A rude école d’Alexander Kent

couv44896985Si je me suis lancée dans A rude école, premier tome de la série Bolitho d’Alexander Kent, c’était pour voir ce que pouvait être du Kent. Je savais qu’il écrivait des romans d’aventure sur le thème de la mer et la navigation. Et pour une première je n’ai pas été déçu.

Synopsis
Fin 1773.
Bolitho a seize ans à l’heure de son deuxième embarquement. C’est sur la Gorgone, un imposant vaisseau de soixante-quatorze canons qui appareille pour une destination inconnue, que le ” petit ” Richard fera son rude apprentissage : Promiscuité des entreponts, brutalité des maîtres d’équipage, peur au ventre à l’heure des manœuvres dans la voilure quand le gros temps malmène le navire – sans parler de quelques coups fourrés non prévus au programme…

Le premier quart du livre fût assez dur de s’y mettre à cause des termes techniques. Le champ lexique de ce livre et la navigation en mer, logique vu que c’est le thème du livre, du coup et n’y connaissant rien en bateau, j’ai eu du mal à me plonger dedans au début. Enormément de mot que je ne connaissais pas, je ne les ai pas traduits, préférant comprendre sur le tas de quel partie du bateau il réfère etc. Donc après le premier quart du livre à patauger dans la semoule, je l’ai enfin apprécié.

Je m’y croyais presque. Je me voyais en fin 1773, en compagnie de Bolitho, un jeune ado, issu d’une famille de marin et qui commence sa deuxième embarcation sur la Gorgone, et des autres marins à tenter de récupérer un navire de l’empire pris par des pirates, puis à partir à la recherche de contrebandiers. C’est d’ailleurs le scénario de ce livre. Même si vers la fin, je savais ce qui aller se passer, je n’ai pas perdu une minute d’attention grâce à cette aventure palpitante, dont on navigue avec et dont on imagine très bien les attaques et abordages de bateaux. Ce n’est donc pas spécialement pour le scénario que j’ai apprécié ce livre mais pour son aventure que j’ai dévorée. Un premier essaie totalement réussi. Je continuerais surement la suite de la série Bolitho.

Reply