Au carrefour des étoiles de Clifford D. Simak

couv3784315Première fois que je lis du Clifford D. Simak avec Au carrefour des étoiles, un livre de science-fiction très plaisant à lire.

Synopsys

Etrange demeure que cette ferme Wallace, qui se dresse sur une falaise escarpée du Wisconsion. Une ferme aux fenêtres aveugles, vieille de plusieurs siècles et cependant intacte, comme si le temps n’avait nulle emprise sur elle. Enoch Wallace, son propriétaire, vie là, de toute éternité semble-t-il.

Or, c’est par cette maison — cette station — que transitent les voyageurs de l’Espace : les Thubains, masses globuleuses et bavardes, les Lumineux de Véga XXI, rayonnant d’ondes heureuses, d’autres encore…

Depuis bientôt deux ans, Claude Lewis — agent des Renseignements déguisé en ramasseur de gingseng — enquête et tourne autour de la ferme…

On suit l’histoire Enoch Wallace, qui après avoir fait la seconde guerre mondiale, rencontre Ulysee, un Extra-terreste qui va lui confier comme mission de gérer la station où transitent des voyageurs de l’Espace. Mission qui lui vaut du positif (sa relation au temps) mais aussi les commérages du village. Quoi qu’il en soit, il mène tout ça à bien jusqu’à ce qu’une menace débarque.

J’ai apprécié ce livre car il se lit bien et l’univers décrit est très prenant. Je n’ai pas décroché du livre et pourtant, il n’y a pas d’action sauf à la fin. Mais l’auteur a réussi à me plonger auprès d’Enoch, personnage principal attachant. C’est un homme simple, qui vit tranquillement en faisant son boulot au sein du réseau intergalactique. Les autres personnages sont aussi plutôt simple (pas dans le sens simplet, mais qui vive paisiblement/simplement) comme Ulysse, le facteur et même l’agent de la C.I.A qui reste plutôt passif tout le long. Seul Lucy, sourde et muette, à quelques choses de différent des autres, que l’on découvrira en seconde partie du livre.

Durant toute la moitié du livre, l’auteur nous décrit l’univers dans lequel Enoch vit (sa maison, le village, le réseau intergalactique). Il n’y a pas d’action, juste des descriptions mais c’est prenant et plaisant à lire. En milieu de livre, on commence à découvrir ce qu’il se trame et seul le dernier quart possède de l’action.

Donc finalement, j’ai trouvé que cette lecture était aussi plaisante qu’une petite balade en forêt. Les personnages sont attachants, c’est bien écrit et le scénario sonne comme un conte où l’auteur aborde des réflexions sur la guerre, l’être humain et sa civilisation.

Je dirais qu’il est sympa à lire et très accessible pour les non-fans / habitués de S-F. Après, si je ne l’avais pas eu entre les mains, ça n’aurait pas été grave et je n’aurais rien loupé.

Reply