Burton & Swinburne, tome 1 : L’Étrange affaire de Spring Heeled Jack de Mark Hodder

couv1131799Parmi tous les livres Steampunk que j’ai lu, j’ai aimé plus de la majorité. Malheureusement, même si un livre contient tout ce que j’aime, ou presque, de ce genre littéraire, ça ne va pas forcement me plaire et ce fût le cas de L’étrange affaire de Spring Heeled Jack de Mark Hodder.

Synopsis
Londres,1861
Sir Richard Francis Burton
Un grand explorateur et un érudit de talent. Sa réputation a été salie et sa carrière ruinée. Il est dans de sales draps.
Algernon Charles Swinburne
Un jeune poète prometteur et avide de sensations fortes, disciple du marquis de Sade. Le cognac causera sa perte. C’est le cadet de ses soucis.
Les deux hommes sont au cœur d’un empire déchiré par les conflits. D’extraordinaires machines envahissent un monde soumis à des lois des plus répressives. Tandis que certains défendent une société fondée sur le génie créateur, d’autres repoussent les limites de la conscience en ayant recours aux drogues, à la magie et à l’anarchie.
Lorsque des loups-garous terrorisent l’East End londonien et que des jeunes filles deviennent la proie d’une effroyable créature nommée Spring Heeled Jack, le duo n’a plus d’autre choix que d’agir. Au plus vite.
Tous deux se trouvent confrontés à l’un des événements les plus décisifs de cette époque. Mais la pire de leurs découvertes pourrait bien provoquer la fin du monde tel qu’ils le connaissent…
Quand une poignée d’hommes change l’Histoire, l’Histoire change tous les autres.

Un long synopsis pour une critique bien plus courte mais ce roman m’a ennuyée. Pour il a vraiment tout pour me plaire. Une ambiance steampunk avec son histoire complexe, son savant fou, ses références à des personnages histoires (Il y Charles Darwin, donc ça ne pouvait que me plaire, n’est-ce pas ?) et du fantastique avec des loup-garous et un personnage du folklore anglais. Il y a tout, vraiment tout ? Non il manque l’humour, il manque le grotesque et le burlesque. Même si le grotesque est présent avec parcimonie comme avec le coup du singe, ça manque de tout ce délire louphoque que j’aime dans le steampunk.

Le scénario peut paraître complexe au début mais les pièces du puzzle s’assemblent vers le milieu du roman pour rendre le tout cohérant. On retrouvera la thématique du voyage spatio-temporel et ses effets sur le cours de l’histoire. On retrouvera aussi la thématique du savant fou, des machines et technologies et des groupuscules anti-techno. On a donc rien de nouveau dans l’absolu mais c’est cohérant et bien mené.

Mon problème est que je me suis ennuyée. L’histoire a fini par m’être soporifique à cause des personnages que j’ai trouvé fade et inintéressant, même Charles Darwin, c’est dire. Je ne me suis attachée à eux et d’ailleurs je n’ai pas été convaincu par leur histoire, même si le scénario est bien mené.

C’est dommage car ce premier tome fait partie de la saga Burton & Swinburne qui compte déjà, au moins 3 tomes. Mais du coup, je n’ai pas vraiment envie de continuer l’aventure avec eux.

1 Comment

  1. Reply

    Je l’ai dans ma PAL mais ton avis refroidit un peu…

Reply