Chroniques de la fin du monde, tome 1 : Au commencement de Susan Beth Pfeffer

couv41440168Il y a des livres qui ne sont même pas crédible dès le départ qu’il ne donne même pas envie de les finir, encore plus lorsqu’il ne se passe rien. C’est le cas de Chroniques de la fin du monde, tome 1 : Au commencement de Susan Beth Pfeffer, que j’ai lu uniquement pour finir le challenge baby SF de livraddict.

Voici le synopsis

Enfin c’est le grand soir : l’astéroïde dont tout le monde parle va percuter la Lune ! Familles, voisins, amis, tous se rassemblent pour observer le phénomène. Mais les choses ne se passent pas comme prévu. L’impact a été si violent que la Lune a dévié de son orbite et s’est rapprochée de la Terre. Peu à peu tout se dérègle… L’électricité puis l’eau sont coupées et les vivres commencent à manquer. Miranda et sa famille vont devoir accepter que la vie telle qu’ils la connaissaient a disparu à jamais.

Au début, durant les premières pages, j’y ai cru. On lit le journal intime de Miranda, qui commence aux derniers jours avant la catastrophe. C’est des préoccupations d’ado, rien de folichon mais pourquoi pas pour commencer.

Puis vient la catastrophe et là c’est le drame…
Déjà, la crédibilité du truc. Un petit astéroïde (plus petit que la lune et dont ne connaît pas la masse, ni la vitesse de déplacement) heurte la lune et…. induit un changement d’orbite de la lune autour de la terre, sur une orbite plus proche de la terre qu’avant. Juste avec ça j’ai ri. Ensuite, ce changement d’orbite a entraîné une coupure d’électricité. Euh… je ne suis absolument pas convaincue par ça. Bon des fois l’électricité revient quelque heure puis plus rien pendant plusieurs jours etc. En gros, d’où il n’y a plus beaucoup d’électricité ? Et d’où ça vient quelques heures de manière stochastique ?
Enfin ce changement d’orbite entraîne moult phénomènes comme éruptions volcaniques, tsunamis, tremblements de terre etc. Alors, je me demande si ce changement d’orbite (plus proche) est suffisamment significatif pour entraîner un défoulement de catastrophes naturelles à la pelle ? En soit, ça ne me parait pas farfelu, mais est ce possible que ça entraîne autant de catastrophe d’un coup et à foison ?

Bref, un truc improbable arrive (désorbitation de la lune à cause d’un petit astéroïde) et on lit le journal intime de cette ado et sa famille au fils des jours. Sauf que le problème c’est que non seulement il ne se passe jamais rien (ex : dès qu’elle annonce qu’il y a un retour d’électricité temporaire, ils font une lessive. Véridique, a chaque apparition d’électricité, elle parle de lessive et rien d’autre. Wouaw super) mais en plus, les personnages m’ont laissée de marbre. Aucune envie de m’intéresser aux préoccupations d’une ado qui se plaint parce qu’elle ne peut voir son copain ou de ne plus manger trois fois par jour etc.

Donc d’un côté, on a un roman sans histoire, ni péripéties (autre que: vont-ils pouvoir faire une lessive entière avant la coupure d’électricité ? (true story)), ni rien, sur un fond bancale et dont les personnages sont inintéressants et/ou ennuyants…. Oui arrivé a la moitié, j’ai sauté des pages tellement que je n’en pouvais plus de me dire “mais Putain, il ne se passe rien…” et à la fin “tout ça pour ça, sérieux?”.

Reply