Ces ordinateurs sont dangereux : L’aventure Amstrad de François Quentin

couv52192965Je suis née avec un PC Amstrad 1512 (sisi c’est vrai) et j’ai donc tâtée de ce PC depuis ma plus tendre enfance. Du coup, lorsque par un pur hasard, je me suis retrouvée en possession d’une version numérique (via forum de PC amstrad) de Ces ordinateurs sont dangereux : L’aventure Amstrad de François Quentin, j’ai été au ange et encore plus en lisant cet excellent ouvrage qui retrace la vide d’Amstrad par François Quentin qui a bossé dans la filiale Amstrad France.

Synopsis
Ces Ordinateurs sont dangereux : ou la faramineuse histoire d’Alan Sugar et de ses drôles de bécanes.
En octobre 1984, le premier CPC 464, un ordinateur familial conçu par Amstrad, débarque en France sans crier gare. Depuis, près de deux millions d’ordinateurs Amstrad ont atterri dans les foyers et les entreprises de France et de Navarre. Cette histoire est l’histoire d’un homme, Alan Sugar, et d’une aventure dans le monde impitoyable de la micro-informatique. Nul besoin de connaître ou d’apprécier l’informatique pour suivre les péripéties cocasses et singulières d’ une bataille où une petite société se trouve confrontée aux géants de l’informatique, IBM, Apple ou Thomson. De la guerre en dentelles avec certains éléments de la presse à la saga de la compatibilité, en passant par les avatars de la création, vous retrouverez des personnages flamboyants ou inattendus, célèbres ou inconnus ; en résumé, une fresque haute en couleurs comme on aimerait en lire plus souvent.

Ce livre est un condenser sur la compagnie Amstrad, sa création par Alan Sugar, son développement, sa politique de vente, son marketing, des anecdotes, etc. Mais c’est aussi un condensé sur l’informatique avec des définitions et explications sur le hardware (les composants d’un PC) ainsi le software/firmeware. Bref, tous les aspects de cette aventure Amstrad sont rapportés dans ces 432 pages.

Même si l’ensemble est condensé, l’auteur ne manque pas d’humour et rend l’ensemble très digeste et même sympa à lire et découvrir. Ceci dit, je trouve le titre très mal choisi. On comprends d’où il vient en lisant le livre, mais il ne reflète en rien son contenu.

J’ai pris grand plaisir à lire cette aventure Amstrad ravivant la nostalgie de mon premier amour.

Reply