait-ce qu’au niveau comportement humain et sociale. Je n’imagine pas vraiment un pays réussir à élever des enfants par des “parents” sans amour, ni affection, ni lien maternelle ! Pour ensuite lire que dans ce monde, la violence est quasi nulle depuis le remède contre l’amour. Rire. Rien ne tient debout. Mais bon “dystopie YA” ça fait vendre (avant c’était les vampires, ça a passé de mode), fallait bien inventer un truc pourri et bancal pour faire partie de cette catégorie, en tout cas, ici c’est réussi !

Une fois que j’ai, très vite, compris que le côté dystopique du livre était totalement à chier et uniquement un prétexte pour une histoire d’amour (et vendre car c’est à la mode ce genre littéraire), je me suis lassée en un rien de temps.

Les personnages principaux m’ennuient vraiment. Personnage principale : la nana naïve (logique vu le contexte dans lequel elle vie) qui a un charisme d’huître, tout autant que le mec qu’elle rencontre. Seule son amie semble intéressante dans le lot mais comme c’est centrée sur la nana (oui j’ai oublié son prénom) qui ressasse constamment les même pensées, et bien ça devient vite ennuyant. Sans oublier de dire, qu’il n’y pas du tout d’action, au moins jusqu’à la moitié du livre. J’ai fini par l’abandonner tellement que l’histoire m’ennuyait, que j’en avais vraiment rien à faire des personnes principaux. Et pourtant d’habitude, je cherche tout de même à connaître la fin mais là non. Ils peuvent crever empaler par un tractopelle que je m’en fiche royalement. C’est un des rares livres où j’en ai eu royalement rien à cirer des personnages principaux, leurs vies et leur futur. Pas étonnant que j’ai abandonné. Je ne compte évidement pas lire la suite.

Bref, Delirium c’est un monde dystopique foireux qui sert de prétexte à une histoire d’amour soporifique et inintéressante.

6 Comments




  1. Reply

    Waou ton avis est vraiment très précis, moi je suis un peu plus mitigée… Bon, c’est vrai que c’est ennuyant, surtout le début, mais après j’ai été totalement charmé par la suite de l’histoire, c’est peut-être une question de goût 🙂

  2. Reply

    Waou ton avis est vraiment très précis, moi je suis un peu plus mitigée… Bon, c’est vrai que c’est ennuyant, surtout le début, mais après j’ai été totalement charmé par la suite de l’histoire, c’est peut-être une question de goût 🙂

  3. Reply

    Waou ton avis est vraiment très précis, moi je suis un peu plus mitigée… Bon, c’est vrai que c’est ennuyant, surtout le début, mais après j’ai été totalement charmé par la suite de l’histoire, c’est peut-être une question de goût 🙂

Reply