Chalk, tomes 5 : Cybèle de Freddy Woets

couv52220791Avis des épisodes 1234, voici Chalk, tomes 5 : Cybèle de Freddy Woets.

Cet épisode est encore plus posé que les autres, mais pas moins intense émotionnellement et il est intéressant. C’est aussi un tome qui répond à quelques questions sur Chalk, JeanDo et surtout Lucile, la petite fille qui avait fait son apparition dans le tome 4 et dont on se demandait ce qu’elle cachait/d’où elle venait.

Il y a toujours de l’action, notamment avec un passage dans le LHC sous la Suisse, qui contrairement à la visite de Mars, ne me choque pas, ni ne me laisse perplexe. Dans l’épisode 4, j’avais eu, un peu de mal, à concevoir comment JeanDo a réussi à transporter les gens sur Mars en un clin d’œil. Je veux dire que l’utilisation ou les effets de résonance me paraissaient « logiques » dans une certaine mesure. Mais que cet informaticien les emmène sur Mars m’étonne. Car j’ai eu l’impression, encore plus avec ce tome, que ce roman se passe dans le monde actuel et pour le moment, on ne peut se téléporter sur Mars, et, par ailleurs, je pensais que JeanDo n’était pas au courant de ses effets de résonance. Ou alors, j’ai zappé un truc, ce qui est possible. Enfin bref.

L’émotion est très présente dans ce tome. J’ai vraiment trouvé la révélation sur les liens « familiaux » très intenses et émotionnels, surtout l’utilisation des termes comme « papa », « maman » et « sœur » alors que l’on parle de programme. Mon cœur de pierre a vraiment été attendri par ça.  Ce qui soulève d’ailleurs une question que je trouve importante, mais j’en parlerais dans l’avis du dernier épisode, l’épisode 6.

Par contre, le coup du film me laisse toujours autant indifférente. Maintenant, c’est la mère qui se retrouve actrice principale. J’avoue que contrairement aux épisodes précédents, la partie du film a donné elle à des dialogues bien sympa (la Harley, la mère qui refuse d’être à poil, etc.).

Enfin, il y a l’apparition d’un nouveau personnage, Cybèle. On comprend assez vite, qui elle est dans l’ensemble et tout est clairement expliqué dans le dernier tome. Je l’apprécié et surtout son caractère est bien trouvé. Elle est drôlement chiante à énumérer des marques de vêtement à chaque fois qu’elle parle. Elles apportent, avec Lucile, pas mal de fraîcheur à la série.

Ce tome est donc un épisode que j’ai apprécié, vivement le final (que j’ai déjà lu et que je chroniquerai incessamment sous peu).

Reply