A comme Association, tome 4 : Le Subtil Parfum du soufre de Pierre Bottero

couv56920287Lorsque j’ai envie d’une lecture rapide, je me lance dans la saga A comme Association dont j’aime bien le personnage de Jasper et donc les parties écrites par Erik L’homme. Sauf qu’ici j’en suis au tome 4 : Le subtil parfum du soufre écrit par Pierre Bottero et dont l’histoire se déroule à travers les yeux d’Ombre, que je ne peux sérieusement pas blairer et qui mériterait de gros pain dans sa gueule de temps en temps, histoire de remettre son égo à sa place.

Synopsis
Lors d’une mission particulièrement éprouvante, Ombe sauve la vie d’un loup-garou. Elle ne l’aurait peut-être pas secouru si elle avait su qu’elle en tomberait amoureuse… Car son corps a beau être incassable, son coeur, lui, ne l’est pas.

Oui, j’excrète ce personnage et je ne comprends pas l’intérêt des personnages aussi « imba », aussi « parfait » (pas uniquement dans les romans), d’autant plus que le caractère d’ombre fait qu’elle passe son temps à se la péter et ceci durant tout le roman (court pourtant) : Je suis canon, je suis la meilleure, je suis forte, je sais faire si, je sais faire ça, j’ai passé une enfance heureuse, j’ai si, j’ai ça, j’ai mes meilleurs amis, je suis spéciale, j’ai une particularité, etc. ». TA GUEULE.

Si seulement, le scénario était intéressant, mais ce n’est pas du tout le cas. Trois coup de savate entre les « je suis belle, je suis canon, il est trop beau » et c’est tout. Franchement, hormis la fin qui devient intéressant car justement, il se trame quelques choses en rapport avec son passé et une de ses amies, le reste est chiant voir inutile, surtout  lorsque l’on a précédemment lu le tome 3 avec Jasper, qui au contraire, est intéressant avec un scénario sympa à suivre et des émotions qui passent. Bref, je ne pouvais déjà pas piffer Ombre dans le tome 2 et bien ici c’est encore pire.

Reply