2001 : l’odyssée de l’espace d’Arthur C. Clarke

couv15566808Le premier livre que j’ai lu d’Arthur C. Clarke fût Rendez-vous avec Rama, que j’avais d’ailleurs aimé, non pas pour ces grandes bastons galactiques et son scénario à en couper le souffle, il n’y a aucun de ces deux, mais pour l’imagination qu’il m’a amenée à faire. Du coup, avant d’attaquer Rama II, j’ai lu le célèbre 2001 : l’odyssée de l’espace. J’en ai aussi profité pour voir le film en plein milieu de ma lecture.

Contrairement au film, j’ai plutôt apprécié la lecture dans son ensemble et surtout aussi, parce qu’il apporte des explications que le film n’a pas. Aussi, j’aime énormément les descriptions liées aux voyages (j’imagine Jupiter, Saturne, les étoiles etc tout ça grâce aux descriptions), même si je trouve assez bizarre qu’il est fait référence à la Terre comme une étoile, à deux reprises.

Le livre se déroule en 4 grandes étapes, durant la première, un monolithe attiré sur la terre à l’époque des hommes-singes comme il est traduit dans le livre, et va leur apprendre à se servir d’outils (os, silex etc) et à chasser. Une fois son rôle effectué, le monolithe disparaît. L’homme-singe a ainsi considérablement évolué pour disparaître, mais amener à l’apparition, plus tard, évolution etc, à l’être humain. Dans la deuxième partie, en 2001, les Hommes découvrent et déterre un monolithe enfui sur la lune, en le déterrant il va émettre un signal vers Saturne. Il existe dont une espèce extra-terrestre. Dans la troisième partie, une navette est envoyée vers Saturne pour aller voir si une forme de vie existe, sauf qu’en cours de route, inintelligence artificielle, quasi humaine, Hal, se conduit de manière assez bizarre. La dernière partie, étant la découverte de quelque chose, son explication et l’apparition d’un nouveau cycle.

J’ai donc aimé le style, les descriptions et ce voyage interstellaire, mais le scénario me laisse tout de même un peu perplexe, le mec a dû prendre de l’acide ou du lsd pour pondre un truc pareil, surtout la fin. D’ailleurs en parlant de fin, elle est assez surprenante, je ne m’attendais pas du tout à ce genre de fin. Mais finalement et en y repensant elle est “logique”, le monolithe à fait évoluer une espèce pré-humaine, pour induire un la fin d’un cycle et engendrer nouveau. A la fin, je vais éviter de spoil, c’est aussi un la fin d’un cycle qui se termine et un nouveau cycle qui apparaît, même si c’est assez cheloux. C’est d’ailleurs finalement ça que j’aime chez Arthur C. Clarke, du moins de ce que j’en ai lu, c’est qu’il nous amène à imaginer et voir les choses totalement différemment, ça semble improbable, notamment lorsqu’il arrive sur Japet (satellite de Saturne) et ce qu’il devient, mais voilà, il faut bien qu’on imagine ce qui se passe, on se le représente et c’est ça qui est intéressant. D’ailleurs je préfère la fin du livre (et pas uniquement pour ses descriptions) que la fin du film, la traversé interstellaire est magnifique, mais un peu longuet tout de même.

Enfin, comme beaucoup de questions restent tout de même en suspend et que ça reste malgré tout énigmatique ces histoires de cycle, la fin, le monolithe, Hal qui change de comportement, je vais donc me lancer dans la suite de cette saga.

Reply