37 minutes pour survivre de P.-J. Hérault

couv14105317Lorsque je me suis lancée dans le livre 37 minutes pour survivre de P.-J. Hérault, je ne savais pas qu’il était le 5ème tome de la saga Cal de Ter. Du coup pendant pas mal de temps, je me suis dit « oui bon, c’est bizarre qu’on ne sache pas grand-chose de Cal et Guise et d’où ils viennent », oui finalement c’est normal, ça a sûrement dû être déjà fait dans les tomes précédents.

Ceci dit, on a le minimum vital pour suivre et comprendre cette histoire-là, donc là-dessus pas de soucis.

D’ailleurs, voici le synopsis à ma façon. Cal et Guise ont quitté la dernière depuis bien longtemps et ils ont découvert la planète Vaha dans une autre galaxie dont ils ont trouvé les technologies très avancées d’une ancienne population. Ils finissent par retourner sur Terre histoire de voir ce que cette planète est devenue. Horreur et damnation, elle est ravagée avec deux types de population restante, des barbares idiots en surface et des soldats bornés sous terre qui, depuis deux siècles, se prépare à une guerre qui n’aura jamais lieu, contre les colons de Mars (ils ont péris depuis bien longtemps). Cal  et Guise vont tenter d’aides ces populations.

Evidemment, il y  a des références aux précédents bouquins, ça n’empêche pas de comprendre l’histoire en elle-même, mais j’aurais aimé avoir ces détails pour comprendre les personnages principaux. Du coup, je ne peux critiquer ce côté du livre, vu que c’est moi qui est fait l’erreur de commencer en plein milieu de la saga.

Sinon pour le reste, deux choses : J’aime bien l’histoire, même si elle est plutôt banale. Je n’aime pas du tout le style de l’auteur et ses phrases inachevées.

Donc le livre est coupé en deux parties, la première étant la découverte du peuple barbare, c’est désespérant de voir qu’ils en sont arrivés là, je ne veux pas en dire plus pour ne pas trop gâcher la découverte. La deuxième partie étant la rencontre des survivants, entraîner et préparer à la guerre contre un ennemi qui n’existe plus. Ils sont endoctrinés et stupides. D’ailleurs leurs entrevues donnent envie de leur mettre des baffes à cause de leur esprit totalement borné.

J’ai adoré les deux parties, l’action n’est pas le même ni le rythme mais l’ensemble passe vraiment bien. Par contre, le style m’a tout de même gâchée le plaisir de la lecture. En fait, la surabondance de
… me lace surtout lorsque les phrases ne sont pas finies. Voici quelques exemples, mais il y en a d’autre.

« Je rends le micro à Ripou. Il faudrait aussi…

– Salvo, fais [..] »

« Tant mieux, ça leur… Ouais, enfin, que serais-je devenu […] »

« – […] Je continuais les recherches, mais…

* » (* = indication d’un nouveau sous-chapitre/switch de personnage).

« Lou prend une main de chaque Terrien et démarre, pressant le pas… La porte. »

« Ses yeux parcourent rapidement ce qu’il peut voir de la salle, remontant jusqu’aux sources de lum… Voilà l’idée ! »

Alors ok, c’est de la narration à la première personne, mais tout de même c’est gênant, surtout lorsqu’il y en a autant.

Enfin, le coup de la mémoire biologique héréditaire n’est pas juste, comment avoir une mémoire et des concepts jamais appris ? Dans ce cas là, la personne les a entendu durant sa jeunesse par les Détenteurs. Un autre qui m’a plus tôt surprise/amusée est que l’un des personnages acquière tout une connaissance. Une fois fini, l’un des types qui a permis cette acquisition dit un truc du genre “non de Dieu”, bref, le mot dieu est cité. C’est marrant de voir le personnage qui vient d’accumuler soudainement beaucoup de connaissance, le regarde bizarrement du type “Dieu ? Mais de quoi il parle ?”

Au final, j’aimerais bien commencer cette saga par le début, car Cal, Giuse, Lou et les autres m’intriguent et je me suis attachée à eux en si peu de temps et sans en savoir beaucoup. Mais si je retrouve exactement ce genre de style avec une multitude de phrase non finie, je pense que ça va m’en dégouter. A tester avec le premier tome.

12 Comments

  1. Reply

    Je ne connais pas du tout… tes exemples des phrases inachevées me refroidissent un peu même si tu as l’air d’avoir vraiment apprécié l’histoire!!!

    • Reply

      Oui c’est le gros problème du livre en fait, ce style coupé est vraiment ennuyant.

  2. Reply

    Je ne connais pas du tout… tes exemples des phrases inachevées me refroidissent un peu même si tu as l’air d’avoir vraiment apprécié l’histoire!!!

    • Reply

      Oui c’est le gros problème du livre en fait, ce style coupé est vraiment ennuyant.

  3. Reply

    Je ne connais pas du tout… tes exemples des phrases inachevées me refroidissent un peu même si tu as l’air d’avoir vraiment apprécié l’histoire!!!

    • Reply

      Oui c’est le gros problème du livre en fait, ce style coupé est vraiment ennuyant.







Reply