Chalk, tome 4 : Sur Mars de Freddy Woets

couv10772581Après avoir parlé du tome 1, du tome 2 et du tome 3, voici Chalk, tome 4 : Sur Mars de Freddy Woets.

Ce quatrième tome est celui que j’ai le moins aimé pour le moment, non pas qu’il soit mauvais, bien au contraire. Mais comparé aux précédents tomes, il y a une baisse du rythme endiablé de la cavalcade d’Alfred et Llewella. L’histoire du film m’ennuie toujours autant, surtout que la mère à Caro y est impliquée. Je trouve que cette partie n’avance pas et je ne sais toujours où l’auteur veut en venir. Enfin le coup de Mars m’a laissée perplexe.

Dans ce tome 4, Jean-Do prend de l’importance, on comprend son rôle et ce qu’il complote. La vengeance d’un intérimaire informaticien programmeur, à qui on a volé son travail, peut être terrible ! Et c’est ce qu’il est en train de préparer, sa vengeance. D’ailleurs Jean-Do depuis le début est représenté comme un personnage plutôt fade et ennuyant. Et bien même en colère, prêt à se venger, il reste tout aussi fade et chiant. Ça peut paraître mauvais d’avoir un personnage fade, qui a ou va avoir de l’importance. Mais j’ai l’impression qu’ici, c’est fait exprès, c’est la personnalité de Jean-Do. J’ai trouvé que ça ressortait bien dans ce tome contrairement à avant où j’avais eu l’impression que c’était un personnage figurant non travaillé et fade (logique, si c’est un personnage figurant).

Ce tome 4 sonne aussi l’apparition d’un personnage en plus, une petite fille. Grand mystère autour d’elle. D’où sort-elle ? On ne sait pas… encore. Qui est-elle ? On ne sait pas… encore. Est-elle un « bug » d’effet de résonance ? Est-elle un suppôt de Satan du Chalk ? A-t-elle un lien  avec Jean-Do ? Aucune idée pour le moment. L’arrivée de ce mystérieux personnage apporte un brin de nouveauté et relance l’intérêt de Chalk au bon moment. Je n’ai pas eu de perte d’intérêt pour Chalk, mais face au casting du film ennuyant qui n’avance pas et l’histoire de mars qui me laisse plus que perplexe, ce personnage arrive au bon moment.

L’auteur en plus d’arriver à donner consistance à ses personnages (la fille et la mère que j’ultra déteste, Alfred que j’apprécie, Llewella qui m’est toujours aussi mystérieuse, je n’arrive pas à la cerner, Jean-Do qui représente le genre de type chiant, et Gégé, le “voyou”, qui m’énerve aussi), il sait quand il faut remettre du piment à l’histoire. Donc vivement la suite !

Reply